Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Soudan: La rebellion demande aux autorités de respecter le traité sur les prisonniers


Alwihda Info | Par - 29 Mai 2017 modifié le 29 Mai 2017 - 12:41

Les autorités soudanaises exposent des images des rebelles tués ou capturés par les forces soudanaises. Des images que certaines organisations de défense des droits de l'Homme jugent inhumaines.
Le nombre des rebelles tués, selon l'armée soudanaise est plus de 500. Une centaine de rebelles capturés parmi lesquels figurent le commandant Ahmat Hissen Moustapha dit ADROB et le chef d'état major du mouvement de Mini Arkawi. Interrogé par l'armée, ADROB fait des révélations sur les plans de guerre des mouvements rebelles et les sponsors. A la fin de l'interrogatoire, il remercie vivement l'armée soudanaise pour l'avoir bien traité.

Les rebelles soudanais dans un communiqué publié lundi dernier ont enfin reconnu que leurs forces ont subi une défaite et une centaine de leurs combattants auraient été faits prisonniers. Ils justifient la défaite par l'épuisement des cartouches en position de leurs combattants qui ont fait face aux forces gouvernementales pendant deux jours (samedi et dimanche). Les dirigeant rebelles coalisés de Mini Arkawi et Abdelwahit MAHAMAT Nour accusent dans leur communiqué les forces gouvernementales soudanaises d'avoir sommairement exécuté plusieurs de leurs combattants.



L'opposition armée soudanaise a dans un communiqué appelé le gouvernement soudanais de respecter les textes et lois universellement connus qui protègent les prisonniers de guerre. L'appel des rebelles intervient à la suite des affrontements survenus entre les 20 et 22 mai

Les autorités soudanaises exposent des images des rebelles tués ou capturés par les forces soudanaises. Des images que certaines organisations de défense des droits de l'Homme jugent inhumaines.
Le nombre des rebelles tués, selon l'armée soudanaise est plus de 500. Une centaine de rebelles capturés parmi lesquels figurent le commandant Ahmat Hissen Moustapha dit ADROB et le chef d'état major du mouvement de Mini Arkawi. Interrogé par l'armée, ADROB fait des révélations sur les plans de guerre des mouvements rebelles et les sponsors. A la fin de l'interrogatoire, il remercie vivement l'armée soudanaise pour l'avoir bien traité.

Les rebelles soudanais dans un communiqué publié lundi dernier ont enfin reconnu que leurs forces ont subi une défaite et une centaine de leurs combattants auraient été faits prisonniers. Ils justifient la défaite par l'épuisement des cartouches en position de leurs combattants qui ont fait face aux forces gouvernementales pendant deux jours (samedi et dimanche). Les dirigeant rebelles coalisés de Mini Arkawi et Abdelwahit MAHAMAT Nour accusent dans leur communiqué les forces gouvernementales soudanaises d'avoir sommairement exécuté plusieurs de leurs combattants.