Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
OPPOSITION

Tchad: l’UFCD fustige le rapport de la 'Commission d’enquête'


Alwihda Info | Par - ҖЭBIЯ - - 16 Août 2008 modifié le 16 Août 2008 - 06:27

Outre son caractère non objectif, ce rapport est sujet à manipulations grossières et dangereuses de la part de Deby. L’UFCD dénonce de la façon la plus claire ces manœuvres dilatoires et cette politique de la fuite en avant. Il y a manifestement dans la déclaration des autorités tchadiennes une volonté affichée de maintenir le flou autour de cette affaire.


Tchad: l’UFCD fustige le rapport de la 'Commission d’enquête'
La commission controversée mise sur pied pour faire la lumière sur les violations massives des droits de l’Homme pendant et après les combats de N’Djamena des 2 et 3 février 2008 vient de remettre les conclusions de ses investigations à Idriss Deby. Comme on s’y attendait, la montagne a tout naturellement accouché d’une souris.

L’UFCD tient à relever le caractère peu crédible de ce rapport en ce sens qu’il a été réalisé sous pressions. Plus grave, le document reste muet sur l’objet principal de l’enquête. On constate avec stupéfaction et consternation qu’on n’y apprend pas grand chose. Le public qui attendait de savoir ce qui est advenu du Président du PLD, Ibni Oumar Mahamat Saleh, est ainsi resté sur sa faim.

Outre son caractère non objectif, ce rapport est sujet à manipulations grossières et dangereuses de la part de Deby. L’UFCD dénonce de la façon la plus claire ces manœuvres dilatoires et cette politique de la fuite en avant. Il y a manifestement dans la déclaration des autorités tchadiennes une volonté affichée de maintenir le flou autour de cette affaire.

Par contre, l’UFCD se félicite de la position du parti socialiste français qui exige sans ambiguïté que ce travail soit confié à une commission réellement indépendante. Nous estimons que la communauté internationale doit emboîter le pas et s’impliquer davantage afin que les responsabilités soient clairement définies.

L’UFCD demande également que le cas de sept officiers supérieurs disparus dans les mêmes conditions en avril 2006 après l’attaque du FUC fasse l’objet d’une enquête similaire.

Enfin, l’UFCD alerte la communauté internationale sur la tragédie que vivent actuellement les populations du Dar Tama, du Département d’Assounga, du Dar Sila, du Dar Ouaddaï et de Biltine. Ces populations sont victimes des atrocités les plus cruelles de la part de l’armée tribale de Deby. Ne pouvant plus supporter la situation, des milliers de personnes ont fui ou continuent de fuir leurs terroirs pour se réfugier au Soudan voisin.

Fait à Moudéina, le 15 août 2008

Le Porte-parole adjoint de l’UFCD
DJEDDÉ COURTOU GAMAR


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Décembre 2015 - 10:29 Cameroun: La lettre qui divise le Sénat !