Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

Tchad : "le prix de l'huile ne dépend pas de nous mais des matières premières, des factures, des taxes"


Alwihda Info | Par Blaise Masrabaye - 24 Mars 2022

Même si elle produite au Tchad et malgré et ses matières premières interdites d'exportation, l'huile reste de très loin la denrée la plus chère sur le marché. Le directeur général de la Société de production industrielle d'huile du Tchad (SPHT), Ma Ji justifie cette cherté.


Propos recueillis par Masrambaye Blaise

Tchad : "le prix de l'huile ne dépend pas de nous mais des matières premières, des factures, des taxes"
L'huile produite au Tchad est aussi chère que celle qui est importée. Quelles en sont les raisons ?

L'année précédente, le prix d'achat des arachides n'était que de 250 à 300 francs le kilogramme. Alors notre huile se vendait entre 15 000 et 17 000 francs le bidon  de 20 litres. Cette année, le prix d'arachides  est de 530 à 580 francs.  Donc le prix ne dépend pas de nous mais des matières premières, des factures d'électricité qui sont élevées, des taxes, des salaires, du coût de la construction d'usines. De plus, l'huile importée est de l'huile de palme et non de l'huile d'arachide. 

En plus des taxes jugées exorbitantes, vous invoquez des cas d'arnaques. En avez-vous été victime ? Si oui, sous quelle forme ?

Une fois, nous avons acheté des arachides mais après l'achat, des individus ont appelé la police et ont dit que les arachides avaient étaient volées par leur chauffeur et vendues à nous sans que nous ne sachions. Nous avions été obligés de rendre les arachides mais l'argent ne nous a pas été restitué. On nous a même traités comme si nous étions des voleurs. 

La récente interdiction d'exporter les oléagineux vous est-elle utile ?

L'interdiction d'exporter les arachides est arrivée trop tard. Le prix a doublé et certains commerçants ont thésaurisé des marchandises ; ce qui nous a amenés à prévoir d'utiliser les fonds pour un an de production en seulement six mois. Ce que je sais, c'est que si l'exportation des arachides est interdite, c'est juste que les étrangers ne peuvent pas les exporter mais les tchadiens peuvent toujours le faire. Cela n'a aucun effet pratique. Si l'intervention peut être maintenue et que le prix des arachides peut être réduit, alors ça entraînerait la baisse du coût de production et en conséquence nous pourrons vendre au plus bas prix.

Disposez-vous de suffisamment de matières premières pour satisfaire la demande jusqu'à la prochaine saison étant donné que la dernière campagne agricole n'a pas été bonne ?
 
Nous avions initialement prévu d'acheter des arachides pour une production d'un an mais le doublement du prix nous a empêché de le faire et le marché était instable. Un coût excessif augmente notre prix de vente, tandis que le prix de l'huile de palme importée sera plus bas, ce qui entraînera un prix de vente élevé et un faible volume de ventes.

 Seriez-vous tenté d'importer les matières premières ?

Si les arachides du Tchad ne peuvent pas du tout être exportées, le prix baissera, et la consommation intérieure du pays sera garantie. Il n'y a pas lieu d'envisager de les importer. Aussi parce que le prix des arachides du Tchad est inférieur à celui d'autres pays, donc elles sont achetées par les pays voisins. Si le prix des arachides au Tchad peut revenir au prix de l'an dernier de 250-300F, et il n'est pas nécessaire d'importer de l'huile de palme. Il y a tellement de moulins à huile au Tchad, grands et petits, qui peuvent fournir entièrement la quantité dont le pays a besoin.

Le ministère du Commerce et de l'Industrie a récemment promis une réduction du coût de vie ; cela sous-entend la négociation avec les producteurs de denrées. Avez-vous été sollicité à cet effet ? 

En tant qu'usine, bien sûr, nous voulons aussi des prix plus bas et des ventes plus rapides, mais ce n'est pas le cas. Nos coûts sont trop élevés et les ventes sont difficiles. Si le pays peut aider, rendre les arachides vraiment interdites d'exportation, lentement nous pouvons aider tout le monde à réduire le coût de la vie, mais ce n'est pas le stade actuel. Le prix des matières premières  continue d'augmenter. Peut-être devrions-nous surveiller le prix de l'arachide au cours du prochain trimestre et l'interdiction des exportations. Personne ne nous a posé cette question jusqu'à présent.