Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Il est venu, il a chanté


Alwihda Info | Par Farid Mnebhi - 16 Février 2019 modifié le 16 Février 2019 - 13:53


© DR
© DR
Le chanteur Enrico Macias, Gaston Ghrenassia, de son vrai nom, a bien chanté, le 14 février 2019, à Casablanca, bravant les quelques dizaines de manifestants, pour la plupart des nostalgiques de l'extrême-gauche et des radicaux islamistes enrobés de certains militants d'organisations pro-palestiniennes, venus face au Megarama d'Ain Diab pour observer un sit in de protestation.

La venue du chanteur français au Maroc n'est pas passée inaperçue puisqu'en France on note la réaction maladroite d'un élu français d'origine algérienne via un message publié, le 02 février 2019, sur son compte twitter dans lequel Madjid Messaoudene, Conseiller Municipal (Front de Gauche) à Saint-Denis (Île-de-France) avait exprimé son souhait qu’Enrico Macias ne puisse "plus jamais se produire dans aucun pays arabe et le Maroc ne devait pas le laisser jouer".

De quoi je me mèle ?

Par contre, la Ligue Internationale Contre le Racisme et Antisémitisme (LICRA) a apporté tout son soutien à Enrico Macias, victime d'une cabale de la part d'obscurantistes patentés et de sycophantes activistes qui sont toujours du côté du boycott et de la censure, jamais du côté de la liberté et de la culture.

Sans omettre de citer un des derniers des mohicans encore vivant, à savoir le terroriste extrême-gauchiste des années 1970, Sion Assidon, un des initiateurs de cette campagne anti-Macias, qui s'est fendu dans une déclaration stupide dans laquelle il déclarait que le chanteur n’était pas le bienvenu au Maroc en raison de ses positions et de son soutien constant en faveur des sionistes. A t'il oublié son appartenance au mouvement du 23 mars et à celui d'Ila Al Amam et à ses intentions de poser des bombes dans les cinémas de Rabat ?

Quoi qu'il en soit, Enrico Macias, chantre du pacifisme depuis près de 50 ans, a toujours plaidé pour la paix entre la Palestine et Israël. Il a, en outre, chanté pour Yasser Arafat et s'est toujours mouillé pour promouvoir la paix israélo-arabe.

Aussi, Enrico Macias, tout en se revendiquant "juif, berbère et arabe" était heureux de chanter à Casablanca parce qu’il connait le peuple marocain tout en comparant le Maroc à l’Andalousie d’antan avant l’avènement d’Isabelle la Catholique, un pays de tolérance.

En revanche, il n’a jamais pu, à 80 ans, retourner en Algérie, son pays natal qu’il avait quitté avec sa famille en 1962, pendant l’exode pied-noir.



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 4 Juin 2019 - 11:55 Le regard africain sur l'Europe

Mercredi 29 Mai 2019 - 09:11 Chronique : un désaccord majeur