Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle


Alwihda Info | Par - 13 Février 2017 modifié le 13 Février 2017 - 09:04

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N'Djamena. "L’entraînement est gourmand en matériel, mais Idriss Déby met les moyens". Tout ce qui est indispensable dans une équipe de protection rapprochée est enseigné.


Le chef de l'Etat escorté vers la sortie à la fin de son investiture. Alwihda Info/M.R.
Le chef de l'Etat escorté vers la sortie à la fin de son investiture. Alwihda Info/M.R.
Dès 1990, un détachement d’une demi-douzaine d’agents des renseignements français se relaient au Tchad et forment plusieurs dizaines de gardes du corps de la sécurité présidentielle. C'est le service action de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure qui s'en charge.

Entre 1994 et 1995, il faut renforcer la garde rapprochée pour protéger le chef de l'Etat, et la sureté présidentielle tchadienne va bénéficier d'une mission d’assistance dans le cadre de la protection présidentielle, aussi appellée « formation cobra ».

"L’armée tchadienne ne dispose d’aucune structure dédiée à la formation protection rapprochée. Il faut sans arrêt batailler pour trouver une salle, des terrains d’entraînement", souligne l'ex-agent Jean Marc Gadoullet qui se livre dans son ouvrage "Agent secret", paru en septembre 2016.

L'objectif est de renforcer la sureté présidentielle. Les soldats de la sureté présidentielle tchadienne bénéficient d'un entraînement au tir, techniques de déplacement, méthodes de neutralisation, et de conduite de véhicule en convoi.

Ainsi, des gardes du corps, des conducteurs, des chefs d’équipe et des spécialistes NEDEX (neutralisation, enlèvement et destruction d’explosif), c’est-à-dire des artificiers chargés de neutraliser les colis suspects, seront formés. La sureté présidentielle sait aussi désormais utiliser des scanners et portiques de sécurité. 

La transformation de la sureté présidentielle en DGSSIE

Neuf ans plus tard, en 2004, le projet est "de créer une véritable école de formation des gardes du corps pour rendre les Tchadiens totalement autonomes". En effet, le Tchad informe la France d'un risque de coup d'Etat, plus précisément d'une probable tentative d'assassinat "par l'entourage". A ce moment là, Jacques Chirac, président français de l'époque, fait une promesse : « Je vais t’envoyer quelqu’un et ensemble vous allez mettre en place ce qu’il faut pour te protéger. »

Jacques Chirac se tourne vers le directeur des renseignements : « Vous avez bien quelqu’un pour notre ami, monsieur le Directeur ? ». Le tri commence : Un officier, bon connaisseur du Tchad, titulaire de la formation protection rapprochée, capable d’organiser une cellule de formation de gardes du corps et si possible spécialisé dans les affaires de contre-insurrection. Un agent est retenu parmi cinq finalistes. Direction le Tchad.

Sur place, "nous révolutionnons la structure de protection d’Idriss Déby. J’élargis son périmètre initial – la sûreté présidentielle – en transformant la garde républicaine en une Direction générale des services de sécurité et des institutions de l’État (DGSSIE), qui intégrera aussi plus tard la protection du Premier ministre", révèlera-t-il en septembre 2016, dans l'ouvrage "Agent secret".

Un bataillon d'environ 1.500 hommes

"La création de la DGSSIE tient du miracle parce que je ne m’attendais pas à ce que les Tchadiens soient disposés à faire évoluer leur dispositif, surtout sur les conseils d’un Français. Mais Ahmat Youssouf Mahamat Itno soutient vigoureusement toutes les propositions que nous construisons ensemble. Au total, les effectifs comprennent environ mille cinq cents hommes", précise Gadoullet.

Ahmat Youssouf Mahamat Itno jeune officier "extraordinaire", diplômé de Saint-Cyr et de l’École de guerre française, était colonel et commandant de la garde républicaine à l'époque. Il est aujourd'hui général de division et a été nommé le 18 aout 2016, chef d’état-major général des Armées 1er adjoint en remplacement du Général de Division Saleh Toma Koni.

Toutefois, un problème se pose : Les gardes du corps ne restent pas longtemps au même poste et la rotation du personnel est trop important, ce qui ne donne pas le temps d'assurer une formation adéquate. Mais, à chaque problème sa solution.

L'idée est "de créer une école rattachée à la DGSSIE pour que celle-ci puisse former elle-même ses gardes du corps, sans faire appel à une puissance étrangère". Le Président tchadien met des locaux à disposition et débloque des fonds.

La formation est large : des gardes du corps sont spécialisés dans la conduite de véhicules, ils savent rouler en convoi, se positionner autour de la limousine présidentielle en cas d’attaque ou faire demi-tour au frein à main pour s’enfuir. "Je leur ai également appris à déjouer un barrage routier en venant « intelligemment » percuter les véhicules qui font obstacle", explique l'agent français. D'autres militaires sont formés dans la spécialisation de démineurs d’explosifs.

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N'Djamena. "L’entraînement est gourmand en matériel, mais Idriss Déby met les moyens". Tout ce qui est indispensable dans une équipe de protection rapprochée est enseigné.

En parallèle, parmi les soldats de la DGSSIE, deux bataillons présidentiels de 120 soldats chacun, bien entrainés, sont formés exclusivement pour être attachés au président.

A suivre : Le redoutable centre d'opérations de la Présidence