Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : "le peuple maintenu dans la misère", la société civile appelle à une marche


Alwihda Info | Par - 19 Janvier 2018 modifié le 19 Janvier 2018 - 23:24


Selon Mahamat Nour Ibedou, durant 27 ans le régime d’Idriss Deby a continué à "maintenir le peuple dans la misère la plus noire".


Huit organisations de la société civile tchadienne ont demandé à la population de participer à une marche pacifique. Celle-ci qui devrait avoir lieu jeudi 25 janvier prochain, a été annoncée ce vendredi 19 janvier à la Bourse du Travail, lors d'un point de presse de Mahamat Nour Ibedou.

La société civile invite la population à apporter son apport à cette action citoyenne contre la misère que le gouvernement leur inflige. Elle entend protester contre l’augmentation brutale et injustifiée des prix du carburant. Cette marche pacifique vise à dénoncer, entre autres, l’interdiction systématique du bois de chauffe sans mesure d’accompagnement, l’augmentation d’impôts sur les revenus des personnes physiques, la hausse du tarif de l’eau potable, l’augmentation des frais d’inscription des étudiants et le gel de l’intégration à la fonction publique.

Les associations signataires de la présente déclaration appellent la population des 10 arrondissements de la ville de N’Djamena à se rassembler dès 6 heures du matin dans plusieurs lieux retenus pour la circonstance.

Le porte-parole du regroupement de huit associations de la société civile initiatrices de cette marche pacifique, Mahamat Nour Ibedou estime que cette journée de marche est une réponse visant à dire "non" à leurs bourreaux. Selon lui, durant 27 ans, le régime d’Idriss Deby a continué à maintenir le peuple dans la misère la plus noire. « Pour contester ces décisions anti-sociales, nous lançons un appel vibrant à l’endroit de la population tchadienne à une désobéissance civique. Peuple Tchadien! Sommes-nous amorphes ? Absolument Non ! En accomplissant ce geste, nous disons non à l’esclavage moderne, non à la confiscation des libertés, non à la liberté », explique le porte-parole Mahamat Nour Ibedou.
Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur