Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

6ème revue de la FEC : le FMI projette le taux de croissance du Togo à 5,5% pour 2020


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 20 Décembre 2019 modifié le 20 Décembre 2019 - 07:21


FMI. © DR
FMI. © DR
Lomé - Démarrée le 4 décembre dernier à Lomé, la mission du Fonds monétaire internationale (FMI) dans le cadre de la 6ème revue de la Facilité élargie de crédit (FEC) s’est achevée le mardi 17 décembre 2019 sur une note de satisfaction générale.

Avant de quitter la capitale togolaise, la délégation du FMI conduite par son chef de mission au Togo, le Malgache Ivahosina RAZAFIMAHEFA a présenté à la presse en compagnie du ministre togolais de l’économie et des finances, Sani YAYA, les conclusions de cette 6ème et dernier revue liées à la mise en œuvre du FEC.

D’entrée, le Malgache a félicité les autorités togolaises « pour les progrès réalisées dans la mise en œuvre des réformes et la poursuite de politiques économiques saines ».  Selon lui, la reprise économique se raffermit et la croissance économique s’est accélérée, passant de 4,9% en 2018 à 5,3 en 2019. Cette croissance économique est projetée à 5,5% pour 2020.

La mission explique cette tendance par l’effet de la demande intérieure en même temps que certains secteurs d’exportation montrent de légers signes de faiblesse. « Les crédits au secteur privé ont augmenté de 3,6% et l’inflation s’est établie à 0,4% en fin septembre 2019 », précise le Chef de la mission du FMI.

Ivahosina RAZAFIMAHEFA a affirmé aussi que l’assainissement budgétaire entamé en 2017 reste soutenu, le déficit budgétaire global étant estimé à 2,2% du PIB à fin septembre 2019. Le responsable du FMI assure que la dette publique totale, qui s’élevait à 81% du PIB à la fin de 2016 est en baisse et devrait tomber à 70% du PIB à la fin de 2019. Une évolution jugée « exceptionnelle » par l’équipe du Fonds.

Aussi, le Togo demeure-t-il depuis 2017, le seul pays de l’UEMOA à respecter régulièrement le critère de convergence relatif au déficit budgétaire plafonné à 3%. Tout en félicitant donc le gouvernement togolais pour les efforts consentis dans ce domaine, il les a cependant exhortés à maintenir le cap de la bonne gouvernance afin de réduire davantage les vulnérabilités liées à la dette. 

La mission se félicite de la mise en œuvre des réformes structurelles pour ce qui concerne l’administration fiscale, ce qui a entrainé une forte hausse des recettes douanières depuis le début de l’année. L’institution de breton woods salue également la poursuite des réformes du secteur financier notamment la procédure en cours pour la privatisation des 2 banques publiques, l’UTB et la BTCI.

Sani YAYA, le ministre de l’économie et des finances, a salué pour sa part le partenariat développé avec le FMI, un partenariat basé sur la confiance, l’objectivité et dans un esprit d’ouverture, mais dans la rigueur la plus absolue. Il a pour finir tenu a remercié très sincèrement le FMI. Il s'est félicité du soutien de cette institution ce qui a permis de ramener la dette sous la barre de 70% en deçà de la norme communautaire.

Rappelons que l’accord triennal adossé à la Facilité élargit de crédit (FEC), d’un montant total de 244,8 millions de dollars, en faveur du Togo a été approuvé en mai 2017. Il vise à réduire considérablement le déficit budgétaire global afin d’assurer la viabilité à long terme de la dette et de la position extérieure, à réorienter l’action des pouvoirs publics vers une croissance inclusive grâce à des dépenses sociales ciblées et à des dépenses d’infrastructures financées de manière soutenable, ainsi qu’à résoudre les difficultés financières des deux banques publiques.

Le programme s’achève définitivement en mai 2020. Mais le Chef de la mission du FMI a indiqué que l’institution est prête à discuter d’un nouveau programme avec le Togo, si les autorités togolaises le souhaitent, afin de continuer les efforts.