Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
OPPOSITION

Tchad: mise au point du Dr Khidir Hassan de l'UFCD


Alwihda Info | Par - ҖЭBIЯ - - 17 Juin 2008 modifié le 19 Juin 2008 - 17:34

L’UFCD laisse les portes ouvertes à toute discussion interne, à toute coordination, à tout rapprochement avec toutes les organisations y compris l’AN, à condition que tout cela se passe dans la transparence , dans le respect, sans ruse ni tentative de marginalisation, une mentalité que nous avons déjà vécu dans les années 70 et 80 du siècle passé. Ensemble, nous voulons bâtir un avenir dans le plus grand respect.


Tchad: mise au point du Dr Khidir Hassan de l'UFCD
Je ne souhaite pas évoquer le passé récent des relations internes des mouvements politico-militaires qui opèrent à l’Est du pays. Je reviendrai sur ce sujet le moment venu. Ce qui m’intéresse présentement c’est la situation militaire actuelle qui prévaut sur le terrain et qui va sans doute retracer l’avenir du Tchad.

En ma qualité de membre de l’Union des forces pour le changement et la démocratie, l’UFCD, et au nom des dirigeants de ce mouvement, il est important de répondre aux multiples interrogations des membres et sympathisants de l’UFCD sur ce qui se passe réellement sur le terrain surtout qu’une confusion voire même une contradiction ont été constatées au niveau du média. Mon intervention apporte des réponses aux questions suivantes : Quelles sont les réalités des alliances sur le terrain ? quelles sont les relations entre l’UFCD et l’AN ? quel est le degré de la coordination entre les deux mouvements ? quels sont les différents mouvements et qui fait quoi ?

1/ L’UFCD est dirigée par le colonel Adouma Hassaballah et l’AN est dirigée par le général Mahamat Nouri. Chacune des deux organisations est totalement indépendante. L’AN du général Mahamt Nouri est une alliance composée de l’UFDD et du FSR alors que l’UFCD du colonel Adouma Hassaballah est une alliance qui se compose des plusieurs mouvements parmi lesquels UNE, Rafat, Mosanat, Fuc, RND et une branche du RFC en plus de trois autres mouvements sans oublier les forces de l’UFDD/D de Abdelwahit Aboud. (…) Même si le renversement du régime du président tchadien Idriss Déby reste l’objectif des deux organisations, cependant dans la pratique il existe une différence entre elles et les réactions de l’AN ayant envahi les différents sites internet prouvent cela. Certaines personnes veulent donner l’impression que l’UFCD est une partie intégrante de l’AN. C’est une tentative délibérée visant à déformer la réalité et semer la confusion. Ces genres de comportement, nous en avons assez (…)

2/ L’offensive sur la ville de Gozbeida a été dirigée par l’UFCD du colonel Adouma Hassaballah et l’UFDD/F de Abdelwahit Aboud après avoir échoué de coordonner les opérations militaires avec l’AN qui a refusé d’honorer ses engagements. Cette version a été confirmée par les dirigeants militaires de l’UFCD parmi lesquels Les colonels Bachir Jarma, Bachir Didane et le Dr. Abdelkader Mahamat. Je précise aussi que la base militaire de Moudeina a été elle aussi libérée par les forces de l’UFCD et l’UFDD/F après un violent combat de trois heures.

3/ Les forces du RFC dirigées par Timane Erdimi n’ont pas du tout bougé mais elles se préparent activement et une tentative de coordonner avec elles est en cours malgré l’échec la première tentative due à de revendications (conditions) que la direction militaire de l’UFCD a rejetées.

4/ La formation des représentations extérieures de l’AN prouve que l’UFCD n’est pas concernée et je me demande comment le porte parole Dr. Ali Gadaye tente de faire croire que l’UFCD est membre intégrante de l’UFCD ? « Comment peut on avaler une hache alors qu’on est incapable d’avaler une cuillère ? »

5/ Toute stratégie militaire de l’UFCD est arrêtée par son haut commandement militaire et ses alliés. Ce qui se passe ailleurs ne concerne en aucun moment l’UFCD et ses alliés tant qu’ils ne sont pas liés par un accord.

6/ L’UFCD laisse les portes ouvertes à toute discussion interne, à toute coordination, à tout rapprochement avec toutes les organisations y compris l’AN, à condition que tout cela se passe dans la transparence , dans le respect, sans ruse ni tentative de marginalisation, une mentalité que nous avons déjà vécu dans les années 70 et 80 du siècle passé. Ensemble, nous voulons bâtir un avenir dans le plus grand respect.

Dr. Khidir Hassan
Membre du bureau politique de l'UFCD
mail: afrogulf@eim.ae
________________________________



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Décembre 2015 - 10:29 Cameroun: La lettre qui divise le Sénat !