Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : porte-à-porte et rafle de motos à Goz Beida, les civils désemparés


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 20 Août 2019 modifié le 20 Août 2019 - 19:05



Tchad : porte à porte et rafle de motos à Goz Beida, les civils désemparés. © Alwihda Info
Tchad : porte à porte et rafle de motos à Goz Beida, les civils désemparés. © Alwihda Info
Les opérations de contrôle et de saisies des engins à deux roues ont débuté très tôt ce mardi matin à Goz Beida, chef-lieu de la province de Sila, a constaté Alwihda Info.

Le gouverneur de la province de Sila, Kedallah Younous Hamidi, a supervisé en personne les opérations, et s'est rendu à la tête d'une forte escorte, dans différents endroits de la ville.

Le matin, il a entrepris des concertations avec les responsables administratifs et sécuritaires au gouvernorat. Il a annoncé la mise en place d'une nouvelle commission mixte chargée d'un "ramassage général" des engins motos dans la ville de Goz Beida. En début de matinée, la commission, composée de la gendarmerie, l'armée, la police et la garde nomade, avait déjà saisi 136 motos.

Première étape de la visite, Kedallah Younous Hamidi s'est rendu au commissariat central de police de Goz Beida où les engins saisis ont été déposés tour à tour. 

A son arrivée, Kedallah Younous Hamidi a salué les différents corps détachés qui composent la commission mixte. "Je vous remercie pour votre travail. Continuons tous avec ça car la province est en état d'urgence", a-t-il déclaré. 

D'après le n°1 de la province de Sila, 136 motos ont été saisies. Il a encouragé les forces de sécurité à poursuivre leur mission car "c'est pour la paix et c'est pour cela que le président a pris ces décisions. Donc vous allez garder ces engins jusqu'à la fin de l'état d'urgence (...) Cela répond directement à la politique du chef de l'Etat".

Dans la ville, les militaires font du porte-à-porte pour saisir les engins. Cette mesure, décriée par les civils, a provoqué des débordements et de la colère dans certaines maisons.

Le gouverneur s'est concerté avec différents responsables et a donné l'ordre de "bien garder les engins."

A la commune de la ville, il a rencontré le maire de Goz Beida. Il lui a demandé de ranger les motos "dans un lieu bien fermé", jusqu'à nouvel ordre.

Kedallah Younous Hamidi s'est ensuite dirigé vers le centre-ville pour constater le travail des forces de sécurité. Séance tenante, il a donné différentes instructions fermes et a vérifié l'applications stricte des mesures.

L'état d'urgence est entré en vigueur ce mardi 20 août dans les provinces de Sila, Ouaddaï et Tibesti.

Tchad : porte à porte et rafle de motos à Goz Beida, les civils désemparés. © Alwihda Info
Tchad : porte à porte et rafle de motos à Goz Beida, les civils désemparés. © Alwihda Info

Tchad : porte à porte et rafle de motos à Goz Beida, les civils désemparés. © Alwihda Info
Tchad : porte à porte et rafle de motos à Goz Beida, les civils désemparés. © Alwihda Info

Tchad : porte à porte et rafle de motos à Goz Beida, les civils désemparés. © Alwihda Info
Tchad : porte à porte et rafle de motos à Goz Beida, les civils désemparés. © Alwihda Info