Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

Tchad : "Chaque citoyen doit se substituer en agent de sécurité", selon Mahamat Yosko


Alwihda Info | Par - 8 Avril 2017 modifié le 8 Avril 2017 - 10:32

Le président du Mouvement Démocratique Africain (MDA), Mahamat Yoko a accordé un entretien à Alwihda Info, dans lequel il se penche sur la situation sécuritaire. Il appelle au concours des civils pour endiguer le phénomène de l'insécurité et propose même l'instauration d'une cour martiale.


Propos recueillis par Djimet Wiche

Le président du Mouvement Démocratique Africain (MDA), Mahamat Yoko. Alwihda Info/D.W.
Le président du Mouvement Démocratique Africain (MDA), Mahamat Yoko. Alwihda Info/D.W.
Comment renforcer la discipline au sein de l'armée ?

Je suis touché par la mort des officiers hauts gradés, causés par leurs subordonnés dans mon pays. Au bout de 3 mois, on a perdu des officiers supérieures valeureux qui ont été assassinés par leurs subordonnés. Il y a l'indiscipline au sein de l'armée, plus particulièrement dans l'appareil sécuritaire. Les hommes en treillis tuent leur propre frère d'arme. C’est regrettable. Il faut que les gens commencent à donner une formation cyclique de civisme au sein de l’armée.

Chaque matin, à la montée du drapeau, les militaires devront se soumettre au civisme pour permettre de renforcer la discipline et le respect mutuel entre eux.

La solution au défi sécuritaire ?

En dehors de ça (l'indiscipline au sein de l'armée, Ndlr), je crois que le gouvernement est entrain de beaucoup faire pour trouver une solution au défi sécuritaire. Mais, on n’arrive pas à endiguer le phénomène de l'insécurité dans la ville de N'Djamena. Il faut que le pays soit en sécurité.

Il faut que le président Idriss Deby, en sa qualité de chef suprême des armées, prenne des mesures de concert avec son ministre de l’intérieur et de la sécurité publique pour que la ville de N'Djamena soit au moins en sécurité.

La participation citoyenne pour lutter contre l'insécurité ?

Je dis au peuple Tchadien qu'on ne peut pas se protéger en nous enfermant dans nos maisons. Pour se protéger, il faut que tout le monde participe à la sécurisation de la ville, dès son entrée jusqu'à la sortie.

Il faut que tous les citoyens puissent être mobilisés à tout les niveaux, à savoir les clandomens, les marchands ambulants, les agents de la sécurité pour préserver la sécurité et détecter tout acte susceptible de le remettre en cause en le dénonçant.
"Il faut que chaque citoyen puisse se substituer en agent de sécurité. Sans cela, ce phénomène de l'insécurité commencera à gangrener les acquis de la paix et de la stabilité dans notre pays"

Le défi sécuritaire insurmontable sans le concours des civils ?

Comme je vous le dis, je condamne ces incidents de ces derniers jours. Je suis pessimiste quant à l'efficacité de nos forces de sécurité de relever le défi sécuritaire sans le concours de tout le monde.

Ce n’est pas seulement le travail de la gendarmerie ou de la police, moins encore des agents municipaux. Il faut que chaque citoyen puisse se substituer en agent de sécurité. Sans cela, ce phénomène de l'insécurité commencera à gangrener les acquis de la paix et de la stabilité dans notre pays.

Comment on peut comprendre que pour une moto de 200.000 CFA, on ôte la vie d'un compatriote. On peut ôter la vie d’un concitoyen à cause d’un vélo, c’est vraiment regrettable. Il faut que le gouvernement prenne toutes ses dispositions pour sauvegarder la sécurité dans notre pays.

Les sanctions sont-elles suffisantes ?

Je demande fortement au gouvernement d'instaurer la cour martiale pour sévir contre ces officiers subalternes qui tuent des officiers supérieurs. C’est regrettable. Il faut instaurer la cour martiale pour sanctionner aussi des coupeurs de routes qui tuent des citoyens à cause de leur bien.

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication du Tabloïd Alwihda Actualités. En savoir plus sur cet auteur