Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Informations

Les chefs de file du développement demandent d’accroître l’investissement dans l’agriculture‏


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 17 Février 2016 modifié le 17 Février 2016 - 18:20

Pour pouvoir atteindre les nouveaux objectifs du développement durable, il faut accroître l’investissement en faveur de l'agriculture paysanne, déclarent les chefs de file du développement lors de la conférence de Rome


Rome, 17 février 2016 – Chefs de file du développement, chefs d’État et représentants gouvernementaux se sont réunis à l’occasion de la trente-neuvième session du Conseil des gouverneurs du Fonds international de développement agricole (FIDA) pour trouver les moyens de stimuler l’investissement dans l'agriculture paysanne, condition essentielle pour pouvoir atteindre les objectifs du développement durable que sont l’éradication de la pauvreté et de la faim. 
Dans son discours d’ouverture, le Président de la République italienne, Sergio Mattarella, a déclaré que l'investissement en faveur de l’agriculture paysanne dans les pays en développement, question de nature transversale, concourt à la stabilisation des communautés et des pays ainsi qu’à la réduction de la migration et des conflits.

« L'agriculture joue un rôle fondamental », a déclaré Sergio Mattarella. « Vous trouvez les moyens de nourrir les familles, 
de promouvoir des formes d’organisation sociale, de préserver la terre et la biodiversité, de lutter contre le changement climatique, de créer des emplois et de favoriser la prospérité, de contribuer à la mise en place de sociétés stables et justes et, surtout, d’éradiquer les causes profondes à l’origine de l’émigration croissante. » 

Se référant plus précisément à l’augmentation du nombre de réfugiés fuyant le conflit syrien, Sergio Mattarella a ajouté que 
« la faim et la pauvreté sont des phénomènes de nature insidieuse, qui génèrent conflits et instabilité et constituent le maillon de la chaîne qu’il nous faut d’abord briser pour pouvoir faire face aux situations d’urgence et aux catastrophes humanitaires. »

Dans son discours, le Président du FIDA, Kanayo F. Nwanze, a insisté sur l’urgence de la situation, ajoutant que, outre la menace terroriste et la migration de masse, la sécheresse qui sévit en Afrique australe menace désormais de famine près de 14 millions de personnes. 

Il a mis l'accent sur le fait que, même si les gouvernements se trouvent confrontés à des priorités concurrentes face à des situations d’urgence, ils ne peuvent pas se permettre de perdre de vue le développement à long terme.

« Le risque d'assister à une inversion des progrès réalisés dans la lutte contre la pauvreté et la faim au cours des dernières années est très réel », a déclaré Nwanze.

Il a ajouté que le Programme 2030, avec ses 17 nouveaux objectifs du développement durable, vise, au cours des quinze années à venir, rien de moins que la prospérité, la santé et la sécurité pour chacun de nous tout en préservant la planète.

« Le programme et le calendrier sont ambitieux parce que nous ne pouvons plus nous permettre le luxe de perdre du temps. Nous devons agir maintenant », a-t-il dit aux hauts fonctionnaires représentant les 176 États membres du FIDA assistant à la conférence annuelle.

Quelque 3 milliards de personnes vivent dans les zones rurales de pays en développement. Elles représentent environ 40% de la population mondiale, mais plus de 70% des personnes les plus pauvres et qui souffrent le plus de la faim sur cette planète. Elles dépendent pour la plupart de l'agriculture pour leur vie et leurs moyens d'existence. Par conséquent, concentrer notre attention sur les populations rurales pauvres, et en particulier les petits exploitants agricoles, est essentiel pour réaliser l'ODD1 – Éliminer la pauvreté – et l'ODD2 – Éliminer la faim.

Comme on peut le voir actuellement en Afrique australe, le changement climatique constitue l’une des principales menaces à la production vivrière. Anticipant le problème, le FIDA avait déjà en 2010 élaboré une stratégie concernant le changement climatique, dans le cadre de laquelle a été créé le Programme d'adaptation de l’agriculture paysanne (ASAP), qui aide aujourd’hui les agriculteurs des pays en développement du monde entier à s’adapter aux nouvelles conditions climatiques.

Dans son discours d’ouverture, Nwanze a remercié tout particulièrement les représentants des organisations paysannes qui ont pris part à la sixième réunion mondiale du Forum paysan, qui s’est tenue les 15 et 16 février, en marge du Conseil des gouverneurs.

Jeudi 18 février, la série de conférences du FIDA viendra clôturer le Conseil des gouverneurs, avec une conférence de M. Mohamed Ibrahim, entrepreneur de renommée mondiale et fondateur de la Mo Ibrahim Foundation. 



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 4 Octobre 2018 - 14:47 Tchad : Idriss Deby attendu à Sarh