Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Violences RCA : Le Tchad ouvre une enquête et désigne des experts suite au rapport de l'ONU


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 16 Juin 2017 modifié le 16 Juin 2017 - 23:10

​Un équipe d'experts tchadiens a été mise en place par un arrêté du Premier ministre.


Un soldat tchadien de la Misca dans les rues de Bangui, le 16 janvier 2014. © REUTERS/Siegfried Modola
Un soldat tchadien de la Misca dans les rues de Bangui, le 16 janvier 2014. © REUTERS/Siegfried Modola
Le gouvernement tchadien, par l'entremise du ministère de la Justice et des droits de l'homme ouvre une enquête judiciaire suite aux "graves accusations" qui pèsent sur l'ex-contingent tchadien en intervention en République Centrafricaine, apprend-t-on d'une déclaration faite aujourd'hui par le ministre Ahmat Mahamat Hassan.

Les accusations sont contenues dans un rapport de la commission de l'ONU publié il y a deux semaines. 

Un équipe d'experts tchadiens a été mise en place par un arrêté du Premier ministre.

"En étant un Etat responsable, nous avons pris le temps de mettre en place une équipe d'experts par un arrêté du Premier ministre et compte tenu du fait que nous ne pouvons pas, compte tenu de notre responsabilité, laisser impuni des actes, même si c'est commis par nos éléments des forces armées de défense et de sécurité en intervention en Centrafrique, nous avons donc décidé d'informer aujourd'hui l'opinion nationale et internationale que nous avons ouvert une enquête judiciaire qui nous permettra de déterminer si un ou des éléments des forces armées de défense et de sécurité seraient impliqués dans les crimes graves reprochés et répertoriés dans ce rapport mapping du haut commissariat des droits de l'homme au niveau de la République Centrafricaine", a souligné le ministre de la Justice et des droits de l'homme, Ahmat Mahamat Hassan.

L'enquête va se suivre au niveau des procédures judiciaires légales au Tchad afin de déterminer les responsabilités "des uns et des autres".

Le comité interministériel des experts est déjà à pied d'oeuvre pour répondre point par point aux "accusations graves" portées contre l'armée et les éléments des forces de défense et de sécurité "incarnant dans la collectivisation de la faute contre notre pays et les insinuations politiques de déstabilisation".

Le ministre de la Justice informe également qu'une autre enquête est ouverte dans le cadre des biens mal acquis par des citoyens tchadiens proches du régime et vivants au Canada.