Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
OPPOSITION

Tchad: l'UFCD rend public son programme politique


Alwihda Info | Par - ҖЭBIЯ - - 3 Mai 2008 modifié le 4 Mai 2008 - 09:59

Chers compatriotes, nous exposons ci-dessous notre programme politique de gouvernement pour que tous les fils du Tchad puissent apporter leurs remarques, leurs suggestions et leurs contributions afin de mettre en commun les bonnes idées en symbiose pour sortir notre pays du chaos. Par ce biais le mouvement tente aussi de mettre ensemble et sans exclusion tous les fils du Tchad, afin qu’ils puissent définir toujours ensemble le contour d’un projet commun bâti sur les aspirations réelles du peuple tchadien pour sortir le pays de l’ornière, et elle appelle d’autre part tous les tchadiens épris de paix à rejoindre cette initiative qui est véritablement nationale.


Tchad: l'UFCD rend public son programme politique

REPUBLIQUE DU TCHAD

Union des Forces pour le Changement et la Démocratie

UNITE-PAIX-JUSTICE


Chers compatriotes,

Tchadiennes, Tchadiens,

Nous exposons ci-dessous notre programme politique de gouvernement pour que tous les fils du Tchad puissent apporter leurs remarques, leurs suggestions et leurs contributions afin de mettre en commun les bonnes idées en symbiose pour sortir notre pays du chaos. Par ce biais le mouvement tente aussi de mettre ensemble et sans exclusion tous les fils du Tchad, afin qu’ils puissent définir toujours ensemble le contour d’un projet commun bâti sur les aspirations réelles du peuple tchadien pour sortir le pays de l’ornière, et elle appelle d’autre part tous les tchadiens épris de paix à rejoindre cette initiative qui est véritablement nationale.

Le Bureau Exécutif

Tchad_ufcd@yahoo.fr

Programme politique de l'UFCD

A. Historique
B. Programme politique et institutionnel
B.1. Organisation d’un forum de réconciliation nationale
B.2. Rétablir l'Etat de Droit.
B.3. Respect des Droits de l'Homme et des libertés fondamentales
B.4. Instaurer au Tchad un Etat réellement démocratique
B.5. Rétablir l’autorité de la justice
C. Programme économique et social
C.1. Volet économique
C.1.1 Réforme de l'état et assainissement des finances publiques
C.1.2 Lutte contre la corruption et promotion de la bonne gouvernance
C.1.3 Politique de l'emploi et de la croissance
C.1.4 Politique d'attraction d'IDE et promotion du territoire tchadien
C.2 Volet social
C.2.1 Education
C.2.2 La santé
D. Politique étrangère et relations internationales
D.1 Les relations économiques internationales
D.2 L’environnement
D. 3 Paix et sécurité
D.4 La position de l’UFCD par rapport à la mission de l’EUFOR
D.5 Plan de sortie de crise du Darfour


A. HISTORIQUE

L’histoire politique du Tchad montre malheureusement que le citoyen tchadien n’a nullement été au cœur de l’action politique. Au contraire il était toujours assujettit au dictat des responsables politiques et militaires qui ont toujours fortement réprimé les moindres revendications pourtant légitimes. Depuis l’arrivée au pouvoir du Dictateur Deby, la majorité de ceux qui croyaient aux fausses promesses de liberté, de justice et d’instauration d’une vraie démocratie (le meilleur régime politique pour toute société qui aspire à la liberté, la prospérité…) n’ont cessé de dénoncer les dérives dictatoriales du régime en place. Pourtant, ils ont activement œuvré pour un changement mais en vain. Beaucoup des hommes politiques l’ont payé de leurs vies (Togoimi, Dr HARRIS, Digui, Me Behidi, Laokein etc.), beaucoup des régions ont été réprimées et des massacres odieuses à l’exemple furent commis (massacre de Gninguilim, du Guera, etc.) ; d’autres vivent dans la terreur, muselés, humiliés…

Le manque de culture démocratique des dirigeants actuels démontre qu’il est faiblement probable que le Tchad retrouve la stabilité politique, condition nécessaire à l’émergence d’institutions fortes garantes du principe de séparation des pouvoirs sans lequel une démocratie de saurait perdurer. L’injustice sous toutes ses formes amplifie la dislocation de la société tchadienne en opposant systématiquement le plus fort au plus faible. La corruption, ce phénomène introduit au Tchad par le régime en place, empêche la formation d’une structure économique solide et seine sans la quelle il est impossible d’obtenir une meilleur allocation de ressources, pourtant nécessaire pour l’efficacité d’un dessein économique ambitieux ayant pour objet l’amélioration du niveau de vie du citoyen.

Depuis ces vingt dernières années le monde se transforme de manière spectaculaire, des nouvelles frontières se dessinent entre les pays prospères et ceux qui le sont moins. Aussi à l’intérieur de chaque pays, le citoyen aspire plus que jamais à la liberté, il revendique avec force ses droits élémentaires. Le citoyen tchadien n’est pas du reste, loin s’en faut ! Des défenseurs tchadiens de la liberté et des droits du citoyen, forts de leur ténacité, croyant en la nation, considèrent qu’il est urgent d’accompagner le citoyen dans cette démarche, mettent le peuple tchadien au cœur de leurs actions présentes et futures et font de la cohésion nationale une obsession.

Ces motivations pourtant élémentaires n’ont malheureusement pas été portées par les différentes factions politiques et militaires prétendant libérer le Tchad. Or si les faits récents (entre autre l’assaut de février 2008) témoignent que le potentiel de mettre fin au régime MPS est réel. Cependant, le succès est conditionné par l’union autour d’un projet exempt de toute considération hérité du régime qu’on prétend combattre.

Grâce à leur courage inégalé, une élite du peuple tchadien s'est levée contre cette injustice. Prenant en charge la responsabilité du changement et de la reforme par tous les moyens, afin de délivrer le pays de cette dictature ignoble qui mine notre chère patrie depuis plus de dix huit ans. Ainsi, le 12 Mars 2008, suite à des consultations incluant plusieurs tendances ethniques tchadiennes, des valeureux combattants de la liberté se sont réunis derrière le Colonel ADOUMA HASSABALLAH, pour créer un mouvement révolutionnaire dénommé UFCD (Union des Forces pour le Changement et la Démocratie). Ce mouvement associe la lutte armée et l'action politique pour mettre fin au régime dictatorial de Deby et abrégé ainsi les souffrances du peuple tchadien. Une fois le régime dictatorial de Deby anéanti, l’UFCD s’engagera à mettre en œuvre le programme politique suivant :

B. Programme politique et institutionnel

B.1. Rétablir l'Etat de Droit

L'instauration de l'autorité de l'Etat et le rétablissement de l'ordre public passe par: la réorganisation des forces de la défense et de la sécurité (Armée, la police, la gendarmerie, les gardes nomades etc.), loin des appartenances tribales, claniques et régionales. La démobilisation et reconversion professionnelle des militaires, la spécialisation sur les opérations de maintien de la paix dans la sous région entre autres; sont des étapes importantes lors du processus de transition. Cette réorganisation devrait permettre de jeter les bases d'une Armée véritablement nationale basée sur la formation, la hiérarchie ; la discipline, etc.… au service de la nation.

B.2. Respect des Droits de l'Homme et des libertés fondamentales

Défendre, soutenir et améliorer les respects des Droits de l'Homme: Lever toutes les restrictions actuelles affectant les initiatives associatives ; et mettre à la disposition des associations des défenses des Droits de l'homme les moyens nécessaires pour accomplir cette noble tache qu'est la question des Droits de l'Homme. Enfin, une attention particulière sera accordée à la parité ainsi qu'aux Droits de l'enfant et de la femme.

Libertés des cultes: Reconnaissant le principe de laïcité au Tchad, l'UFCD encourage et respecte toutes les libertés de croyance et les cultes traditionnels.
Libertés d'expression et de la presse: L'UFCD entend développer et défendre les libertés d'expression et d'opinion en soutenant l'émergence de la presse libre, indépendante et professionnelle.

B.3. Instaurer au Tchad un Etat réellement démocratique

Agissant dans un cadre démocratique, l'UFCD instituera les élections libres et transparentes comme mécanismes universelles de transition politique. L’accession à la magistrature suprême sera légitimée uniquement par le suffrage universel.

L'UFCD instituera un cadre légal consacrant le multipartisme politique comme mode d'organisation politique d'expression et d'opinion dans le cadre du respect des fondamentaux républicains. Cela permettra donc de créer les conditions d'une vie harmonieuse dans une Etat démocratique, libre et souverain.

L’UFCD croit à l'unicité du territoire et à l’unité des tchadiens avec ses différentes composantes ethniques. Elle tient à écarter la prédominance et les privilèges tribaux, raciaux et régionaux.

L’UFCD instituera un service national pour tous. Ce service aura pour objectif de créer un espace de brassage, qui impliquerait les jeunes de tous horizons dans des projets collectifs, contribuant à la consolidation du sentiment d'appartenance à une même communauté nationale.

Afin de permettre les réformes constitutionnelles, traduisant le caractère pluriel de notre société, répondant aux impératifs de bonne gouvernance et de respect des droits humains, l'UFCD mettra en place une Assemblée Constituante représentant toute les couches sociales tchadiennes. Aussi, dans le cadre de la décentralisation, il sera institué le principe du vote obligatoire pour les élections législatives et municipales.

B.4. Rétablir l’autorité de la justice

La consécration de l'Etat de Droit et de la Loi est l'objectif principal de l'UFCD :
- La modernisation des Institutions étatiques sera le chantier global de l'action publique. Dans le même sillage, il sera urgent de renforcer le principe de la séparation stricte des pouvoirs pour un respect sans faille des libertés des citoyens.

- Dans l'exercice de l'appareil judiciaire, le respect des Principes Généraux de Droit sera entièrement consacré et ce, sans aucune exception. Il incombera à l'Autorité de faire respecter tous les droits et les libertés fondamentales qui peuvent en découler.

L'Autorité judiciaire sera garante du respect de l'égalité de tous devant la loi, aucune dérogation ni exception ne devra en entraver l'exercice : nul n'est au dessus de la loi.

B.5. Organisation d’un forum de réconciliation nationale

Une nouvelle convention devrait jeter les bases d'un forum de réconciliation nationale. Ce forum doit être inclusif et regroupera toutes les forces vives de la nation : Les partis politiques d'opposition ; les politico-militaires; la société civile, la communauté internationale etc. Pour garantir l'application des recommandations du forum de réconciliation nationale, des organisations régionales et nternationales (Nations Unies, Union Européenne, Union Africaine, SENSAD; Organisation internationale de la Francophonie, etc.), les pays voisins du Tchad (Soudan, Libye etc.), les pays amis (France, Chine; Suisse; Mal; Allemagne, etc.) seront impliqués et bénéficieront d'un rôle très actif dans l'accomplissement durant la phase transitoire. La période transitoire débouchera vers l'organisation des élections libres et transparentes, où la destinée du pays sera confiée à un homme d’Etat démocratiquement élu.

C. Programme économique et social

C.1. Volet économique

L’UFCD adopte plusieurs mesures de politique économique permettant ainsi de relancer l'économie tchadienne :

C.1.1 Réforme de l'état et assainissement des finances publiques

L’assainissement ainsi que le redressement de nos finances publiques prévu par l’UFCD exige la mise place d’un Plan de rigueur qui inclura entre autres les mesures suivantes:

- Définir un code de déontologie budgétaire, basé sur une budgétisation prudente et la transparence des finances publiques. Avoir une vision plus globale et pluriannuelle des finances publiques pour mieux orienter les choix budgétaires, et prenant en compte l’équité intergénérationnelle. Rendre compatible le rythme d’évolution des dotations de l’Etat avec ses propres dépenses.

- l’Etat doit aussi profiter des bonnes conjonctures : tirer les fruits de la croissance pour accélérer l’assainissement en affectant le surplus de recettes de l’Etat au désendettement; mettre en place un fonds de stabilisation conjoncturelle, etc.

- Adopter une politique de maîtrise de l’inflation galopante;

- Etablir un plan de réduction de la dette de l'Etat afin d’équilibrer le déficit budgétaire.

- Rendre la procédure d'élaboration, d'examen et d'exécution du budget de l'Etat plus efficace ;

- Prévoir des nouveaux cadre budgétaires impliquant la réforme de la gestion publique, par la diffusion de la culture de performance au sein de l’administration, par l’adaptation des structures de l’État à ses missions (par déconcentration, voire décentralisation) et par l’application concrète du principe de responsabilité dans la sphère publique.

- Afin d’empêcher une augmentation de la prime de risque, l'UFCD adoptera un programme à moyen terme plus crédible et ambitieux, établissant un lien plus étroit avec des réductions de dépenses et augmentations de recettes spécifiques afin de réduire le déficit budgétaire.

La réforme de l’Etat prévu par l’UFCD vise d’abord à assurer l’adaptation de l’administration au contexte économique et social. L'objectif est de maîtriser et rationaliser les dépenses publiques tout en améliorant la qualité des politiques publiques. Cette reforme consiste entre autre à :

- Sanctuariser le nombre et les attributions des ministères. Stabiliser les organigrammes administratifs pour rendre plus lisible et transparente l'action publique pour tous. Créer un organe indépendant d'évaluation des politiques publiques et instituer une Direction Générale chargée de la modernisation de l'Etat qui aura pour mission de: coordonner, aider; et orienter les administrations en vue de moderniser les modes de fonctionnement et de gestion de l’État pour améliorer le service rendu aux usagers, contribuer à une utilisation performante des deniers publics et mobiliser les agents publics ».

- Financement des services publics urbains: Par souci d'efficacité et de modernisation de l'Etat, l'UFCD s'efforce à créer un guichet unique pour les services publics urbains (transports publics, assainissement, gestion des espaces publics, nettoyage et traitement des ordures, constitution de réserves foncières etc.,), en gardant ouverte les possibilités d'externalisation par la concession des services délégués, favorisant ainsi les partenariats public privé comme mode de financement.

- Aménagement territoire: Mettre en place un Plan National d'Aménagement du Territoire et en faire un instrument de prospective territoriale. Attribuer un rôle stratégique aux régions dans sa mise en œuvre (contrats/programmes entre l'Etat et les Régions et effectivité de la péréquation interrégionale).


C.1.2 Lutte contre la corruption et promotion de la bonne gouvernance

L’UFCD tient à alléger le train de vie de l'Etat et mettra fin à la corruption généralisée sur les marchés publics. Des mesures strictes seront mises en œuvre en collaboration avec les institutions financières pour : lutter contre la corruption, le détournement des biens publics, la criminalité financière et la fuite des capitaux vers les pays étrangers. L’UFCD s’efforcera à combattre énergiquement le pillage systématique des deniers publics en créant un département spécialisé pourvu de l'autonomie nécessaire. Ce dernier aura pour objectif la lutte contre la corruption et de la promotion de la bonne gouvernance. Il sera chargé d'étudier le phénomène, et de proposer des solutions appropriées.

C.1.3 Politique de l'emploi et de la croissance

Favoriser l'accès à la formation et à l'emploi de tous les citoyens tchadiens, sans distinction de race, d'ethnie ou de religion. Des lignes budgétaires visant à soutenir les jeunes créateurs d’entreprise dans les secteurs innovants (en particulier les PMI et PME) seront mises en place. Pour freiner l’exode rural, des mesures spécifiques de soutien à la création d’emploi en milieu rural (subventions ; fonds de micro crédit entre autres) destinées aux coopératives agricoles, aux associations féminines groupements etc. seront prévues. Des incitations fiscales destinées aux entreprises privées favorisant l’emploi des jeunes diplômés, sera mis en œuvre. Une attention particulière sera portée sur le recrutement des jeunes diplômés, ainsi que l’émergence et le suivi des cadres tchadiens au sein des entreprises multinationales travaillant sur place.

C.1.4 Politique d'attraction d'IDE et promotion du territoire tchadien

Rendre compatible les exigences de compétitivité internationale, d'attractivité du territoire, de promotion de l'investissement et des niches industrielles de haute valeur ajoutée, avec une orientation sociale affirmée de la politique fiscale.

L’UFCD est consciente que l’attractivité du territoire passe par : l’investissement dans les infrastructures, une fiscalité avantageuse, la diminution des coûts et des risques pour les entreprises; les négociations permettant la flexibilité du travail (révision du code de travail), et surtout l’amélioration du partenariat entre Etat et entreprises. L’UFCD s’engage à doter nos représentations diplomatiques de missions économiques actives rattachées au grand ministère du développement économique des finances et du commerce extérieur. Ces structures auront pour mission la recherche de débouchés et surtout la promotion du territoire tchadien vis-à-vis des Investisseurs étrangers.

C.2 Volet social

C.2.1 Les reformes éducatives

Reformer les méthodes éducatives afin d'établir l'équilibre et l'harmonie entre la revendication de l'identité tchadienne. Sauvegarder sa tradition ; valeurs culturels et les besoins de la modernité ainsi que l'établissement de la gratuité et l'obligation de l'éducation de base. Ces reformes doivent inclure dans les programmes pédagogiques, des enseignements visant à transmettre les valeurs de citoyenneté, de tolérance et de démocratie. Elles doivent aussi permettre l'amélioration les conditions de la vie estudiantine (bourses, logement etc.) et des enseignants (salaires entre autres); promouvoir le mérite et combattre favoritisme qui gangrène le système éducatif tchadien.

L'UFCD tient à respecter le principe de bilinguisme (Français/Arabe) qui constitue un héritage linguistique riche de civilisation et jetant les bases de dialogue entre nos différentes régions linguistiques. L'uniformisation des programmes pédagogiques constituera un des socles permettant d'institutionnaliser le bilinguisme au Tchad. L’UFCD s’attèlera à faciliter l'accès à l'éducation pour tous, une attention particulière sera accordé à la scolarisation des filles.

Doter le ministère de l'enseignement supérieur des infrastructures et des moyens convenables (universités, écoles, instituts etc.) offrant toutes les filières de spécialisation dont notre patrie aurait besoin pour assurer son développement. Mettre en place des pôles scientifiques et technologiques regroupant différentes écoles et universités etc., capables de réunir les compétences nécessaires afin de constituer de pôles d'excellence à ambition internationale.

C.2.2 La santé

L’UFCD mettra en place une politique de santé publique basée en priorité sur l’éducation sanitaire (sensibilisation des jeunes, promotion et vulgarisation du planning familial, etc.); l’hygiène et à la prévention des épidémies ; lutte contre les MST (en particulier le SIDA). Cette politique de santé publique sera en priorité axée entre autres sur:

- La lutte contre les épidémies;

- la prévention des maladies, des traumatismes et des incapacités ;

- L'amélioration de l'état de santé de la population et la qualité de vie des handicapés;

- La promotion et facilitation d’accès aux soins pour les personnes démunies (réduction des inégalités d’accès aux soins);

- Création des instituts et organismes de veille sanitaire, de prévention et d'éducation pour la santé;

Lutte contre les MST et l’infection VIH/SIDA : L’UFCD s’attèlera à mettre en place un plan national pluriannuel de lutte contre l’infection VIH/SIDA et les maladies sexuellement transmissibles (MST). Il a pour principal objectif d’enrayer les risques de diffusion et de reprise épidémique de l’infection à VIH avec les conséquences que cela comporte en termes de santé publique. Pour assurer l’efficacité du Plan, des programmes spécifiques seront définis dans les trois domaines suivant: la prévention, l'accès aux soins et l'exercice de la solidarité auprès des personnes atteintes.

D. Politique étrangère et relations internationales

L'UFCD assurera le respect des engagements (chartes et conventions internationales) pris par le Tchad dans ses relations avec les institutions régionales et internationales. Il sera adopté une ligne de politique étrangère claire consacrant le respect du droit international dans son ensemble.

D.1 Les relations économiques internationales

Relancer les négociations avec les institutions financières internationales (Banque Mondiale, FMI, etc.) et les autres partenaires sur des bases nouvelles, afin de permettre au peuple tchadien de bénéficier de ses ressources et d’assurer son développement économique et social. L’UFCD attribuera une importance particulière au secteur des mines et énergie dans la définition des nos relations économiques internationales. Compte tenu du coût élevé des investissements dans ce secteur, la participation des bailleurs de fonds étrangers sera fortement sollicitée, tout en encourageant la participation des capitaux privés nationaux.

L’UFCD s'engage à adopter les instruments de la bonne gouvernance financière, exigera la transparente dans la gestion de revenus pétroliers selon les normes internationales ; la responsabilisation des firmes multinationales impliquées dans l’exploitation et de l’Etat tchadien. Dans la même optique, une Politique de redistribution équitable et plus efficaces sera adopté en fonction des besoins de développement du pays.

D.2 L’environnement

Adopter une politique effective de développement durable: protection de l'environnement, lutte contre la sécheresse et la famine, la déforestation et la désertification etc.; en participant activement auprès des instances régionales(CBLT,CILSS; etc.) et internationales ( PNUE, GIEC; UICN; OIDD etc.) et en appliquant toutes les conventions environnementales dont le Tchad est signataire (CNUED; CDB; Déclaration de Rio sur le Développement durable; etc.).

D. 3 Paix et sécurité

Entretenir des relations fraternelles et de bon voisinage avec les pays de la sous-région. L’UFCD tient à renforcer et à consolider le rôle du Tchad pour conserver la sécurité et la paix internationale en collaboration avec les organisations régionales et internationales. Impliquer davantage notre chère nation dans la coopération internationale de lutte contre le terrorisme et toutes les formes de violences à l'échelle internationale et régionale.

Soutenir, encourager et renforcer la participation et l'intégration des citoyens tchadiens dans les instances des organisations internationales et régionales.

Ouvrir et établir des relations avec le monde extérieur afin d'exposer la bonne cause et convaincre la communauté internationale et régionale que le régime sanguinaire de Deby n'a aucune légitimité. Appeler à l'action efficace pour mettre fin à la souffrance du peuple tchadien sous l'oppression du régime actuel. Une fois le régime corrompu d’Idriss Deby, mis hors d’état de nuire, la question du Darfour sera automatiquement abordée de manière franche avec le Soudan, en collaboration avec la communauté internationale.

D.4 La position de l’UFCD par rapport à la mission de l’EUFOR

L’UFCD reconnait la mission de l’EUFOR comme une force de protection et sécurisation des camps de refugiés. Vu la mission de l’EUFOR, l’UFCD ne tolérera aucune autre implication des forces de l’EUFOR dans les affaires intérieures du Tchad. Par conséquent, toute implication de ces forces dans les problèmes tchadiens, nous amènera à prendre des mesures de sanction envers l’EUFOR. Dans les mêmes conditions, l’UFCD n’acceptera aucune sorte d’implication d’une force étrangère sur le territoire tchadien. Enfin, dans le cadre de sa stricte mission, l’UFCD accompagnera l’EUFOR jusqu’à la fin de sa mission prévue.

D.5 Plan de sortie de crise du Darfour

Dans l'optique de la Paix et la Sécurité internationale, le premier chantier en la matière sera de mettre un terme, avec le Soudan et les institutions internationales œuvrant en la matière, à la crise du Darfour : L'embrasement de ce conflit a été théorisé par le régime de Deby car les revendications initiales étaient un développement de la région. Le régime de Deby avait en effet armé et financé des milices (MJE) pour semer la désolation et provoquer la dislocation de cette région soudanaise qui a vécu en paix malgré sa composante multiethnique. Le but étant de créer un no man's land où sera déployée une force internationale qui protégera la frontière tchado-soudanaise, et lui permettre de continuer à diriger le Tchad dans le gouffre sans être préoccupé par la révolte tchadienne qui s’est mise en marche.

L'UFCD, conscient de tous ces paramètres, soucieuse et profondément préoccupée par la recherche de la paix régionale, accompagnera activement la sortie de crise en étroite collaboration avec les institutions internationales concernées afin de :

- Permettre une résolution pacifique définitive de cette crise ;

- Garantir et accompagner le retour des réfugiés dans leur pays, dans le respect des normes et des conventions internationales ;

- Prendre en charge le retour des déplacés tchadiens et leur réinsertion dans leurs foyers d'origine ;

Cette approche de sortie de crise sera traitée en étroite collaboration avec le Soudan, l'ONU, l'UA et l'UE, partenaires incontournables pour une solution globale.
Fait à Moudeina le 12 Mars 2008,

L’Assemblée Générale constitutive de l’UFCD



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Décembre 2015 - 10:29 Cameroun: La lettre qui divise le Sénat !