Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

De nouvelles recherches montrent l'impact économique dévastateur du Covid-19 sur les personnes déplacées


- 21 Septembre 2020


© Enayatullah Azad/ NRC
© Enayatullah Azad/ NRC
Plus des trois quarts des personnes déplacées et touchées par le conflit interrogées par le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) ont perdu leurs revenus depuis le début de la pandémie de Covid-19. L'impact économique dévastateur fait basculer de nombreuses personnes dans une crise de la faim, des sans-abri et de l'éducation, a déclaré l'organisation dans un rapport publié aujourd'hui.

Le rapport, intitulé "Downward Spiral", est basé sur des enquêtes détaillées et des évaluations des besoins dans 14 pays, dont une enquête multi-pays portant sur 1 400 personnes touchées par des conflits et des déplacements dans huit pays, qui le montre :

77 % des personnes interrogées ont perdu un emploi ou un revenu du travail depuis le mois de mars.
70 % des personnes ont dû réduire le nombre de repas de leur ménage depuis que la pandémie a éclaté.
73 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles étaient moins susceptibles d'envoyer leurs enfants à l'école en raison de difficultés économiques.
"Les communautés les plus vulnérables du monde sont dans une dangereuse spirale descendante. Déjà contraintes de quitter leur foyer par la violence, souvent avec des droits limités au travail ou à l'accès aux services publics, l'impact économique de la pandémie les pousse à la catastrophe", a déclaré Jan Egeland, secrétaire général du NRC.

En aggravant les nombreuses crises et défis existants, les restrictions de voyage liées à la crise du Covid-19, la fermeture de marchés et d'entreprises, et le ralentissement économique général ont fait perdre leur travail et leurs revenus aux populations touchées par les conflits et les déplacements. La récente perte de revenus, l'accès limité aux filets de sécurité sociale, la baisse des transferts de fonds et l'augmentation de la dette ont eu de graves répercussions négatives sur les personnes touchées,

"Le prix des denrées alimentaires a doublé. Nous devons collecter des déchets pour nourrir nos enfants", a déclaré Shayista Gul (60 ans) au NRC. Elle vit dans une maison de fortune de deux pièces avec 15 autres personnes dans un camp pour personnes déplacées à l'extérieur de Kaboul en Afghanistan. "Si le coronavirus ne nous tue pas, la faim le fera certainement."

Les difficultés économiques accrues forcent de nombreuses personnes à quitter leur maison, de nombreuses personnes interrogées déclarant avoir été expulsées ou disant qu'elles allaient probablement essayer de déménager ailleurs pour trouver du travail.

Si les donateurs et les institutions financières internationales ont réagi à la crise, le soutien accru n'a pas été suffisant. En septembre, les appels humanitaires de l'ONU pour 2020 n'étaient financés qu'à 25 %. En outre, les fonds ont jusqu'à présent été lents à parvenir aux personnes dans le besoin et les engagements initiaux des donateurs ont donné la priorité à la réponse sanitaire plutôt qu'aux programmes visant à faire face à l'impact économique. Le NRC a averti que même une réponse humanitaire entièrement financée ne serait pas en mesure de répondre aux besoins qui se font jour actuellement.

"Une augmentation urgente de l'aide est nécessaire, mais l'aide humanitaire seule ne peut y remédier", a déclaré M. Egeland. "Les pays riches du G20 et les institutions financières internationales doivent placer les communautés déplacées et touchées par les conflits au centre des réponses économiques nationales et internationales à la Covid-19. Sans une action urgente, cette crise deviendra incontrôlable". 

Faits et chiffres

Le CNRC a mené une enquête auprès de 1 413 personnes déplacées et touchées par les conflits en Afghanistan, en Colombie, en Irak, au Kenya, en Libye, au Mali, en Ouganda et au Venezuela, et a mené des recherches supplémentaires en Somalie, en République démocratique du Congo, au Liban, en Jordanie, au Burkina Faso et au Yémen.
77 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles avaient perdu des revenus depuis le début de la pandémie.
71 % ont déclaré qu'ils avaient des difficultés à payer leur loyer ou d'autres frais de logement de base
70 % ont déclaré avoir réduit le nombre de repas pour leur ménage
73 % ont déclaré qu'ils avaient moins de chances d'envoyer leurs enfants à l'école en raison de la situation économique actuelle 
62 % de ceux qui avaient déjà reçu des envois de fonds de membres de leur famille à l'étranger ont déclaré qu'ils en recevaient moins qu'avant la pandémie
68 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles étaient susceptibles d'aller vivre ailleurs en raison d'un manque de travail ou de revenus
28 % ont déclaré avoir reçu moins d'aide des ONG ou des gouvernements depuis l'apparition de la pandémie de Covid-19
Moins de 7 % ont déclaré avoir reçu plus d'aide.