Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

N'Djamena : Désolation des marchands ambulants et commerçants au marché de Dembé


Alwihda Info | Par AHMAT BRAHIM - 31 Mai 2017 modifié le 31 Mai 2017 - 13:23

Dame Solange porte un bébé au dos sous cette canicule. Elle est apostrophée par 3 agents municipaux qui cherchent à savoir les raisons de son placement en ce lieu avec ses marchandises.


C'est un vol bien organisé au marché de Dembé, situé dans le 6ème arrondissement de la ville de N'Djamena, par les agents municipaux. Il ne se passe pas un jour sans que les marchands ambulants soient traqués par la police municipale de ce marché, au point de se demander s'il n'y a pas d'autres activités. Pourtant, la réglementation de la circulation se fait attendre, aux abords de ce marché bondé de monde, en ce moment de carême.

Dame Solange porte un bébé au dos sous cette canicule. Elle est apostrophée par 3 agents municipaux qui cherchent à savoir les raisons de son placement en ce lieu avec ses marchandises.

"Je suis fatiguée avec cette chaleur et depuis le matin personne n'a payé un article avec moi", répond-t-elle, se voyant arrachée au même moment sa tasse contenant ses marchandises, avant d'être intimée de suivre les agents à leur poste.

N'ayant rien eu de la journée, la pauvre Dame n'a que ses yeux pour pleurer, affirmant être veuve depuis 4 mois, et justifiant sa débrouillardise pour nourrir sa famille, face à un acte ignoble de la part d'agents véreux, ou des brebis galeuses.

Les pousse-pousseurs ne sont pas épargnés par ces taxes de circulations, qui coutent 6.000 Francs CFA et ne sont pas à la portée de ces derniers. Ils remuent ciel et terre pour la survie quotidienne.

Une vendeuse de beignets de haricots à elle, été victime des agents municipaux qui lui ont demandé le paiement des droits de place, alors qu'elle s'est installée devant sa concession personnelle, à 75 mètres du marché.

Il serait plus judicieux, avec ces temps qui courent, d'assurer la sécurité au sein dudit marché. Le mécontentement est unanime chez les vendeurs et commerçants sur le comportement malsain des agents municipaux.