Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

On prend et on recommence, vive le Centre à Fric


Alwihda Info | Par Jean-Gualbert Togba - 29 Juillet 2014 modifié le 29 Juillet 2014 - 09:20


Par Jean-Gualbert Togba

On prend et on recommence, vive le Centre à Fric
Il est temps que le centre à fric disparaît au profit de la Centrafrique, pour « reprendre son droit au respect et à la vie – Longtemps soumis, longtemps brimé par tous – Mais de ce jour brisons la tyrannie »...
 
Souvenez-vous, c’est une partie du texte de l’hymne national centrafricain.
 
Devenue un véritable calvaire d’Ali Baba, là où on n’hésite pas à aller piller, se servir à volonté, source d’enrichissement sans cause, le centre d’intérêt convergeant illicite des groupes armés et associés, tyrans du peuple, la Centrafrique subie un holdup de la prédation nationale et  internationale. A tour de bras on assiste à un jeu de rôle pour la captation des minerais et des institutions de la République. C’est toujours le spectacle des comédiens de la paix…
 
C’est pathétique ! Tout est vanité !
 
Depuis la genèse de l’agression du territoire, du peuple, des institutions centrafricaines par la Séléka, une organisation criminelle, responsable de la catastrophe et de la descente du pays au fond du gouffre, la Centrafrique part en vrille et est passée à l’as la banalité du mensonge dans la recherche des voies et moyens pour venir à bout de l’agression de la Centrafrique par cette horde barbare, devient banal : Wrong personnes, avec de wrong perceptions de la crise pour vendre de wrong analyses. Dans ce pays de nullité absolue, la Centrafrique vit dans  un délit de mensonge permanent. 
 
Tout est mensonge !
 
Une Centrafrique sans conscience. Malgré l’inopportunité du forum de Brazzaville, de l’incertitude de l’applicabilité des termes de ces accords, l’observation et l’analyse des faits, les mauvaises expériences successives des accords de paix qui conduisirent systématiquement à l’immunité reconnue aux leaders des groupes armés. L’apothéose du forum de Brazzaville est l’unanimité de tous les experts à reconnaitre l’échec du forum, arrachés aux forceps. Forum de dupe, de tromperie, de la légèreté.
 
 Tout est du vent – Tout est mensonge !
 
Le rêve de tout un pays de voir enfin la naissance d’une nouvelle Centrafrique est mis en mal par des accords de Brazzaville. Des accords de trop. Un rêve brisé, du moins temporairement. Toutes ses pertes humaines pour ça ? Vanité de vanité, tout est vanité !
 
La Seleka à travers Ndjotodia et ses acolytes se sont servis de la faiblesse et de l’allégeance faite aux différents groupes armées les précédant dans les différents accords qui ne sont rien d’autre que la base virale du malheur centrafricain, aboutissant à l’impunité par l’amnistie, l’attribution des postes ministériels et autres avantages en nature, pour prendre le pays en otage et qu’est ce qu’on fait aujourd’hui ? Encore des accords avec les groupes criminels. Ils sont devenus fous/folles ces centrafricain(e)s
 
Le forum de Brazzaville a bel et bien eu lieu. Et alors ?
 
Le problème ne réside pas dans la tenue d’un forum, d’une conférence nationale ou encore d’un dialogue national.  Mais dans la finalité qui est en fin de compte, un message très fort lancé à la communauté internationale que les criminels signataires des accords sont exclus de toute poursuite pour la seule raison que, à partir du moment où des accords de paix sont signés, la menace d’une quelconque poursuite à leur encontre « menacerait de facto la paix ». L’esprit de la signature des accords est de parvenir à l’arrêt des hostilités. Or la communauté internationale attache une importance capitale aux accords de paix et c’est ce qui explique que lorsqu’un groupe armé aussi criminel que dangereux signe des accords à ne plus recourir à la violence armée en échange d’une contrepartie, ceci le rend plus blanc que la neige devant la communauté internationale qui arrête toute poursuite judiciaire.
.   
On n’hésite pas à élever le mensonge pour piétiner la vérité au pied des criminels. 
Le mensonge en ce temps de la recherche de solution durable est assimilé au même titre que le crime de la Séléka, des faux anti-balakas et autres criminels. Des « élites » en quête de leur satisfaction personnelle, corrompus par le mensonge vendent le pays à des criminels. 
 
Tout est du vent !
 
La Centrafrique vient de s’emberlificoter de plus bel sinon encore d’avantage dans sa propre putréfaction. Les défenseurs du forum de Brazzaville ont vendu du vent pour que la Centrafrique récolte la tempête, et c’est toujours la même catégorie de la population qui va en pâtir, pendant que les semeurs de la merde sont en sécurité. 
 
Si je ne m’abuse, le prix expié par la couche la plus misérable de la population centrafricaine au profit des prédateurs pour que leur activité criminelle prospère, doive interpeller la conscience de tous de façon à s’unir dans un même esprit pour couper à la souche, déraciner cette gangrène appelée les groupes armées. Et si besoin se fait sentir, mettre hors d’état de nuire tous les leaders des groupes armés car leurs vies ne valent pas plus que la vie d’un paysan sans défense massacré dans dans l’anonymat et dans l’indifférence totale. 
 
Le forum de Brazzaville vient rajouter un malheur de plus à des équations non résolues : La pérennisation des groupes armés en Centrafrique, un business en plein essor.