Advienne que pourra...

Dangereuse comédie à Bamako
La charmante Malienne vida d’une traite, la tristesse dans l’âme, le verre de whisky que l’on venait de lui tendre. Elle remercia ensuite l’employé de l’Évasion, l’un des dancings mythiques de la capitale malienne, et sortit après avoir posé le contenant sur le comptoir. Une fois dehors, l’air chaud fouetta brutalement le visage de la Bamakoise qui eut l’im­pression d’avoir la tête lourde. Le malaise s’accentuait au fur et à mesure qu’elle marchait. À un moment donné, elle fut en proie au vertige. La nausée l’indisposa. Le whisky était-il empoisonné ? Tout à coup, le vide s’installa dans son esprit et ses jambes la lâchèrent. Elle s’écroula. Non loin de là, les derniers fêtards eurent l’impression qu’une très forte lumière s’extirpa de la masse corporelle qui était allongée à même le sol et se dirigea, en tourbillonnant, vers le haut pour dispa­raître dans le ciel noir et très étoilé. Ainsi Aïssata Camara rendit-elle l’âme. Elle ne danserait plus jamais au Calao, au Mandingo ou au Yanga. Adieu l’artiste !
Pendant ce temps, dans la villa du quartier huppé de l’Hippodrome, François Piantoni et Aminata Dembélé furent très surpris de revoir l’Homme Noir, en pleine forme, et l’un de ses acolytes que l’on avait pourtant enfermés, bien ligotés, dans la cave. La Malienne et le Corse tentèrent de s’enfuir, mais ils n’eurent pas le temps d’ouvrir la porte…
Quelque chose lui avait échappé, se dit Roger Dercky. La dan­seuse de Bamako était-elle l’un des maillons de cette chaîne infer­nale ? Était-il manipulé, depuis le début ? Dans l’affirma­tive, pour quelle finalité ? Mamadou Diawoura était-il réellement kidnappé ?

Titre : Dangereuse comédie à Bamako
Auteur : Gaspard-Hubert Lonsi Koko
Editeur : L'Atelier de l'Egrégore
genre : polar
Parution : 22 juin 2018
Papier : https://atelieregregore.selz.com/item/dangereuse-comedie-a-bamako-papier
Numérique (ePub) : https://atelieregregore.selz.com/item/dangereuse-comedie-a-bamako

Les figures marquantes de l'Afrique subsaharienne
Les figures marquantes de l’Afrique subsaharienne, de l’écrivain et essayiste militant congolais Gaspard-Hubert Lonsi Koko, dresse un panthéon des personnages historiques qui permet de redonner son épaisseur à un récit historique africain minoré par des siècles de propagandes coloniales. Il participe en cela au mouvement visant à ce que les Africains « couchent eux-mêmes la vraie histoire de leur continent ».

Le livre développe une vaste galerie de portraits de dirigeant(e)s des empires africains, d’icônes de la résistance armée ou spirituelle face aux invasions européennes puis à l’occupation et à l’entreprise de colonisation, de leaders à la manœuvre lors des indépendances et après celles-ci, mais aussi des révolutionnaires, intellectuel(le)s et artistes d’Afrique subsaharienne. De la reine Ravalons Ier qui résista à l’invasion de Madagascar par les Français jusqu’à sa mort en 1861 à Thomas Sankara, dirigeant du Burkina Faso mort assassiné en 1987 dans des conditions floues. De Msiri, roi du Katanga à Lumumba, tous deux également exécutés avec le concours des autorités belges.

Si l’Histoire n’est bien sûr pas le fait des « Grands Hommes » (et Femmes), en exposant cette galerie des Gloires, des héros et héroïnes historique d’Afrique, qui sont autant de role-model potentiels et sources d’inspiration, le livre permet d’aller au-delà des récits occidentaux empreints de condescendance. Et de battre ainsi en brèche l’entreprise de destruction culturelle au long cours qui tente de faire de l’Afrique un continent « sans Histoire ». Un ouvrage qui permettra aux lecteurs et aux lectrices européen(ne)s de développer une culture plus générale et moins eurocentrique. Et de redécouvrir par son Histoire, ce continent dynamique qui esquisse son avenir en s’enrichissant dans sa mémoire.

AB

© Agir par la Culture N° 52

Auteur : Gaspard-Hubert Lonsi Koko
Éditeur : L’Atelier de l’Egrgéore, 2017​

Pagaille à Mavoula !
Pourquoi cherchait-il à rendre justice lui-même ? Cette triste affaire ne concernait que le département des affaires criminelles de la police congolaise. Pourquoi un Zaïrois devait-il s’occuper de l’investigation relative au meurtre d’un ministre d’un pays qui n’était même pas le sien ? La famille de la victime n’avait-elle pas confiance aux autorités policières nationales ? La justice congolaise était-elle partiale, donc partisane ? Pourquoi Roger Dercky devait-il entreprendre une opération périlleuse, au risque de braver quelques intouchables du régime local ? Agirait-il avec une intrépidité ingénieuse pour ranimer la rage de vaincre qui l’habitait ? Avait-il besoin de l’exaltation que le jeu procurait passionnément en lui : à savoir le divertissement ? Dans la vie quotidienne, ce détective privé ne s’amusait pas pour le bonheur de l’ennemi ou de l’adversaire.

L’enveloppe vide, que la réceptionniste du luxueux hôtel situé à la corniche de Bacongo venait de remettre au détective privé, le conforta dans sa vision. Par conséquent, le Zaïrois sortit le revolver dissimulé sous sa veste : un Colt Detective Special. Il ouvrit donc la porte, se pointa tout de suite dans la première pièce et vit un individu emmitouflé dans un trench-coat. L’investigateur pointa l’arme à feu en direction du visiteur inattendu.
– Vous avez des manières inhabituelles de rentrer chez vous...
– Qui êtes-vous ? questionna derechef le citoyen zaïrois.
– Je suis Moukila André, inspecteur de la police nationale congolaise.

Auteur : Gaspard-Hubert Lonsi Koko
Genre : polar
Sortie : Mars 2018
ISBN : 979-10-91580-25-0
Éditeur : L'Atelier de l'Égrégore

1 2 3 4 5






Partager ce site



Interview KOKO 1
lonsikoko-890x395_c
G-HLonsi
CouvMitterrand200-300
Interview KOKO 1
G-H Lonsi Koko Assemblée nationale 2
INTERVIEW KOKO Cinq questions
Interview KOKO 2