Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

RCA/Génocide : Nourredine Adam donne un délai d'une semaine à l'ONU


- 9 Juin 2014 modifié le 9 Juin 2014 - 09:47


DECLARATION N°03-06-14

Faisant suite à la recrudescence de la violence en Centrafrique en dépit des efforts consentis par la communauté internationale, afin de mettre un terme à la crise en cours, nous :
 
- Présentons nos sincères condoléances aux familles endeuillées ;
 
- Refusons et condamnons les attaques orientées contre tous les lieux sacrées et demandons aux forces internationales présentent en Centrafrique de protéger ces lieux qui sont des refuges pour les populations civiles.
 
A cet effet, nous demandons au Secrétaire Général de l’ONU (Organisations des Nations Unies), Ban KIMON, ainsi qu’à l’opinion internationale d’assurer la sécurité des populations minoritaires pris en otage dans les endroits hostiles, tels que le quartier du Kilomètre Cinq (Km5) de Bangui, les villes de Boda, Carnot, etc....
 
Nous accordons un délai d’une semaine à ces organisations afin de trouver une solution mieux adaptés aux attentes de ces derniers. Dans le cas échéant, nous nous engagerons à prendre nos responsabilités face à cette situation qui ne fait que trop duré. Enfin, s’agissant de la dernière déclaration des autorités de la transition, relative au complot ourdit contre la minorité opprimée, nous la qualifions d’injustice et de manque de responsabilité.
 
Fait à Birao, le 03.06.2014
 
Noureddine ADAM
Général


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

29.Posté par Daniel MAGBE le 25/06/2015 12:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A Bangui et dans tou la RCA nous vonlons la paix pour toute la centrafrique. Nouredine Adam n’est qu’un banditqui finira devant la cour internationalle. A BA CEUX KI DIVISE LE PAYS!
Vive la RCA unie sans haine entre les freres chretien et les frere musulman dans la joie et avk la justice

28.Posté par KERE le 22/06/2015 22:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous attendons la Paix. Le forum de Bangui est un immense espoir pour la RCA...et N.ADAM est une menace contre l'esprit du Forum. Soyons unis dans l'espérance, la joie et l'amitié entre tous les habitants de la Centrafrique !

27.Posté par souleymane mahamat le 15/06/2015 15:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nourredine Adam veut partitionner le pays, ça veut dire violences et destabilisation d'une centrafrique qui depui le Forum de Bangui va vers la paix. nouredine ADAM doit choisir le dialogue et non la violence et les exactions. Ceux qui pensent comme n. adam devront rendre des comptes à la centrafrique. Ses complices seront punis par la justice centrafricaine.

26.Posté par ngonzo e m le 15/12/2014 18:17 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nourroudine ta place est au CPI tu peux brailler comme tu veux ce n est qu une question de temps

25.Posté par ngonzo e m le 15/12/2014 18:17 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nourroudine ta place est au CPI tu peux brailler comme tu veux ce n est qu une question de temps

24.Posté par VOKOZIN le 05/09/2014 11:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Kangbi-Ndara : Bonjour Mr Koyagbélé, l’odeur du souffre monte du milieu politique centrafricain depuis que la Présidente Catherine Samba-Panza a maintenu Mahamat Kamoun au poste de Premier ministre. Comment lisez-vous la situation générale de la Centrafrique ?

Bida Koyagbélé (BK)/ La situation est apocalyptique, elle se dégrade de jours en jour, sur tous les plans, malgré la présence des troupes internationales. On a même l’impression que leur présence conforte cette logique chaotique. La séléka continue de sévir, de violer nos femmes et nos filles, de piller nos greniers, de massacrer nos frères paysans en province et à Bangui. En moyenne 3 000 femmes se font violer au quotidien en RCA et ce même par les forces internationales, quelques cas ont été dénoncés. 60% de notre territoire est contrôlé par la seleka, nébuleuse terroriste associées aux Alshebab, à Boko Haram et à Al-Qaïda. Notre pays devient un sanctuaire du terrorisme international, servant ainsi d’arrière base à ces derniers qui utilisent notre diamant et notre or pour blanchir leur argent. Sur le plan économique, plus aucune activité n’est viable en RCA, et rien n’est fait pour que les choses soient reprises en main. Bien au contraire tout est entrepris pour désorganiser l’administration et piller nos ressources. Aujourd’hui quand la présidente, décide de supprimer la bancarisation des recettes fiscalo douanières, que cette dernière, maintient à la Douane sa cousine qui serait à l’origine d’un détournement prouvé de 500 000 000 de FCFA, dont l’amant est aujourd’hui nommé premier ministre, pour couvrir tous ces forfaits. Vous remarquerez avec moi qu’il y a un problème. Sur le plan social, nos enfants ne vont plus à l’école, il n’y a plus de structures sanitaires, nos femmes accouchent dans la foret, beaucoup de nos frères et sœurs paysans se retrouvent dans la nature à la merci de l’hostilité de la nature, des bêtes sauvages etc. Le tout entretenu par la France.

Beaucoup voudrait d’un autre individu que de Kamoun à la Primature centrafricaine. Que vous inspire le choix de Samba-Panza porté sur le nouveau Premier ministre ?

BK/ C’est de la provocation, du mépris à l’endroit de ce peuple qui souffre tant surtout sous la férule de la seleka.

Pourquoi dites-vous cela ?

BK/ Comment peut nommer à la tète du gouvernement un pilier de la seleka, proche collaborateur de Djotodia, ayant fait preuve d’une notoire incompétence dans l’exercice de ses fonctions dans l’administration, dont la moralité est sujet à caution pour avoir commis un certain nombre de forfaits. Alors que la seleka pille, tue, viole au quotidien. Comment peut-on confier la charge de la gestion de notre pays à des sympathisants terroristes. C’est comme si au Nigéria, on nommait un proche collaborateur du leader de BOKO HARAM comme premier ministre. C’est inadmissible. Sans compter que ce dernier en a profité pour renforcer la présence sélékiste au Gouvernement. Pensez vous que ce premier ministre selekiste, va faire désarmer les siens et réhabiliter les FACA, seuls à même de préserver l’ordre et la paix ?

N’est-ce pas ce que les Accords de Ndjamena avait prévu ?

BK/Qui a signé ces crapuleux accords, quels sont les termes de ces accords, où est ce document qu’on a jamais vu ? D’autre part nous sommes un pays laïc, il n’est pas ainsi question de confessionaliser la vie politique. Comme je le disais l’état n’est pas une mosquée ou une église. Comme le disait César auguste, à césar ce qui est à césar et à dieu ce qui est à dieu. D’autre part pourquoi des terroristes sympathisants djihadistes au nom d’une communauté religieuse qu’elle prend en otage, représentant 6% de la population exigerait de contrôler des institutions, on est pas en théocratie, sur quelle base, parce qu’elle a pris des armes pour prendre en otage tout un peuple ? C’est anti-démocratique, C’est inacceptable. Sans compter que cela crée un précédent dangereux. A savoir qu’il faut prendre les armes pour ètre considéré en Centrafrique, par les autorités et la communauté internationale. Croyez moi, le message est bien passé.

La solution selon vous ?

BK/ Dans le cadre de ce type de transitions illégitimes, il aurait fallu désigner un technocratre un homme d’état, un homme neutre politiquement, ayant le sens de l’autorité. Mais face à cette dictatoriale transition selekiste, la meilleure option serait de dissoudre ces institutions illégitimes et démettre la présidente et son premier ministre et laisser le soin à des patriotes de gérer une nouvelle transition, pour rétablir l’ordre la sécurité, la paix, réconcilier le peuple avec lui-même, et organiser des élections démocratiques. Ainsi le peuple choisira librement celui qui présidera sa destinée, sans pour autant qu’il soit imposé par la France. Sur cette base, si certains veulent instaurer une théocratie où un pouvoir régionale, qu’ils se soumettent aux suffrages, qu’ils aillent aux élections et le peuple appréciera.

Faites-vous allusion à la minorité musulmane ?

BK/ Non, je fais allusion à ces terroristes de la seleka, qui ne sont autre que des bandits, des criminels, qui violent pillent et tuent au quotidien, au nom de l’islam et de la communauté musulmane qu’ils ont pris en otage. Ce afin soit disant d’islamiser notre pays par la force, souvenez vous de cette lettre de Djotadja au conseil islamique. Ce n’est pas ça la pratique de l’islam que de te tuer, piller, violer, au quotidien son prochain. On a affaire au diable, pas à des musulmans, qui doivent être au plus vite neutralisés, car ils posent un véritable problème de sécurité pour la sous-région, le continent et pour le monde.

Le mois d’août dernier, vous aviez annoncé le lancement immédiat de l’Opération Kongowara II pour déloger la Séléka, Quel est le plan d’action et la stratégie de cette opération ?

BK/ Oui en effet le mouvement KITE m’a confié la charge de diriger cette opération. L’appellation Kongowara est un clin d’œil à notre histoire et mener à bien le combat mené à l’époque, par un grand résistant Karinou en 1928, pour l’unité la liberté et la dignité de l’Afrique. On a pour mission de réconcilier, d’unifier, de pacifier, de sécuriser, le peuple centrafricain et les paysans en particulier sur toute l’étendue du territoire, et neutraliser tous les vecteurs d’insécurité en RCA, à commencer par la nébuleuse terroriste seleka et LRA, par tous les moyens qui s’imposent, afin de rétablir l’ordre, ce dans les plus brefs délais. C’est aussi une lutte contre le terrorisme et le djihadisme en RCA. Il n’est pas question pour nous de tolérer ce genre de personne sur notre territoire. L’idée est de faire de notre pays un havre de paix un pole de sécurité et de développement, où tous ensemble animistes, kimbanguistes, chrétiens musulmans, transformerons cet enfer en paradis. Pour ce qui est de notre stratégie, Un écrivain Nigérian Wolé Soyinka disait « le tigre ne crie pas sa tigritude », voilà tout ce que je peux vous dire pour le moment, nous nous organisons, nous structurons, en phase avec la logique unitaire de KITE, afin d’y associer tous ceux qui aiment ce pays, toutes confessions religieuses confondues, les forces armées régulières FACA. Un état major a été mis en place, des forces se constituent, dans un avenir très proche nous communiquerons dans le cadre de cette opération, et le tigre bondira.

Les casques bleus contrôleront bientôt l’ensemble du territoire, pourquoi Kongowara II ?

BK/ Souffrez que je me gausse, imaginez-vous que les 8 500 hommes de la MISCA et des Sangaris n’arrivent pas à sécuriser la ville de Bangui, alors qu’à l’époque nos forces de police la sécurisaient avec 700 hommes, alors vous espérez qu’avec un effectif plus réduit de 7600 hommes dont la majorité sont des éléments de la MISCA, dont les nouveaux venus ne connaitront pas le terrain, qu’ils puissent faire quoi ? Ils ne feront rien, la situation les dépasse. Si c’est pour que cela dure 17 ans comme au Congo et que la situation s’enlise comme au Mali, sans compter le fait que la présence des UN entretien une économie de la prostitution. Pour notre part nous réservons un meilleur sort à nos sœurs. Il est bon de préciser, que l’on est à notre 12 ème mission des nations unies en RCA depuis 1996, Quel est le résultat aujourd’hui? C’est une des premières fois dans l’histoire que les nations unies marginalisent l’armée nationale pour rétablir l’ordre et la sécurité. Car on accuse notre armée d’avoir travaillé sous les ordres de Bozize est d’être composée de Gbayas. Imaginez vous que même les nations unies pèchent dans le tribalisme, que je sache les gbayas sont des centrafricains. Il y a une résolution 21 21 et 2127, que tout le monde connait, qui demande à la mission de désarmer si nécessaire par la force, les forces en présence. Qu’en est t’il ? On nous parle aujourd’hui de cantonnement. Les forces françaises arment les deux camps. On crée et entretient la division entre les communautés religieuses, pour nous amener à la partition et mieux exploiter nos ressources. On se moque de nous, regardez ce qui s’est passé à Batangafo, il ‘y a eu un accrochage entre la seleka et les français et aujourd’hui Batangafo est sous le contrôle de la seleka. On joue avec l’avenir de tout un peuple, avec notre avenir et celui de nos enfants, et nous paysans de Centrafrique ne pouvons accepter cela. On pille, on viole nos femmes, on massacre nos frères paysans au quotidien, pour notre eau et notre pétrole. En conséquence nous prenons nos responsabilités.

Mais la seleka dit envisager de désarmer dans le cadre d’un processus DDR ?

C’est de la diversion, pourquoi attendre le DDR, il y a une résolution claire des Nations unies, désarmement, immédiat sans condition, si nécessaire par la force. Cela fait deux ans que ça dure. S’ils ne peuvent pas où ne veulent pas les désarmer, nous le ferons nous même avec l’armée régulière les FACA. Nos services de renseignement ont infiltré la seleka, croyez-moi ils ne comptent pas désarmer, comme en côte d’ivoire, qui est leur schéma, jusqu’à imposer par la force un candidat qui leur sera favorable ainsi qu’à la France où au pire des cas initier une partition, pour préserver les intérêts miniers et pétroliers de Paris. Le schéma est clair, il y a même une cellule aux nations unies qui travaille sur la partition de la RCA. Ils ont été clairs à Brazzaville. Sans compter qu’il y a une partition de fait, comme ils le disent. La seleka refuse de rentrer dans le processus de paix et de réconciliation, en cela ils ont même sanctionné leurs représentants qui ont signé les accords. Les choses sont clairs

Que pensez-vous de la partition ?

BK/ Inacceptable, il n’y aura pas de partition de la Centrafrique. Nous consentirons à faire tous les sacrifices qui s’imposent pour préserver l’unité de notre peuple et lutter contre la balkanisation de l’Afrique. Les panafricains que nous sommes accepterons de revoir les limites de nos frontières que dans le cadre d’une intégration régionales et des états unis d’Afrique.

Qu’entendez-vous par sacrifices qui s’imposent, même la guerre ?

Vous savez notre situation est quelque peu similaire à celle des états unis au 19eme siècle, où Abraham Lincoln dut prendre ses responsabilité pour préserver l’unité des USA, en menant la guerre de sécession. Il faut sécuriser les populations et les biens et neutraliser les djihadistes avant qu’il soit trop tard. Regardez ce qui se passe au Nigéria, on les a laissé, et maintenant on a du mal à les déloger. Les djihadistes ne sont pas des musulmans mais des criminels. Regardez ce qu’ils font dans les pays musulmans, comme le Mali, où ils massacrent des musulmans. C’est une guerre contre le terrorisme et les djihadistes que nous devons mener pour la sécurité du monde.

Loin de là, que dites-vous des interférences du Tchad et de la France ?

BK/ Nous ne sommes pas un département français, Quand à Déby qu’il se mêle de ce qui le regarde. Nous sommes un peuple et un état souverain. Je profite de l’occasion qui m’est offerte pour faire passer un message au président Déby, à savoir que s’il continue de soutenir la seleka et de s’ingérer de manière tout aussi nuisible, il sera bientôt surpris chez lui à Ndjamena.

Ce que vous dites est quand même grave puisque vous accusez une fois encore le Président tchadien d’être l’une des causes du drame centrafricaine. Basez-vous sur votre plausible relation avec le petit fils de l’ancien Président Tombalbaye qui est aussi basé en Afrique du sud, pour avancer de tels propos à l’endroit de celui que certains considèrent comme étant le bras armé de la France en Afrique Centrale ?

BK/ Pas de commentaires

Que veut Deby en Centrafrique, que lui reprochez-vous ?

BK/ le pétrole, l’or, le diamant, le bois et l’eau, surtout l’eau, ainsi il cherche à détourner la rivière Kotto et une partie des eaux de l’Oubangui pour alimenter le Lac Tchad, ce qui assècherai la rivière Kotto à partir de Bria, et nous priverait d’un potentiel hydro énergétique important dans la région. En effet en détournant la Kotto à partir de Bria, il n’y aura plus de chutes à Kémbé, ce qui hypothèquerait l’implantation d’un barrage hydroélectrique dans la région, d’autre part la Kotto et un des principaux affluents de l’Oubangui. Il est aussi prévu de pomper à partir de l’Ouélé, confluent à la source de l’Oubangui, ce qui priverait d’eau les populations riveraines en saison sèche. Car comme on peut déjà le remarquer en saison sèche à cause de l’avancée du désert et du dérèglement climatique, le niveau d’eau de l’Oubangui baisse considérablement en saison sèche au point où l’on peut à Bangui traverser à pied l’Oubangui. Par ce projet on assoiffera, nos populations et nos frères paysans n’auront pas assez d’eau pour produire et survivre, nos éleveurs n’auront plus de cours d’eaux pour abreuver leurs bêtes, notre si généreuse terre ne sera plus fertile, ce de part et d’autre de la rive. Ainsi ces populations assoiffées, se révolteront ce qui sera à terme une source d’instabilité. Jusqu’alors l’organisme en charge du projet n’a jamais produit d’étude d’impact environnemental. Voila ce que la séléka est prête à lui offrir asséchant nos terres et en assoiffant notre peuple.

Le peuple centrafricain n’est-il pas disposé à partager son eau avec son frère tchadien ?

BK/ Bien sur que si, surtout s’ils le demandent poliment, pas comme le fait DEBY, se croyant omnipotent avec le soutien de Paris au point de ne pas nous considérer, faisant violer nos mères nos femmes, nos filles, en tentant de terroriser les braves paysans en les massacrant et en pillant de leurs biens, pour imposer sa volonté. Mais il a oublié une chose, on en a vu d’autres, qu’il se souvienne que chez nous les despotes n’ont jamais fait plus de 13 ans au pouvoir, et nous avons connu un des plus grands despotes de l’histoire de l’Afrique. Il oublie que notre pays a abrité un des plus grands mouvements de résistance de la période coloniale : la guerre du Kongowara en 1928, qui inspira beaucoup de grands résistants africains, à l’instar de Simon Kimbangu, Matshua au Congo brazza, Marcus garvey, Nkwamé nkrumah Boganda et d’autres. Alors nous avons de qui tenir. C’est la première fois dans l’histoire des relations de nos deux pays qu’un chef d’état se comporte de la sorte. Alors qu’ensemble de manière négociée, on pourrait trouver une solution plus appropriée, à ce problème d’eau, tout en préservant nos intérêts communs, sans pour autant assécher nos terres et assoiffer notre peuple. C’est ça le panafricanisme, l’unité dans le malheur, la solidarité, le partage. Mais il faut aussi que ceux qui partagent le Lac Tchad et qui ont beaucoup d’eau, à savoir le Cameroun et le Nigéria, doivent aussi assister nos frères du Tchad. Ainsi On pourra même pomper l’eau de mer qu’on trouve en abondance sur les cotes de ces pays que l’on peut dessaler sans pour autant affecter personne.

Dans une de vos déclarations, vous aviez illustré la France comme une éponge prête à absorber le pétrole centrafricain. Expliquez-vous.

BK/ La France est le seul pays au passé colonial qui a une posture anachronique. En effet elle se considère et se comporte comme une puissance coloniale avec son réservoir exclusif de ressources : l’Afrique. Le drame et le paradoxe est que est que dans l’histoire de ce pays, ce sont les dirigeants socialistes ou progressistes qui s’inscrivent le plus dans cette logique. N’oublions pas que c’est Léon Blum qui a maintenu le système colonial en 1946, après que nos ancêtres aient sauvé la France du nazisme, pendant que la majorité des français collaboraient avec Hitler, c’est lui qui a relancé la guerre du Vietnam pour y maintenir le système colonial. Mitterrand sous la 4eme République fut ministre des colonies, et a réorganisé avec son fils la France-Afrique. Aujourd’hui Hollande a pour ambition de réhabiliter l’empire français en confortant la France-Afrique, on nage en plein néocolonialisme. C’est dommage que de voir un pays comme la France, dirigé par des gens sans vision, n’ayant aucun sens de l’histoire. Car la colonisation et la néo colonisation sont bel et bien finis, il faut savoir lire le signe des temps. Il y a une fin à tout, il y a un temps pour tout, c’est inéluctable, il faut être myope politiquement et historiquement pour ne pas le comprendre. Il faut que la France apprenne à être compétitive, créative, dynamique, comme l’Allemagne, l’Angleterre, l’Italie, la Chine, le Brésil, sans pour autant fonder leur économie sur l’exploitation d’un peuple et de leurs ressources. Il faut qu’elle s’inscrive dans une logique relationnelle moderne « gagnant gagnant », elle se doit d’être humaniste et respectueuse des valeurs démocratiques, au lieu d’organiser des putsch à tort et à travers, pour maintenir sa domination. C’est en cela que les autorités françaises, continuent de considérer notre pays comme une réserve de ressources minières à préserver pour les futures générations françaises, à commencer par notre pétrole et notre gaz. Maintenant que l’on s’entête à vouloir exploiter ces ressources, ils veulent avoir l’exclusivité de l’exploitation du pétrole à leur condition soit 90% pour Total et 10% pour la RCA. Voilà pourquoi on a fait partir Bozizé qui s’était rapproché des chinois qui nous proposaient 55% et 45% pour eux. Alors que Djotodia laissait même entendre qu’il pouvait se contenter de 2%, mais d’autres acteurs politiques centrafricains continuent de faire de la surenchère pour le bradage de ces ressources. Voilà l’Enjeu de la partition : un contrôle par le Tchad et le soudan d’une partie de ces ressources (l’eau, Bois, diamant, or, mercure rouge etc.) et pour la France le pétrole et l’Uranium dont regorge la région. En effet le gros des gisements pétroliers et l’uranium est à l’Est, dans la région où ils veulent initier leur partition. Comme vous pouvez le remarquer dans cette carte que je vous remets et vous demande de présenter aux centrafricains qui ont le droit de savoir. Ce pétrole sera ensuite évacué via port Soudan, dont le pays est un fidèle allié de Paris. La France mène une guerre du pétrole en RCA. La France est en train d’initier de déstabiliser l’Afrique, pour contrôler ses ressources et reprendre la main, sur la Chine et d’autres acteurs avec l’aide de DEBY.

Des accords datant de 1963, signés par Le président D Dacko, donnent à la France certains droits sur des ressources naturelles stratégiques de certaines de ses anciennes colonies en Afrique Centrale dont la Centrafrique en fait partie. Vous êtes au parfum du contenu de ses textes ?

BK/ Oui en effet l’article 4 des accords concernant les matières stratégiques et hydrocarbures, stipule que l’exploitation de ces ressources doivent permettre de satisfaire nos besoins et que le surplus doit revenir exclusivement à la France. C’est scandaleux, mais vous savez quelque chose a changé en Centrafrique, Je vais citer cette institutrice que j’ai rencontré dans la brousse l’année dernière, les habits en lambeaux, aux abords de Bossangoa quand la seleka sévissait dans la région, qui me disait ceci « M BIDA on a presque plus rien à perdre, on a presque tout perdu, ils nous ont presque tout pris, il nous reste que notre dignité à préserver et à défendre ». Il faut que la France comprenne que la coloniale est terminée, et qu’à ce titre elle nous doit même réparation. Si elle ne le comprend pas cela, elle l’apprendra à ces dépends. Le monde a changé, et notre peuple a droit au bonheur. Notre avons tous le droit de vivre en sécurité, Nos enfants ont tous le droit d’aller dans des écoles gratuites de qualité, nos sœurs nos femmes et nos mamans ont le droit d’accoucher et nous donner la vie dans des conditions décentes des maternités, nous avons le droit de nous faire soigner gratuitement dans des hôpitaux et centre de santé de qualité accessibles à tous, Nous avons le droit d’avoir accès gratuitement à de l’eau potable de qualité dans un pays qui offre un potentiel en eau potable de , Nous avons le droit de manger à notre faim dans un pays qui offre un in indice agro démographique de 50 000 000 d’habitants, et 15 millions d’ha de terres arables. Nous avons le droit d’avoir tous accès à l’énergie pour avoir accès au progrès au développement, nous avons tous le droit d’avoir des logements décents Nous avons le droit d’avoir accès au crédit pour financer nos projets. Nous avons ainsi le droit de travailler et vivre décemment du fruit de notre dur labeur. Nous avons le droit d’exploiter nos ressources à nos conditions, au profit du bonheur du peuple. Nous avons aussi le droit de rêver de faire de notre pays le grenier de l’Afrique et une puissance à terme. Nous avons le droit de choisir nos dirigeants dans un environnement démocratique. Nous avons tout simplement le droit d’être heureux. Voilà l’objet de notre révolution.

Votre dernier mot

BK/J’en appelle à tous ceux qui aiment ce pays, à nos frères musulmans otages et victimes de la seleka, et plus particulièrement nos frères peulhs éleveurs dont la seleka pille le bétail, de se joindre à leurs frères paysans de Centrafrique, afin d’unifier de pacifier et libérer notre beau et grand pays du joug du terrorisme, du djihadisme et du néocolonialisme français. Qui s’évertue à nous diviser pour mieux exploiter nos ressources et plus particulièrement notre pétrole. Pour revivre comme avant dans l’harmonie. Il y a assez de place, assez de ressources pour tous et être heureux, afin de bâtir une belle et grande nation, unie libre digne puissante et prospère. Ils ont fait de notre pays un enfer, nous en ferons un paradis. Ensemble nous vaincrons. Je vous remercie.

23.Posté par DJIBRINE le 09/06/2014 17:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
CENTRAFRIQUE: L’OPPOSITION ARMEE TCHADIENNE SE RAPPROCHERAIT DE L’OPPOSANT CENTRAFRICAIN BIDA KOYAGBELE

Publié par CENTRAFRIQUE LIBRE le 09 juin 2014


Sources: Kangbi Ndara

Bangui le 9 juin Aïda Maïmouna à Kangbi-ndara.net / Le Secrétaire Général du Mouvement paysan révolutionnaire Kite, Bida Koyagbélé aurait été approché par l’opposition armée en gestation du sud ouest du Tchad. La rencontre aurait eu lieu mercredi dernier discrètement au Swaziland à 300 k, de Johannesburg.

« >bidaMercredi 04 juin, il aurait secrètement rencontré au Swaziland (Afrique australe), le chef d’une opposition armée tchadienneen gestation et qui serait dirigée par un descendant de l’ancien président tchadien, François Tombalbaye.

L’objet de la rencontre serait d’initier un front paysan révolutionnaire panafricain soutenu par les paysans du Sud-ouest du Tchad en pays Sara-kaba (région pétrolifère du Tchad) qui s’appuieraient sur le pays Sara-kaba de Centrafrique, apprend-t-on d’une source membre de Kite Mouvement.

Ce front commun aurait pour but d’initier une révolution verte, paysanne et panafricaine sur la base de la vision initiée par Kité en RCA et au Tchad. Kité ferait des émules dans la sous région, au point d’inspirer une l’opposition armée tchadienne.

Certains services de renseignements français suivraient de près cette connexion, car ceci montrerait à quel point ces idées de révolution gagnent du terrain.

D’une source intermédiaire, ce mouvement qui serait dirigée par un petit fils de Tombalbaye,dont on ignore encore la vraie identité,aurait également pour projet d’initier une lutte armée révolutionnaire contre le régime du Président Idriss Deby Itno. Ce qui constituerait un front commun contre Deby et ses alliés de la Séléka. Elle aurait l’intention d’avoir pour arrière base le pays Sara-Kaba de Centrafrique.

Une autre rencontre serait programmée la semaine prochaine dans une capitale africaine avec l’opposition armée de l’Est du Tchad, dont la délégation tchadienne serait conduite par un certain général Mahamat Abou Sileck (rebelle tchadien qui avait mené l’attaque de N’Djamena aux portes du palais de Deby en 2008).

B. Koyagbelé et son hôte auraient été reçus par le roi du Swaziland, qui projetterait, selon certaines rumeurs d’épouser en septième noce sa secrétaire d’origine centrafricaine, qui serait une fille du Colonel de l’armée centrafricaine Jean Louis Gervil Yambala, d’où son intérêt pour la RCA.

Mr Bida Koyagbelé opposant très proche du milieu rural paysan et des Forces armées centrafricaines (FACA), dont il plaiderait tout le temps la réhabilitation. Cette proximité serait confortée par le fait qu’il les aurait particulièrement assisté pour des raisons humanitaires officiellement, sous le régime Djotodja. En hébergeant, plus de 2000 militaires exilés, dans sa palmeraie de Karawa en RDC, dont une bonne partie ne seraient toujours pas rentrés.

Ne serait-on pas en droit de se poser la question, pourquoi Koyagbelé voudrait-il déstabiliser le Tchad?

22.Posté par DJIBRINE le 06/06/2014 19:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voila un des seleka qui renie NOUREDINE, vous savez pourquoi ?
ils ont peur de CPI, là ou il se trouve il a un peu d'argent alors qu'il n a jamais travailler dans sa vie, grâce aux armes Hiseine croit travailler maintenant. et faire la politique.

Commentaires (0)
Dans Actualités


Issene 1Bangui, 6 juin (RJDH) - La coordination politique des ex-Séléka a rejetée la prise de position du n°2 de la Séléka, Nourredine Adam, au sujet de l’ultimatum d’une semaine qu’il a donné à l’ONU afin de trouver une solution mieux adaptée aux attentes des musulmans du KM5, Boda et Carnot. Selon Abdoulaye Isseine, joint ce matin par le RJDH, l’ultimatum de Nourredine n’engage ni la responsabilité de la coordination politique, ni de celle de l’Etat-major.


Dans un communiqué de presse signé le 3 juin 2014, Nourredine Adam demande au Secrétaire Général de l’ONU de tout mettre en œuvre pour répondre aux attentes des musulmans de Bangui. « Nous accordons un délai d’une semaine à ces organisations afin de trouver une solution mieux adaptée aux attentes de ces derniers. Dans le cas échéant, nous nous engagerons à prendre nos responsabilités face à cette situation qui ne fait que trop durer », précise le document.

Selon Abdoulaye Isseine, cette déclaration est irresponsable. « Il a agit en son nom. Les deux structures de l’ex-Séléka ne parlent pas au nom des musulmans. Dans la Séléka, il y a des non-musulmans. Nous ne sommes pas responsables de ce qu’il a dit », a déclaré le coordonnateur politique de l’ex-Séléka, joint depuis l’étranger par le RJDH.

« Nous travaillons pour ramener la paix et la cohésion sociale entre les communautés et non pour créer la tension parmi les communautés. C’est un individu qui a parlé et sa voix ne peut pas entraver les efforts que nous menons avec l’appui de la communauté internationale et les autorités de transition pour pacifier le pays», a noté Abdoulaye Isseine.

Joint en début d’après-midi par le RJDH, Joseph Zoudeko, chef d’Etat-major de l’ex-Séléka aujourd’hui appelé « Forces Républicaines » par les deux structures, indique que cette déclaration est nulle et sans effet. « Il n’est pas des nôtres et nous n’avons pas de contact avec lui. Ce sont ses propres ambitions qu’ils exposent », a déclaré Joseph Zoudeko.

La prise de position de Nourredine Adam fait suite à la recrudescence de la violence dans la capitale, mettant en cause la communauté musulmane du KM5.

21.Posté par DASS,camerounais le 06/06/2014 16:39 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
moi j'ai un petit-frère à Nola en RCA qui a perdu plus de 100boeufs juste parcequ'il est musulman. Alors qu'il n'est pas combattant de séléka. Les gens comme Nourredine Adam ont très bien fait. Félécitations. Par votre faute, c'est tous les musulmans vivants en RCA qui sont dans la merde.

20.Posté par adam le 06/06/2014 16:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon frère Nouredine,
Je t'avais averti après votre entrée à Bangui de considérer la race humaine et surtout de ne pas s'en prendre aux chrétiens, ni aux musulmans. malheureusement, tu en a fait à ta tête. Aujourd'hui comme les chrétiens , les musulmans aussi ont tout perdu. il y a plus de 10 000 chrétiens tués contre moins de 1000 musulmans. c'est dire que vous avez un plan d'extermination des chrétiens. mais Dieu a bien voulu épargner le peuple centrafricain.tout comme Dieu a épargner les musulman des mains des Antiballaka.
maintenant, l'heure n'est plus à la division, à la tuerie. nous devons tout mètre en oeuvre pour la réconciliation. sachant que pendant 9 mois ,vous avez semer la terreur, le pillage, les meurtres alors que vous exercez le pouvoir. Nous musulmans Centrafricains ne vous croyons pas capable de diriger un nouvel Etat du nord Centrafrique comme vous le prétendez. nous ne voulons plus subir la tyrannie, la dictateur imposées par les armes et par les mercenaires venus d'ailleurs. Que ALLAh te retribut à la dimission des actes que tu as pausé en RCA.

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Pour poster un commentaire, vous devez utiliser un Email valide. Les commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi seront effacés.
En raison d'un nombre important de commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi, les commentaires sont désormais soumis aux modérateurs afin d'être vérifiés.

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements