Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun/Foumbot : deux trafiquants arrêtés en possession d’ossements humains


Alwihda Info | Par - 3 Juillet 2020

C’était au cours d'une opération menée par la brigade de Gendarmerie de Foumbot et le Poste de contrôle forestier et de chasse de la même ville.


Deux squelettes humains entiers ont été récemment saisis à Foumbot, département du Noun (région de l’Ouest), entre les mains des trafiquants qui étaient sur le point de les vendre. Cette arrestation est le résultat d'une enquête sur le trafic illégal d'espèces sauvages dans la région. L'opération a été réalisée avec l'assistance technique de LAGA, une organisation non gouvernementale spécialisée dans l'application de la loi sur la faune adoptée au Cameroun en 1994. Au moment de l’opération, les ossements humains retrouvés étaient cachés dans deux valises par deux jeunes hommes.
L'un des trafiquants est parti depuis la ville frontalière d’Ambam dans la région du Sud, pour vendre les ossements. Les agents de la Gendarmerie nationale qui ont procédé à l'arrestation disent que les ossements ont été déterrés à Ndikan, un village près de Foumbot et que les trafiquants ont des clients dans le pays et à l'étranger. L’un des trafiquants qui a violemment résisté lors de l’arrestation a été rapidement maîtrisé par les gendarmes. Aujourd’hui, les deux suspects sont actuellement en détention provisoire.
C'est la deuxième fois en un mois environ, que des trafiquants sont arrêtés dans la même ville de Foumbot en possession des restes humains. Trois ont été arrêtés en mai de cette année, avec des restes humains et condamnés à cinq ans de prison ferme. En 2012, des responsables de la faune de Djoum (région du Sud), en collaboration avec la gendarmerie et avec l'assistance technique de LAGA, avaient arrêté cinq hommes avec des parties d'éléphant et des parties du corps humain.
Le trafic d'ossements et d'organes humains serait en augmentation dans le département du Noun et plusieurs personnes ont récemment été arrêtées pour leur implication dans des crimes. Un enfant a également été retrouvé vivant entre mains de ses ravisseurs le même jour de l'arrestation des trois trafiquants d'ossements humains par la gendarmerie nationale. En janvier 2020, un gang de quatre trafiquants d'ossements humains présumés a été arrêté à Koutaba (toujours dans le Noun). Ils avaient profané une tombe pour la somme de 10 millions de FCFA.