Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Revue de Presse

Tchad : Alhadj Modou, sauvé d'une hypertrophie congénitale par la Première Dame


- 4 Avril 2017 modifié le 4 Avril 2017 - 20:17


Originaire de la région du Lac, le petit Alhadj Mbodou est âgé de douze ans. Il souffrait d’une hypertrophie congénitale du membre supérieur gauche. En terme simple disons, qu’il est né avec cette malformation de la main gauche. De fil en aiguille, la tumeur augmentait de volume.


Tchad : Alhadj Modou, sauvé d'une hypertrophie congénitale par la Première Dame
C’est au nom de la Fondation grand cœur et pour la cause du couple mère-enfant en détresse que sa Présidente Hinda Déby revient pour la deuxième fois en l’espace d’un mois à l’hôpital mère et enfant pour sauver une vie et redonner le sourire à une famille au bout du désespoir.

Proche des couches vulnérables et plus particulièrement des enfants en détresse, la présidente de la Fondation grand-cœur, a tenu à effectuer le déplacement de l’hôpital HME pour soutenir moralement, la famille du malade Alhadj Mbodou par sa présence physique et celle de membres de sa fondation. Comme pour Mispar Angeline, Hinda Déby accompagnera le petit jusqu’au portail du bloc opératoire. « Elle est venue personnellement nous réconforter, c’est un acte humanitaire inoubliable, je lui en serai reconnaissant toute ma vie », nous confie le géniteur de l’enfant, Mahamat Tchari.

Originaire de la région du Lac, le petit Alhadj Mbodou est âgé de douze ans. Il souffrait d’une hypertrophie congénitale du membre supérieur gauche. En terme simple disons, qu’il est né avec cette malformation de la main gauche. De fil en aiguille, la tumeur augmentait de volume. 

Né d’une famille paysanne, le  petit Alhadj Mbodou est admis aussitôt au bloc après le départ de la présidente de la Fondation Grand-cœur. Il aurait fallu une heure trente minutes aux deux chirurgiens pédiatres, Dr Olivier Ngaringuem et Mahamat Nour Abakar Djibrine pour sauver la vie de l’enfant. Pour eux, le moindre mal est l’amputation et ce qui fût fait. 

Le 30 mars dernier, la Fondation grand cœur a redonné le sourire à une autre famille abattue et qui ne sait à quel saint se vouer. La petite Mariam Adoum âgée de deux ans et demi souffrait d’une hernie cervicale. Elle portait cette énorme masse de plus de trois kilos depuis sa naissance. Se coucher est un cauchemar pour elle, explique sa mère. Informée, la Présidente de la fondation grand cœur, Hinda Déby a pris en charge son traitement médical à l’hôpital de la renaissance à N’Djaména. Cinq jours après son opération, Mariam Adoum mets du baume au cœur de sa famille et l’équipe des neurochirurgiens dirigée par le Dr Aggad Mourad ayant procédé à son opération.