Advienne que pourra...

La conscience bantoue
Les enjeux fonciers et miniers sont considérables, surtout dans la région des Grands Lacs. Au moment où des forces négatives, vraisemblablement continentales mais bénéficiant du soutien invisible des puissances extracontinentales, excellent en Afrique subsaharienne en vue de la balkanisation d’un bon nombre d’États bantouphones, les réactions patriotiques s’avèrent plus que jamais appropriées. En effet, la gravité de la situation nécessite une prise de conscience commune et une coalition interétatique. Celles-ci ne pourraient qu’être salutaires.
La conscience étant la perception chez l’homme de sa propre existence et du monde qui l’entoure, un peuple qui ignore d’où il vient ne saura jamais où il va. Un peuple qui fait fi de son passé aura beaucoup de mal à maîtriser son présent. Un peuple qui méprise son Histoire sera incapable d’orienter son avenir sur des bases objectives et solides. Un peuple amnésique restera toujours crédule. Ayant été commercialisées, exportées comme des marchandises, réduites en esclavage, colonisées, les populations bantoues en Afrique et à travers le monde doivent enfin prendre conscience que la malédiction de Canaan, ce fils de Cham, n’est qu’une pure invention pour justifier à dessein leur infériorité intellectuelle et leur dépendance vis-à-vis d’une quelconque civilisation naturellement prédatrice. C’est en montant sur les épaules de Soundiata Keïta et de Chaka Zulu que les Bantous et leurs descendants resteraient à jamais libres. C’est en s’inspirant de Kimpa Vita et de mbuya Nehanda Charwe Nyakasikana, ainsi que de Manthatisi, qu’ils se feront respecter. C’est en ayant comme modèles les prophètes Simon Kimbangu, André Matsoua et William Wade Harris qu’ils deviendront spirituellement affranchis. C’est en prenant exemple sur Patrice Lumumba et Nelson Mandela, animés d’une vision tout à fait panafricaniste, qu’ils resteront enfin libres et réellement indépendants.

Auteur : Gaspard-Hubert Lonsi Koko
Éditeur : L'Atelier de l'Égrégore
ISBN : 979-10-91580-42-7
Dimension : 14 x 1 x 21,6 cm
Sortie : le 1er avril 2020

Les figures marquantes de l'Afrique subsaharienne - 3
Dans cet ouvrage, le passé éclaire le présent dans l’optique de dessiner les lignes du futur. De plus, la compréhension de l’Histoire est un facteur déter­minant en vue de la construction en toute connaissance de cause. S’appuyant à juste titre sur le symbolique miroir indispensable à l’introspection, l’auteur déterre avec parcimonie une immense richesse. Ce patrimoine culturel et historique est composé d’une grande diversité de héros, de guerriers, de résis­tants, d’artistes, d’auteurs, de sportifs ayant marqué l’Afrique par leur courage, leur plume, leur action politique, leur prouesse musicale, leur engagement sociétal, leur capacité intellectuelle, leur apport culturel, leur exploit sportif... Des hommes vaillants et des femmes ingénieuses qui, à n’en pas douter, serviront des modèles en vue d’une extrospection sur la base d’une vision non pessimiste.
De Soundiata Keïta à Nelson Mandela sans oublier Chaka Zulu, de Seydou Badian à Cheikh Anta Diop, d’Eusebio à Pierre Ndaye Mutumbula Mulamba en passant par Robert Mensah, du Grand Maître Franco Luambo Makiadi à Anikulapo Fela Kuti, de Kimpa Vita à la reine Pokou, de Miriam Makeba à Abeti Masikini en s’attardant sur Bella Bellow et Cesária Évora, de la reine Ranavalona Ière à Wangari Maathai, de Nzinga Mbandi à Manthatisi via Nte­bogang Ratshosa et Labotsibeni Gwamile Mdluli, ainsi que Mbuya Nehanda, de Jomo Kenyatta à Samora Machel, en s’attardant sur Patrice Lumumba..., cet ouvrage est une invitation à la vraie découverte d’un continent aux immenses potentialités, ainsi qu’à l’avenir vivable et viable.
 
Versions numérique  et papier

Le Congo-Kinshasa, ce géant assailli de toutes parts
« Conseil d’insécurité pour les faibles, ou syndicat des nations les plus puissantes ? » Telle est la question principale à laquelle a essayé de répondre Gaspard-Hubert Lonsi Koko dans son dernier ouvrage intitulé Mais quelle crédibilité pour les Nations Unies au Kivu ? Ainsi s’est-il épanché, tel un entomologiste, sur la dramatique situation en cours dans l’Est de la République Démocratique du Congo, plus précisément dans la région du Kivu et dans l’Ituri. Au fil de la lecture, exemples concrets en guise de soutien aux hypothèses étayées, on se rend compte que ce qui se passe dans la région des Grands Lacs africains s’apparente à une guerre économique non avouée en vue d’un pillage de minerais – de sang – mis en place par des officines internationales s’appuyant sur des complicités internes (quelques autorités congolaises) et régionales (le Rwanda, le Burundi et le Rwanda). Dans ce contexte, la force onusienne, censée rétablir la paix depuis plus de vingt années, a plutôt l’air de jouer le rôle de régisseuse qui veille à l’organisation du tournage macabre et gère une multitude de situations embarrassantes.
 
Complicités tacites
 
Le pillage de minerais n’est possible que grâce à des complicités locales, nationales, régionales et continentales, ainsi qu’à des soutiens extracontinentaux. De toute évidence, la complicité entre les différentes parties concernées par la problématique congolaise ne peut qu’être relevée, dès lors que les interventions rwandaise et ougandaise dans la région du Kivu n’ont en aucun cas incité la force militaire onusienne (la Monusco) et les forces armées congolaises (les FARDC) à sécuriser la frontière orientale. En effet, le positionnement des éléments de la Monusco très loin de la frontière rwandaise matérialise de fait une sorte de ligne de démarcation, laissant libre cours aux pays agresseurs et à leurs milices armées d’opérer dans la région du Kivu en Ituri. Cela cautionne, bien évidemment, la non-souveraineté du Congo-Kinshasa. Le laxisme de la Monusco suscite des interrogations sur la complicité, plus ou moins tacite, des Nations Unies dans le pillage des ressources naturelles et la déstabilisation de la région du Kivu en vue de la balkanisation de la République Démocratique du Congo ou de la transformation du Kivu et de l’Ituri en zone franche. Dans cette optique, en n’ayant pas non plus imposé la présence des forces armées congolaises le long de la frontière orientale congolaise, Kinshasa valide la probabilité d’un démembrement d’une portion non négligeable du territoire national au profit des agresseurs rwandais, ougandais et burundais.
 
Des zones d’ombre
 
Quelques zones d’ombre nécessiteraient toutefois d’être éclaircies. « D’où pourraient alors provenir les armes utilisées par les groupes rebelles opérant en toute impunité dans la région du Kivu ? », s’est interrogé l’auteur. Dans cet ordre d’idées, en ayant émis l’idée de faire moyennant finance d’un Rwanda déjà surpeuplé un sous-traitant des demandeurs d’asile africains, l’Union européenne et l’Union africaine ont commis une erreur monumentale qui pourrait créer d’autres tensions dans la région des Grands Lacs africains. Il est toutefois surprenant que le gouvernement rwandais, qui a toujours refusé de reprendre plusieurs milliers de ses compatriotes hutus réfugiés en République Démocratique du Congo, ait accepté d’accueillir des demandeurs d’asile libyens et à les traiter comme il conviendrait par rapport à la Convention de Genève ? D’aucuns voient, à travers cette opération, une autre stratégie en cours dans le but d’implanter dans la région des Grands Lacs des personnes de religion musulmane et susciter d’autres crises civiles. Celles-ci serviraient plus tard de prétexte à une intervention militaire des Américains et des Européens contre une menace djihadiste, inventée de toutes pièces, dans la région du Kivu et en Ituri. Ainsi la République Démocratique du Congo restera-t-elle longtemps la vache à lait des firmes internationales.
 
La stabilité nationale
 
Le véritable nœud de la stabilité de la République Démocratique du Congo réside, entre autres raisons, dans le positionnement des éléments des FARDC et ceux des forces onusiennes le long des frontières rwandaise, burundaise et ougandaise. Ne pas agir de la sorte permettra la reconfiguration frontalière des pays de la région des Grands Lacs africains et le dépeçage, conformément à ce qui s’est passé au Soudan, d’autres États d’Afrique comme le Nigeria, le Cameroun, l’Afrique...
Les populations congolaises, de par les ressources naturelles dont regorgent le sol et le sous-sol de leur pays, ont le droit d’en jouir en toute plénitude et de profiter plus que les autres de l’eldorado que leur avaient légué leurs ancêtres. Après avoir vu le soleil brûler le lac Kivu, les obus fendre la terre, le Ruwenzori se transformer en un tombeau géant, les balles faucher les vies humaines, tandis que les hordes de barbares violer les femmes et les enfants, à l’instar du chanteur Enrico Macias, les Congolais veulent enfin connaître « des nuits où les étoiles [transformeront] le ciel en cathédrale ».
Laissons le mot de la fin à l’auteur de cet ouvrage à l’analyse acérée : « Pour la région du Kivu et la Province Orientale en particulier, ainsi que la République Démocratique du Congo en général, d’aucuns osent espérer fortement que, sur les brûlis, les nouvelles pousses seront les plus fortes, les plus vertes, les plus resplendissantes, les plus fruitières possible… Puisse la fraternité unir patriotiquement les populations congolaises. Que la providence spirituelle régisse toutes les choses en République Démocratique du Congo ! »

Charlotte Mondo

© Agoravox

1 2 3 4 5 » ... 7
G-H Lonsi Koko Assemblée nationale 2
lonsikoko-890x395_c
Interview KOKO 1
Interview KOKO 2
INTERVIEW KOKO Cinq questions
gaspard_hubert_lonsi_koko
Interview KOKO 1
CouvMitterrand200-300