Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

L'Afrique est à un moment critique pour atteindre les objectifs énergétiques mondiaux d'ici à 2030


Alwihda Info | Par AMA - 31 Octobre 2019 modifié le 31 Octobre 2019 - 18:28


L'Afrique est à un moment critique pour atteindre les objectifs énergétiques mondiaux d'ici à 2030. © DR
L'Afrique est à un moment critique pour atteindre les objectifs énergétiques mondiaux d'ici à 2030. © DR
VIENNE, Autriche - Les institutions financières publiques et privées ne réagissent pas comme elles devraient le faire pour atteindre les objectifs mondiaux en matière d’énergie, car le financement, en particulier en Afrique subsaharienne, reste considérablement en-deçà des niveaux nécessaires pour assurer l’accès universel. Telles sont les conclusions d’une nouvelle étude intitulée « Energizing Finance », publiée aujourd’hui par l’initiative Énergie durable pour tous (Sustainable Energy for All, ou SEforALL).

La série de rapports Energizing Finance, qui en est à sa troisième année, a suivi les flux financiers dans les pays en développement d’Afrique subsaharienne et d’Asie qui connaissent les déficits d’accès à l’énergie les plus importants, et qui représentent, à eux tous, près de 80 % des personnes n’ayant accès ni à l’électricité, ni à une cuisine propre. Les nouvelles données montrent que des mesures et des investissements urgents et importants sont nécessaires pour atteindre le 7e objectif de développement durable (ODD 7) d’ici à 2030.

Les résultats de cette année sur l’électricité montrent une légère tendance positive en raison des 36 milliards de dollars engagés, ce qui suppose une hausse par rapport aux 30 milliards de dollars suivis dans le dernier rapport. Cependant, seuls 12,6 milliards de dollars de l’ensemble des engagements suivis de financement pour l’électrification bénéficient aux clients résidentiels, ce qui ne représente qu’un quart de l’investissement annuel estimé à 51 milliards de dollars, nécessaire pour atteindre l’accès universel.

Si l’on parle de cuisine propre, les perspectives sont encore moins réjouissantes. Il faudrait un investissement annuel de 4,4 milliards de dollars pour combler les lacunes en matière d’accès, mais n’ont été enregistrés que 32 millions de dollars d’engagements de financement de solutions de cuisine propre, soit moins de 1 % du financement jugé indispensable pour l’accès universel à une cuisine propre à l’horizon 2030.

La recherche met également en exergue le gouffre qui sépare le financement de l’électrification et de la cuisine propre dans toute l’Afrique subsaharienne, ce qui met de côté le statut du continent comme future place forte de l’économie. Quatre des 13 pays d’Afrique subsaharienne suivis présentent un déclin absolu au regard du rapport de l’année dernière, et dix des 13 pays ont reçu chacun moins de 300 millions de dollars en 2017.

S’exprimant sur le lancement de la recherche de cette année, Zouera Youssoufou, directrice exécutive et PDG de la Fondation Dangote et membre du conseil d’administration de SEforALL, a déclaré : « Le continent africain est la prochaine frontière économique. À ce titre, atteindre l’accès universel à l’énergie à l’horizon 2030 est une vision à la concrétisation de laquelle nous devons tous veiller. Non seulement cela assurerait la prospérité économique de la région, transformerait les perspectives de santé et accélérerait l’aisance financière de millions d’Africains, mais cela garantirait aussi la réalisation de l’objectif de l’énergie durable pour tous qui souhaite ne laisser personne pour compte ».

Sur fond d’urgence climatique mondiale, le rapport montre également que l’investissement continu dans les combustibles fossiles est un moyen de faciliter l’accès à l’énergie. Les engagements de financement pour les centrales électriques raccordées au réseau, alimentées par des combustibles fossiles, en particulier du charbon, ont diminué, passant des 8,1 milliards de dollars enregistrés dans le rapport de l’année dernière à 6,6 milliards de dollars.

Energizing Finance met clairement en exergue le fait que le charbon n’atteindra pas les populations vulnérables et isolées et que le financement continu de nouvelles sources d’énergie non renouvelables est incompatible avec l’Accord de Paris, le respect des objectifs de développement durable ou l’investissement responsable. Des pays comme la Chine et l’Inde, qui ont considérablement réduit l’expansion des combustibles fossiles à l’échelle nationale, ont continué d’investir dans des projets de centrales au charbon à l’étranger, principalement en Afrique, au Bangladesh et aux Philippines.

Alors que le monde entre dans la dernière décennie des ODD avec un grand vide en matière de finances et d’urgence politique, les recommandations d’Energizing Finance sont les suivantes :

Atteindre l’objectif de développement durable concerné ne sera possible que si la communauté internationale revoit son approche actuelle en matière de cuisine propre et augmente considérablement les investissements. Les engagements gouvernementaux, la définition d’objectifs et l’allocation de budgets nationaux, comme on l’a vu en Ouganda, à Madagascar et aux Philippines, sont nécessaires pour permettre aux foyers de s’offrir des solutions de grande qualité et plus propres.

Il faut s’attaquer d’urgence à la baisse générale des finances publiques internationales. Les institutions financières publiques internationales doivent honorer leurs engagements de combler les lacunes de financement destiné à l’accès à l’électricité, en s’attachant particulièrement à satisfaire les besoins des populations les plus vulnérables, en particulier les femmes et les personnes déplacées.

Les décideurs politiques, surtout en Afrique subsaharienne, doivent accorder la priorité à l’électricité produite sans émissions et sans charbon dans le cadre de leurs planifications énergétiques intégrées et de leurs schémas d’investissement. Cela devrait être soutenu, si nécessaire, par des incitations fiscales et autres, possibles et appropriées, afin de donner aux investisseurs privés la confiance nécessaire pour investir à long terme dans les infrastructures et les actifs énergétiques.

Deux rapports ont été produits dans le cadre de la série cette année. Energizing Finance: Understanding the Landscape 2019 (Comprendre le panorama en 2019) a été élaboré en partenariat avec la Climate Policy Initiative. Energizing Finance: Taking the Pulse 2019 (Prendre le pouls en 2019)a été élaboré en partenariat avec la société de conseil Catalyst Off Grid Advisors et E3 Analytics.