Advienne que pourra...

Samora Machel : a luta continua !
Samora Moisés Machel, né le 29 septembre 1933 à Madragoa, actuellement Chilembene, au Mozambique et mort le 19 octobre 1986 à Mbuzini en Afrique du Sud, fut un homme politique mozambicain. Premier président de la République populaire du Mozambique indépendant, qu’il dirigea entre 1975 et 1986. Il avait rencontré en 1961 Eduardo Mondlane Chivambo, un intellectuel mozambicain qui, de retour au pays et à la tête d’une mission pour le compte des Nations Unies, combattait le colonialisme portugais au Mozambique. En 1963, Samora Machel rejoignit la lutte indépendantiste contre la puissance portugaise d’occupation. Il intégra le Front de libération du Mozambique (Frelimo) et se retrouva de ce fait aux côtés de son supérieur hiérarchique, Eduardo Mondlane Chivambo, à Dar es Salaam. Il suivit alors une formation militaire en Algérie et figura, le 25 septembre 1964, parmi les 250 guérilleros du Frelimo qui déclenchèrent la lutte armée contre le Portugal. Amílcar Cabral n’avait-il pas évoqué le passage algérien, obligatoire pour les combattants africains engagés dans un bon nombre de luttes contre les colonialistes ?
 
« Les chrétiens [allaient] au Vatican, les musulmans à La Mecque et les révolutionnaires à Alger. »[1]
 
Samora Machel détestait profondément la philosophie coloniale des Portugais. Il était révolté contre des siècles de maltraitance. Sa haine du colon fut joliment exprimée dans la phrase ci-dessous :
 
« Le jour où vous entendrez les Blancs parler de moi en bien, ce jour-là, ne partagez plus vos secrets avec moi, parce que cela voudra dire que je vous ai déjà trahis. »
 
Devenu secrétaire à la défense du Frelimo en 1966, Samora Machel succéda à Filipe Magaia, mort au combat. En 1968, il devint le commandant en chef des forces armées et siégea au comité central du Frelimo. À la suite de l’assassinat du professeur de sociologie Eduardo Mondlane Chivambo en 1969, il accéda à la direction du parti au sein d’un triumvirat formé avec Marcelino dos Santos et le révérend Uria Simango. Samora Machel représenta la branche marxiste et multiraciale, face aux tenants du courant africaniste. Dès 1970, tel le dandy Jules César roulant dans la farine Pompée le Grand et le riche Marcus Licinius Crassus en 60 avant Jésus-Christ, il s’imposa sur ses deux codirigeants et présida tout seul le mouvement de libération marxiste.
Le Mozambique accéda à l’indépendance le 25 juin 1975. Le Frelimo dirigea de facto un gouvernement d’union nationale, mais le mouvement politique finirait par manager sans ses alliés de circonstance. Élu président de la République du Mozambique, Samora Machel facilita l’émergence d’une société socialiste et intégra le bloc soviétique. Une réforme agraire fut imposée, regroupant les paysans dans des aldeias comunais[2] selon le modèle des kolkhozes et sovkhozes. Pour cela, le nouveau régime mozambicain n’hésita pas à utiliser les anciens aldeamentos[3] afin de les soustraire de l’influence du Frelimo dans les zones du Nord touchées par la guerre. Profondément incompatible avec le mode de vie tout à fait traditionnel dans la campagne mozambicaine, la réforme agraire basée sur le concept des villages communautaires se traduisit vite par un échec monumental.
Sur le plan international, Samora Moisés Machel fut un artisan de la ligne de front, c’est-à-dire favorable à une coalition d’États voisins de l’Afrique du Sud dans le but de servir de base arrière aux mouvements anti-apartheid. Mais, conscient de l’inefficacité de sa politique économique, dès 1980, il mit fin à l’expérience socialiste pour demander l’aide du Fonds monétaire international. En 1984, les difficultés économiques le contraignirent de se rapprocher de l’Afrique du Sud. Il signa alors l’accord de Nkomati, avec le président Pieter Botha, prévoyant la cessation de l’aide sud-africaine à la Résistance nationale du Mozambique (Renamo) contre le retrait du soutien mozambicain à l’ANC ainsi qu’aux mouvements anti-apartheid établis dans son territoire. Mais aucun pays signataire ne le respecterait.
Le président mozambicain était sans conteste une personnalité très charismatique. Dans un document « déclassifié » du ministère français des Affaires étrangères, l’ambassadeur de France, Gérard Serre, avait écrit en 1985 que,
 
« il n’[était] que de voir l’attitude révérencieuse de ses ministres envers sa personne alors que lui-même n’[hésitait] pas à les fustiger publiquement, pour comprendre l’ascendant qu’il [avait] pris sur les hommes qui l’[entouraient]. Fascinant, séduisant, l’homme l’[était] indiscutablement, lui autrefois adversaire honni de Pretoria, [puis] partenaire obligé qui [avait] su retourner à son profit l’attitude du gouvernement [du président] Botha envers le MNR [Mouvement national de résistance ou Renamo, opposition armée] ».
 
Dans l’après-midi du 19 octobre 1986, ce jour-là, les conditions météorologiques étaient assez bonnes. En provenance de Mbala, dans le Nord de la Zambie – après avoir participé à un sommet sur la guerre civile en cours en Angola avec les présidents Kenneth Kaunda, José Eduardo dos Santos et Mobutu Sese Seko de la République du Zaïre –, Samora Moisés Machel se trouvait dans le Tupolev 134A piloté par des militaires soviétiques qui s’écrasa en Afrique du Sud sur les flancs des montagnes Lebombo, situées à trois cents mètres de la frontière mozambicaine, près de Mbuzini. Le président Samora Machel et vingt-quatre autres occupants de l’avion moururent, neuf passagers survécurent dont quelques-uns grièvement blessés. Après une courte période d’intérim, Joachim Chissano deviendrait le président de la République le 6 novembre 1986.
 
© Gaspard-Hubert Lonsi Koko
 
(*) Extraite de l’ouvrage intitulé Les figures marquantes de l’Afrique subsaharienne – 3, L’Atelier de l’Égrégore, 3ème édition, Paris, janvier 2020, pp. 214-216.
 
[1] Extrait du texte d’Amílcar Cabral intitulé Libération nationale et culture, publié en 1970.
[2] Villages communautaires.
[3] Des petites agglomérations dans lesquelles l’armée portugaise avait essayé de confiner les paysans, traditionnellement dispersés en unités unifamiliales dans la campagne.

Les figures marquantes de l'Afrique subsaharienne - 3
Dans cet ouvrage, le passé éclaire le présent dans l’optique de dessiner les lignes du futur. De plus, la compréhension de l’Histoire est un facteur déter­minant en vue de la construction en toute connaissance de cause. S’appuyant à juste titre sur le symbolique miroir indispensable à l’introspection, l’auteur déterre avec parcimonie une immense richesse. Ce patrimoine culturel et historique est composé d’une grande diversité de héros, de guerriers, de résis­tants, d’artistes, d’auteurs, de sportifs ayant marqué l’Afrique par leur courage, leur plume, leur action politique, leur prouesse musicale, leur engagement sociétal, leur capacité intellectuelle, leur apport culturel, leur exploit sportif... Des hommes vaillants et des femmes ingénieuses qui, à n’en pas douter, serviront des modèles en vue d’une extrospection sur la base d’une vision non pessimiste.
De Soundiata Keïta à Nelson Mandela sans oublier Chaka Zulu, de Seydou Badian à Cheikh Anta Diop, d’Eusebio à Pierre Ndaye Mutumbula Mulamba en passant par Robert Mensah, du Grand Maître Franco Luambo Makiadi à Anikulapo Fela Kuti, de Kimpa Vita à la reine Pokou, de Miriam Makeba à Abeti Masikini en s’attardant sur Bella Bellow et Cesária Évora, de la reine Ranavalona Ière à Wangari Maathai, de Nzinga Mbandi à Manthatisi via Nte­bogang Ratshosa et Labotsibeni Gwamile Mdluli, ainsi que Mbuya Nehanda, de Jomo Kenyatta à Samora Machel, en s’attardant sur Patrice Lumumba..., cet ouvrage est une invitation à la vraie découverte d’un continent aux immenses potentialités, ainsi qu’à l’avenir vivable et viable.
 
Versions numérique  et papier

Franchement, où va la RDC ?
En République Démocratique du Congo, alors qu’il faudrait parvenir à mobiliser les recettes, l’exécutif a retenu l’hypothèse d’un budget de 10 milliards de dollars américains pour l’exercice 2020. Ainsi faudrait-il proposer des mesures d’accompagnement en vue de la sécurisation des recettes et de la limitation des dépenses. Les 17 % d’appui budgétaire extérieur sur lesquels comptent le gouvernement congolais, soit environ 1,7 milliard de dollars, paraissent d’ores et déjà insuffisants pour couvrir le coût de la gratuité de l’enseignement primaire souhaité, à juste titre, par le président de la République.
Au lieu de s’appuyer inconsciemment sur la Banque mondiale ou le FMI pour réaliser le programme présidentiel, Kinshasa ferait mieux d’assurer la présence étatique dans la partie orientale. Cela lui permettrait de sécuriser la région du Kivu et l’Ituri, et d’avoir le contrôle sur le trafic des minerais de sang. Ainsi pourrait-il financer aisément la gratuité de l’enseignement primaire et lutter efficacement contre la pauvreté, plutôt que de faire de manière tacite du Rwanda le premier exportateur de coltan dont ne regorge pas son sous-sol.
Par ailleurs, sur le plan sécuritaire, une réunion devrait se tenir les 24 et 25 octobre à Goma en compagnie des états-majors de la République Démocratique du Congo, du Rwanda, du Burundi et de l’Ouganda dans le but d’éradiquer des groupes armés, aussi bien étrangers que congolais. Par conséquent, dans le cadre du futur état-major intégré, les armées burundaise, rwandaise et ougandaise pourraient y avoir des délégués. Quid de l’Africom et de la Monusco, déjà présents dans la région en tant qu’observateurs ?
Dans mon dernier ouvrage, tel un entomologiste, je me suis penché les faits constituant le véritable rôle de la Monusco dans l’Est de la République Démocratique du Congo(*). En tout cas, le projet de l’état-major intégré en vue des opérations conjointes contre les groupes armés congolais et étrangers soulève sérieusement la question de la présence onusienne dans la partie congolaise de la région des Grands Lacs. Faudrait-il réintroduire officiellement sur le sol congolais les pays voisins, et notamment le Rwanda et le Burundi accusés de se faire la guerre dans cette partie du territoire congolais en instrumentalisant les groupes armés congolais et étrangers ? Devrait-on maintenir, dans la région du Kivu et en Ituri, une force onusienne qui, depuis plus de vingt ans, ne parvient pas à y instaurer la paix ?
À l’instar du chanteur, musicien, compositeur et acteur français Enrico Macias, les Congolais osent de tout cœur espérer que « rien [ne sera] plus beau qu’un fusil rouillé, qu’un soldat un jour [aura] oublié quelque part à l’ombre d’un buisson pour courir vers son village et sa maison. Et qui ne servira plus jamais, plus jamais. »
 
Gaspard-Hubert Lonsi Koko
 
(*)   Lire Mais quelle crédibilité pour les Nations Unies au Kivu ?, Gaspard-Hubert Lonsi Koko, L’Atelier de l’Égrégore, Paris, 27 septembre 2019.

1 2 3 4 5 » ... 38
VisionRdc-GrandsLacs1couv
CouvMitterrand200-300
koko-hamon
lonsikoko-890x395_c
Interview KOKO 1
gaspard_hubert_lonsi_koko
Interview KOKO 1
G-H Lonsi Koko Assemblée nationale 2