Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

IOG: le président artiste


Alwihda Info | Par Mohamed Qayaad - 28 Juin 2018 modifié le 28 Juin 2018 - 13:23

Il utilisera la désinformation, la manipulation, voire l'intoxication : Donner le sentiment aux djiboutiens qu’ils sont informés et qu’ils ont même de la chance de l’être par rapport à la condition maudite des pays totalitaires où l’information ne circule pas.


Ismael Omar Guelleh. Crédits photo : sources
Ismael Omar Guelleh. Crédits photo : sources
Le "servile volontaire" du régime clano mafieux familial recherche le plaisir, la vanité et son plus grand plaisir de l'ego, qui n'est autre l’opinion flatteuse de sa propre puissance. La plus grande souffrance, c’est d’être ridicule et méprisé.

Il n'hésite pas à faire son auto éloge publiquement, sans aucun sens du ridicule !

Il est atteint de la maladie psychique du sauveur de la République De Djibouti ! Ce que ne sait pas le djiboutien : cette maladie est terriblement contagieuse.

Celui qui parle ainsi se hisse à la position dominante du chef d'avant-garde, arrêté devant un grand obstacle et criant aux djiboutiens de contourner le danger pour éviter de s' y anéantir ! Il se pose en chef lucide voyant à l'avance les dangers lointains mais aussi en chef organisateur du salut public auquel les djiboutiens, ignorants du grand danger invisible, ils ne peuvent que faire confiance !

Entre réalité et apocalypse ? En déformant la réalité, le servile volontaire essaie sans doute de trouver un aspect plus ressemblant ou, en tout cas, plus véridique de sa vision des choses. Il conjugue des faits-divers à son imaginaire afin d'approcher l'essence du monde.

Inconscient de l’être, certes ; Mais tout de même un manipulateur hors pair !

Tout ce qui endort et abrutit est bon, ce qui éveille et renforce la lucidité doit être éliminé le plus possible.

Il utilisera la désinformation, la manipulation, voire l'intoxication : Donner le sentiment aux djiboutiens qu’ils sont informés et qu’ils ont même de la chance de l’être par rapport à la condition maudite des pays totalitaires où l’information ne circule pas.

Il le répètera en boucle, de telle manière qu’il puisse dans l’esprit du djiboutien remplacer le bon sens.

Ne jamais solliciter le bon sens, mais au contraire l'intoxiquer. Le mettre dans la confusion. Avec les moyens actuels , il pourra par truquage prouver en fabriquant des faux avec une facilité déroutante.

Pour jeter dans la confusion l’opinion : crédibiliser par le faux et décrédibiliser le vrai en invoquant systématiquement le trucage.

Dans un vocabulaire psychologique, on ajouterait dans le même registre : transformer l’individu en marionnette.