Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Haute Autorité de la corruption au Congo : la mise en place du cadre juridique vivement recommandée


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 29 Décembre 2018 modifié le 29 Décembre 2018 - 23:12

La mise en place du cadre juridique de la Haute Autorité de la corruption est l'un des axes prioritaires de l'action de Dénis Sassou N'Guesso en 2019. Cette feuille de route du président congolais a été déclinée, à l'occasion du message sur l'état de la Nation devant le parlement réuni en congrès, ce 29 décembre 2019 à Brazzaville.


Denis Sassou N'Guesso s'adressant à la Nation
Denis Sassou N'Guesso s'adressant à la Nation
Devant le parlement réuni en congrès, le président Denis Sassou N'Guesso a décliné la feuille de route de son action en 2019. Au nombre des grands chantiers figurent la mise en place de la Haute Autorité de la corruption. Pour le chef de l'Etat congolais, "cette juridiction, en charge de la répression des délits commis par les dirigeants et les hauts dignitaires de la République, est dorénavant installée dans ses attributions." Un appel pressant a été lancé à l'endroit du gouvernement congolais pour que, les textes réglementaires sous-jacents soient rapidement préparés pour un fonctionnement cohérent et diligent de cette instance.

Dans son message, le président congolais a rendu hommage à l'Inspection général d'Etat, à qui, il "entend redonner plus de vigueur et de responsabilité." La mise en place de cet environnement juridique, a précisé Denis Sassou N'Guesso, conforte la nécessité d’instaurer une expression plus étendue et mieux régulée de l’Etat de droit. Un engagement pris dans mon message du 30 décembre 2017 sur l’état de la Nation consistant à assurer la mise en place de toutes les institutions constitutionnelles.

Cet engagement, a dit le le président congolais, a été tenu par l'installation du dispositif institutionnel prévu par la Constitution. C'est dans cette même optique, a rappelé Denis Sassou N'Guesso que, la Cour constitutionnelle et la Commission nationale des droits de l’Homme ont été renouvelées, pour plus de dynamisme dans l’exécution de leurs missions.

Dans sa feuille de route, Denis Sassou N'Guesso a évoqué aussi les négociations du Congo avec le FMI. Il a signifié qu'un grand pas a été franchi avec notamment la rédaction d'un mémorandum de politique économique et financière 2018 – 2021 qui a été adressé à cette institution de Brettons woods et le budget de l’État pour 2019 a été élaboré sous le regard attentif de cette institution. Aussi, la loi portant création de la société nationale des pétroles du Congo a-t-il connu des aménagements pour tenir compte des exigences du FMI et que l’étude diagnostique sur la gouvernance et la corruption a été réalisée.

Au sujet de la dette congolaise, Denis Sassou N'Guesso a souligné que, sa restructuration fait l’objet d’un traitement encourageant, appuyé par des échanges réguliers avec les créanciers. L’audit en cours sur la dette intérieure, selon lui, rendra plus crédibles les titres, la validité des créances et la sincérité du service fait. Il précisé que, un travail important a été accompli pour rendre soutenable cette dette. "Les obstacles sont entrain d’être levés sur la voie menant à la Facilité élargie de crédit", a-t-il soutenu dans son message.

L'aspect relatif à électricité n'a pas été oublié par le président congolais. La fourniture de l’énergie connaîtra le lancement, en 2019, de la troisième turbine de 170 mégawatts par la Centrale électrique du Congo, a indiqué Denis Sassou N'Guesso qui a ajouté que, l'interconnexion en fibre optique est effective entre le Congo et le Gabon et connaitra une extension vers le Cameroun et la République Centrafricaine.

Au sujet des autres projets à réaliser en 2019, Denis Sassou N'Guesso a cité notamment la rentrée académique, pour certaines filières de l’Université de Kintélé, et le soutien de 8000 projets générateurs de revenus concernant le projet Lisungi. A cet effet, un appel a été lancé à l'endroit du gouvernement pour que des fonds nécessaires soient mis à la disposition de ce projet pour son passage graduel à l’échelle, à partir de 2019.

Le crédo directeur, de Denis Sassou N'Guesso, pour la nouvelle année reste le travail, dans l’éthique et la discipline. Pour atteindre cet objectif, il a recommandé les conseils de discipline qui doivent statuer sur les attitudes réfractaires au travail ainsi que les contrôles inopinés qui doivent devenir systématiques dans la fonction publique, pour éradiquer les fraudes, les tricheries et les autres cas de malveillances.

A noter que, le président du congrès, Isidore Mvouba, avant de lever la séance,a pris acte du message du chef de l'Etat tout en rassurant que le parlement saura suivre la direction stratégique indiquée par Denis Sassou N'Guesso.

Un mémorandum de politique économique et financière 2018 – 2021 a été adressé au FMI. Le budget de l’État pour 2019 a été élaboré sous le regard attentif de cette institution.

La fourniture de l’électricité connaîtra le lancement, en 2019, de la troisième turbine de 170 mégawatts par la Centrale électrique du Congo.

L’électrification des communautés rurales se poursuivra sur les lignes déjà en construction, en l’occurrence :
  • Djambala – Lékana ;
  • Ollombo – Abala ;
  • Gamboma – Ongogni ;
  • Abala – Allembé.
Le secteur de l’énergie ne peut persister dans la fourniture discontinue de l’électricité, au gré d’une production bien insuffisante au regard de nos besoins de développement. Ce défi sera relevé pour une électricité de qualité.

Le système de santé en tirera profit et consolidera ses acquis qui se sont traduits en 2018 par, notamment :
  • la revitalisation des districts sanitaires ;
  • le déploiement judicieux du personnel de santé ;
  • la mise en fonctionnement des services de l’Unité d’hémodialyse à l’hôpital général Edith Lucie BONGO ONDIMBA pour les cas d’insuffisance rénale ;
  • l’installation d’un laboratoire ultra-moderne au centre antituberculeux de Brazzaville ;
  • le renforcement des relations avec le Fonds mondial pour la mise à disposition des antirétroviraux ;
  • la densification de la riposte vaccinale contre certaines épidémies.
Le développement social passe aussi par la protection de la famille et de l’enfance en difficulté. Pour cela, le projet LISUNGI mérite nos égards pour ses résultats prometteurs.

Le groupe éligible de bénéficiaires, en file d’attente, est passé de 15.000 à 67.900 ménages sélectionnés, entre 2014 et 2017, dans les départements de Pointe-Noire, du Niari, du Pool, de Brazzaville, de la Cuvette et des Plateaux.

Depuis 2015, près de 10.000 familles vulnérables reçoivent une assistance financière octroyée par ce système de filets sociaux. En 2019, LISUNGI prévoit de soutenir 8.000 projets générateurs de revenus.

Je demande au gouvernement d’accorder toute son attention à la mise à disposition des fonds nécessaires au passage graduel de ce projet à l’échelle, à partir de 2019.

Tout en concentrant les axes d’effort sur la création des richesses, le Plan national de développement 2018 – 2022 porte un intérêt particulier à la construction et la valorisation du capital humain.

La rentrée académique, pour certaines filières de l’Université de Kintélé, est envisagée pour 2019.

Le crédo directeur, pour la nouvelle année, reste le travail, dans l’éthique et la discipline. Source de richesse, il demeure la pierre angulaire de notre sortie de crise.

Les conseils de discipline doivent statuer sur les attitudes réfractaires au travail. Les contrôles inopinés doivent devenir systématiques dans la fonction publique, pour éradiquer les fraudes, les tricheries et les autres cas de malveillances.
Dans la foi et l’espérance en un avenir radieux, Je souhaite, à tout notre Peuple et à vous-mêmes ici présents, une Bonne et Heureuse Année 2019.