Advienne que pourra...

Non à la mobutisation du régime politique en RDC !


Rédigé le Dimanche 24 Septembre 2017 à 11:01 | Lu 472 fois | 2 commentaire(s)
Gaspard-Hubert Lonsi Koko
Essayiste réformiste et romancier, auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles,... En savoir plus sur cet auteur


Deux constats seulement concernant l’allocution du président intérimaire de la République Démocratique du Congo.
S’agissant de la MONUSCO, il est évident que le régime kabiliste souhaite le départ du contingent onusien pour mieux déstabiliser l’Est du pays. Cela lui permettra de décréter l’état d’urgence et de rester président à vie.
Pour ce qui est des élections, un secret pour personne, les promesses du président intérimaire équivalent à la mauvaise foi et à la volonté de se maintenir illégalement au pouvoir. J’en veux pour preuve son souhait d’organiser un référendum dont les résultats seront falsifiés en vue de la pérennité du régime impopulaire en place à Kinshasa. Faut-il croire que la RDC manque des moyens financiers pour l’organisation du scrutin présidentiel mais en dispose pour un référendum devant régulariser l’aspect provisoire de la présidence de la République ?
Au regard de ses deux constats, il est évident que le peuple congolais doit à tout prix éviter la mobutisation du système politique. Dans cette optique, s’impose une transition sans le président intérimaire de la République Démocratique du Congo. Une processus transitoire, sans Joseph Kabila, est plus que jamais indispensable en vue des élections crédibles et transparentes, ainsi que de la pacification du pays de nos ancêtres.

Gaspard-Hubert Lonsi Koko
Premier Vice -Président de l’Alliance de Base pour l’Action Commune (ABACO)

Fait à Paris, le 24 septembre 2017




1.Posté par Leo Lipopo le 24/09/2017 12:12
A moins que vous écriviez un roman cher Loko ! votre Article semble être un marche de soutient a l’illégale voie de transition sans passage et référence a la constitution de la RDC ! On ne voit pas en quoi et comment la monusco empêcherait Kabila de rester au pouvoir si il le souhaiter et que le referendum est un œuvre Kabiliste et non constitutionnel ! Pourquoi prendre des souhaits, sentiments et en faire une solution de sortie si pas une loi?Le mal de l'opposition radicale d'imposer une solution diktat a travers les labyrinthes de la haine et violence,fait de la jeune démocratie Congolaise un jeu ridicule ! dans le cache cache de la politique qui gravitent autour du retient du pouvoir par un parti ou groupe des partis aussi longtemps que possible,mais dans les règles du jeu(voyez Merkel), seul les opposants radicaux au Congo en voit une entorses et croit que le pouvoir politique s'obtienne en legs ou via l'oligarchie occidentale oubliant que c'est un jeu de rugby joué par des gentilshommes !

2.Posté par Charloy le 25/09/2017 09:02
Monsieur Lipopo, dans un Etat de droit quand un président de la République en fin de mandat ne parvient à organiser une élection en vue de sa succession, le bon sens et le patriotisme voudraient qu'il quitte ses fonctions et transmette le relai à la personne constitutionnellement en mesure de le faire.
Vouloir organiser des tractations et ne pas respecter les clauses adoptées montre la mauvaise foi de M. Kabila. Je partage très largement la vision du Premier Vice-Président de l'ABACO.

Nouveau commentaire :








Partager ce site



Interview KOKO 2
gaspard_hubert_lonsi_koko
Interview KOKO 1
G-H Lonsi Koko Assemblée nationale 2
Interview KOKO 1
INTERVIEW KOKO Cinq questions
VisionRdc-GrandsLacs1couv
lonsikoko-890x395_c