Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Tchad: La stratégie de l'antilope


Alwihda Info | Par M. A. Kebir - 9 Janvier 2008 modifié le 24 Janvier 2008 - 19:14

Le pouvoir tchadien se trompe d’époque et des hommes. Le Soudan actuel n’est pas la Libye d’antan. Les problèmes et la nature du conflit sont différents. Tout comme l’intelligence des hommes qui ont porté le flambeau Tchad à l’époque. Les conseillers stratégiques du régime tchadien veulent qu’une guerre se fasse entre le Soudan et le Tchad aux périls de nos citoyens


LA STRATEGIE DE L'ANTILOPE

Depuis quelques temps, le pouvoir de N'djamèna maugréé à longueur de journée en indexant le soudan sur une attitude qu'il a lui-même construit depuis les années 2003, en montant de toutes pièces une rébellion au Tchad contre le Soudan. Cette attitude a créée la tragédie du Darfour que tout le monde connaît et l'admet difficilement. L'épicentre de la tragédie du Darfour est parti d'un montage idéologique pensé et voulu par Idriss Déby et son entourage.

Pendant quatre ans, le régime tchadien et ses idéologues ont tissé et cousu ce problème avec ruse et cynisme jusqu'à monter des tribus et des ethnies entre elles. Tout le long de la frontière Est du pays a été ensanglantée, des villages ont été brulés, des femmes violées, des enfants massacrés. Cette horreur a été planifiée pour émouvoir l'occident et accablé le soudan. Des ethnies au Tchad ont été armées par le régime pour commettre l'irréparable catastrophe de la guerre civile, et consolider le pouvoir vaille que vaille.
Les tchadiens dans leur quotidien ont vécu le spectre de la peur, de l'insécurité physique, morale et sociale sauf ceux qui font partie du clan. On chuchote sa hantise, on murmure son désarroi. A cette échelle d'anarchie la fameuse kermesse du désordre a atteint son paroxysme. Mais le tchadien éveillé n'a pas été dupé par la supercherie du moribond. Tout le monde le sait, y compris dans l'observatoire de l'occident que pour régler le syndrome Darfour, et l'ecchymose qui sévit au Tchad, passent par le départ sans condition du régime Idriss Déby. La paix dans la sous région en dépend.

L'attitude belliqueuse depuis des mois du président tchadien, qui consisterait à indexer le soudan et banaliser sa rébellion est vaine. L'antilope à une stratégie d'attaque qui fait un bond plus loin, et fait semblant d'ignorer l'adversaire à coté ne tient pas. La résistance formée par des tchadiens, au Tchad, tout le long de sa frontière Est, pour se libérer du joug d'une calamité et de l'anéantissement est bien en marche. Les discours d'une autre époque prononcée ça et là, traçant l'aspect macabre des tchadiens morts pour un soulèvement démocratique n'honore point son conteur. Le vent de l'assainissement passera en balai. Nous avons dit que la révolution démocratique est en route, au delà des hommes en armes, des cadres conscients de l'avenir du Tchad réfléchissent pour ne pas tomber sur les erreurs du passé, donc plus rien n'arrêtera le sceau des idées et la justice à rétablir.

Le pouvoir tchadien se trompe d'époque et des hommes. Le soudan actuel n'est pas la Libye d'antan. Les problèmes et la nature du conflit sont différents. Tout comme l'intelligence des hommes qui ont porté le flambeau Tchad à l'époque. Les conseillers stratégiques du régime tchadien veulent qu'une guerre se fasse entre le Soudan et le Tchad aux périls de nos citoyens. En donnant cette dimension au conflit Tchad-Soudan, Idriss Déby veut rendre nos réflexions mineures, nos pensées limitées à un cervelet. Toute la revendication de la résistance sera vaine et ainsi engloutir l'existence des groupes armées. Que nos compatriotes prennent conscience quelque soit la propagande du régime, de l'état des lieux au Tchad, et de l'irréversible changement que tout le monde attend. Que les tchadiens se remémorent les 17 ans d'existence et pèsent le pour et le contre. Qu'ils se remémorent l'injustice faite à nos mères, nos sœurs. Qu'ils se remémorent encore l'injustice tout court, une injustice qui nous fait révoquer la moelle identitaire de l'appartenance à la nation tchadienne. Que nos compatriotes n'aillent pas mourir pour un intérêt qui n'est pas le leur. Qu'il laisse ce pouvoir utiliser son seul bras armé composé de Toro-boros et autres malfrats pour qui le Tchad est une mamelle à traire, et son peuple inféodé à leur concept.

Vouloir s'attaquer au Soudan est une chose, mais les tchadiens ne se laisserons point divertir par des inventions et autres montages. Nos idéaux et nos objectifs pour un Tchad meilleur demeurent intact.

Vive le Tchad, et vive la résistance nationale.

MAHAMAT ASSILECK HALATA



1.Posté par Dadi le 10/01/2008 15:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous verrons bien le jour ou le Soudan va attaquer notre cher pays.Nous verrons si les rebelles vont se battre contre le Tchad ou contre le Soudan...Nous verrons bien s'ils sont patriote et s'ils aiment vraiment leur pays.La libye d'avant etait plus forte que le Soudan d'aujourd'hui,parcque c'etait l'union sovietique qui avait apporte son soutient materiel et humains..Detrompez vous...Le Soudan ne pourra rien contre le Tchad...Rien...Le Soudan va se heurter a une guerre qu'il va regretter...Toute agression du Soudan montrera au monde entier que ces rebelles sont des mercenaires aventuriers au solde du Soudan....et ce qui est vrai dailleur....Nous sommes tous les memes,on ne connait que le langage de la guerre,tout simplement parcqu'on a pas des vrais intellectuels...Que des personnes qui veulent s'enrichir un jours au dos du peuple tchadien...Mahamat Assileck Halata en ecrivant ces genres d'article,on sait ce que tu vises...On se connait nous les tchadiens.