Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
OPPOSITION

Tchad: 'Parler de justice au Tchad est un euphémisme'


Alwihda Info | Par - ҖЭBIЯ - - 20 Août 2008 modifié le 21 Août 2008 - 17:11

"Après avoir raté sa chance d'entrer dans l'histoire de l'humanité à l'occasion de l'affaire dite de l' Arche de Zoé et en refusant d'inculper Idriss Deby pour Haute trahison conformément à l'article 178 de la Constitution pour usage de fausse monnaie et trafic de drogue, la "justice" tchadienne vient d'abandonner définitivement son rôle que lui a confié le peuple tchadien pour se mettre au service d'un dictateur déterminé à poursuivre ses opposants politiques." H.M. IBEDOU


Le Commissaire à la Justice des Forces pour le Changement et la Démocratie (UFCD)

Tchad: 'Parler de justice au Tchad est un euphémisme'
Après avoir raté sa chance d'entrer dans l'histoire de l'humanité à l'occasion de l'affaire dite de l' Arche de Zoé et en refusant d'inculper Idriss Deby pour Haute trahison conformément à l'article 178 de la Constitution pour usage de fausse monnaie et trafic de drogue, la "justice" tchadienne vient d'abandonner définitivement son rôle que lui a confié le peuple tchadien pour se mettre au service d'un dictateur déterminé à poursuivre ses opposants politiques.

Peut on encore se fier à la justice tchadienne étant donné que cette dernière se livre ouvertement au grand jour aux jeux d'Idriss Deby??? En tout cas la non-crédibilité de cette dernière ne fait plus de doute pour personne.

L'autorité judiciaire telle que définie par la Constitutiton de la Répulique du Tchad devrait s'exercer de maniére indépendante, neutre et impartiale.

Les Tchadiens et les connaisseurs du Tchad sont convaincus que le verdict tombé le 15 août 2008 n'est que le résultat d'un scénario destiné à emboiter le pas au procès de Dakar, perdurer le suspens et semer la confusion autour des véritables problèmes de l'heure. Mais les responsables de ce scénario doivent avoir en tête qu'ils auront des comptes à rendre devant l'histoire. En se pliant aux pressions de Deby, les magistrats tchadiens ont largement contribué à discréditer la justice tchadienne. Pour nous, opposants, ce ne sont que des simples lamentations d'un dictateur incapable de contenir une opposition armée qui incarne les profonds idéaux du peuple tchadien.

La justice au Tchad a beaucoup de chats à fouetter que de se mettre au service d'un tyran condamné à suivre son maitre devant les tribunaux internationaux. Durant sept ans sur les huit qui constituent la période de règne d'Hissein Habré, l'histoire a retenu que le Colonel Idriss Deby a été l'un des piliers du régime sanguinaire. Les auteurs de ce scénario de verdict prononcé par la cour criminelle devraient inscrire en tête de liste Idriss Deby pour rendre la blague plus amusante. Cela ne pourra non plus nous faire oublier les crimes commis de 1990 à 2008, les liquidations physiques, les disparitions d'opposants politiques ...

En ordonnant un tel procès et surtout en ce moment precis, Idriss Deby se trouve rattrapé par son passé. Mais il doit savoir que ni la justice sénégalaise, ni l'opinion internationale ne sont dupes tant que la procédure est enclenchée, le procès de Dakar n'épargnera aucun des complices.

Le peuple Tchadien vaincra.

Le commissaire à la Justice et au droits de l'Homme de L'UFCD
MAHAMAT HABIB IBEDOU

Contact : ibedou5@yahoo.fr


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Décembre 2015 - 10:29 Cameroun: La lettre qui divise le Sénat !