Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Informations

Référendum constitutionnel : l’opposition congolaise divisée sur l’option de la démonstration de force


Alwihda Info | Par Claude Dinard Vimont - 9 Octobre 2015 modifié le 9 Octobre 2015 - 10:25

Le FROCAD et IDC, deux plates formes de l’opposition radicale, ont invité leurs sympathisants à assister à la conférence de presse qu’ils ont donnée en début d’après-midi dans un des hôtels brazzavillois. En effet, ce cartel de partis politiques avaient promis à leurs militants qu’ils feraient une démonstration de force une fois que la date du référendum sera annoncée.


Une conférence de presse dite de passage à l'acte a été organisée le mardi 6 octobre 2015. Quelques militants avaient cru en ce groupe hétéroclite que constituent leurs leaders. Ainsi, environ cents à deux cents personnes ont accouru à l’hôtel abritant la conférence avec la conviction que le moment est arrivé pour eux de passer à l’acte promis par les leaders. Mais, lequel ?

Alors que les militants avaient pris d’assaut la salle de conférence, en lieu et place des journalistes dont certains ont été chassés de la salle, leaders hésitaient autour de la piscine de l’hôtel, affichant de fait l’impréparation et la divergence de vues, notamment entre les deux plates-formes.

L’entretien avec la poignée de journalistes triés sur le volet après un casting violent a été très bref, pendant que les rangs se fissuraient dans la centaine de militants qui attendaient le mot d’ordre promis. Certains ont quitté l’hôtel avant même la fin de la conférence de presse comme les spectateurs déçus de la prestation de leur équipe.

Les conférenciers ont résolu de se réunir dans un avenir incertain, pour la conduite à tenir : désobéissance ou référendum ? Les avis sont partagés sur le choix à opérer. Vraisemblablement, ces opposants comptaient sur la naïveté d’une partie du peuple qui aurait pris la rue après l’annonce de la date du référendum. Ils sont plutôt surpris du calme affiché par le peuple congolais dans son ensemble, aussi mûr que majeur.

La désolation de ceux qui ont assisté à la fin de cette conférence n’avait de mesure que l’envie qu’ils avaient de semer, en cassant les voitures et autres édifices publics et privés, bref atteindre un objectif inespérément rêvé : copier et coller au Cogo, la révolution burkinabè.

Ils n’ont certainement pas tort, puisque celle-là était la promesse des leaders. Mais, ils vont certainement comprendre que sous le feu de passion, pour leur faire plaisir, ces leaders là peuvent leur promettre vents et merveilles qu’ils ne réaliseront point, surtout s’il s’agit d’envoyer les enfants des autres au feu.

Les militants ne devraient donc pas s’étonner que leurs leaders reviennent à la raison, pour les appeler à aller voter, étant donné que le texte fondamental en projet prend en compte beaucoup d’idées énoncées par l’opposition comme critiques contre la constitution actuelle. Il n’est pas trop tard pour ces leaders de le comprendre.

 


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements