Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Constitution tchadienne, véritable “kat-kat’’


Alwihda Info | Par Steve Djénonkar - 28 Décembre 2020


Illustration © DR
Illustration © DR
S’il est un pays qui rafle la palme de la modification de son texte fondamental, c’est bien le pitoyable Tchad. Déby triture incessamment et sans remords aucun la constitution. Et les motifs sont fallacieux et ridicules les uns que les autres. Une première modification pour sauter le verrou de la limitation du mandat présidentiel. Une deuxième pour insérer le très controversé et risible serment confessionnel, pour créer la “présidence intégrale’’.

La récente modification dont les motivations étaient connues à l’avance a instauré la vice-présidence. Et rien malheureusement ne met la constitution à l’abri d’une modification car le maréchal a promis évaluer les institutions tous les deux ans. Pourvu que ses flatteurs fassent semblant de critiquer des dispositions qui les avantagent pas, le maréchal les réunira pour tripoter le “simple papier’’. D’ailleurs, le respect de la loi suprême du Tchad, le maréchal s’en tient ouvertement car il ne constitue pas un délit. Sa manipulation ne l’est aucunement. Et même le ciel semble bénir Déby. Il lui offre de brillants juristes, prêts à lui offrir leurs services. Ils peuvent valablement manipuler les lois pour les adapter aux fantasmes et caprices de leur mentor. L’Assemblée nationale, complètement ignorante de ses dévolutions, adopte sans remords ces manipulations car la constitution tchadienne est “kat kat sakit’’.