Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Les îles des Caraïbes se joignent aux manifestations contre le racisme par solidarité pour la vie des Noirs


Alwihda Info | Par Gerlin Olin - 13 Juin 2020

Selon le communiqué de presse et Island Origins Mag, les îles des Caraïbes se joignent aux manifestations de solidarité pour Black Lives Matter.


© DR
© DR
Selon Island Origins Mag, au milieu des rassemblements internationaux en cours en réponse à la brutalité policière et à la mort de George Floyd, les Caraïbes du monde entier ont montré leur solidarité inébranlable. Loíza, une municipalité du Porto Rico considérée comme le centre de la communauté afro latine de l'île, a été la première ville d'Amérique latine à se joindre aux manifestations de George Floyd. Les habitants de Loíza ont montré leur soutien au mouvement Black Lives Matter et ont honoré la vie de George Floyd par une manifestation pacifique et une vigile.

Les gens se sont réunis par centaines à l'historique Ancón de Loíza et ont gardé un souvenir unique pour Floyd. C'était un événement haut en couleur mettant en vedette un grand autel communautaire, ainsi que des danses de bèrent et de plena, et dirigé par l'organisation de lutte contre la liberté et de lutte contre le racisme, Colectivo Île.

Le principal message des manifestants est que l'Amérique latine et Porto Rico peuvent être liés au racisme des autorités contre les communautés noires. Siloe Andino, un manifestant de Loiceño qui a assisté à la manifestation avec son fils de 19 ans, a exprimé le sentiment collectif en disant: «Nous sommes fatigués des abus auxquels nous sommes confrontés par le gouvernement et la police, non seulement aux États-Unis mais dans les environs. le monde." Un autre manifestant, Maria Petersen, a déclaré: «ce n'est pas parce que le niveau de racisme qui sévit à Porto Rico qu'aux États-Unis que cela ne nous affecte pas.»

«Le fantasme selon lequel le racisme en Amérique latine n'est pas le même que celui des États-Unis nous stagne dans une phase de déni. À l'instar de Porto Rico, les mêmes régimes existent au Mexique, en Argentine, en République dominicaine, etc. Porte-parole du Colectivo Île.

Le mouvement Haitians Lives Matter s'est également joint aux manifestations visant à obtenir justice pour la famille de George Floyd, des militants et des dirigeants politiques montrant leur solidarité pour ces demandes.

"En voyant le meurtre de l'homme noir de 46 ans, George Floyd, il est si triste que les policiers soient accusés de troisième degré alors qu'ils étaient censés être accusés de meurtre au premier degré", a déclaré M. Werley Nortreus, fondateur de Haitians Lives Matter, également le fondateur de Vanyan Sòlda Ayiti.

Pendant ce temps, les artistes jamaïcains ont également exprimé leur solidarité sûre et hors des réseaux sociaux. La sensation du dancehall Spice s'est jointe aux manifestations pacifiques dans les rues d'Atlanta. Elle a posté une vidéo sur son Instagram dans laquelle, à l'unisson avec d'autres manifestants, elle a été vue scandant: «que voulons-nous? Justice! Quand est-ce que nous le voulons? Maintenant!"

D'autres artistes jamaïcains ont participé à l'action «Blackout Tuesday» pour montrer leur soutien au mouvement. En plus de sa publication Instagram entièrement noire, Konshens a ajouté une légende prônant l'unité des noirs et déclarants que "le système craint l'ORGANISATION !"

Sean Paul a également exhorté les Noirs à se rassembler pour sous-titrer son message entièrement noir: «PARFOIS, LE SPLIFF AFFI BURN 2 OBTENEZ 2 UN ENDROIT PLUS HAUT, MAINTENANT, IL EST TEMPS 2 DE RECONSTRUIRE. DES GENS UNIS NE PEUT JAMAIS ÊTRE DÉFAITE ! ”

La légende du dancehall, Bounty Killer, a affiché le symbole du poing levé et serré du mouvement Black Lives matter avec la légende: "By Any Means Necessary". Cette phrase a été utilisée par l'icône des droits civiques, Malcolm X, dans l'un de ses discours les plus mémorables plaidant pour les droits des Afro-Américains.

Le mouvement trinidadien pour la justice sociale a également organisé un rassemblement de solidarité devant l'ambassade des États-Unis à Port of Spain. Conformément au règlement COVID-19 du pays, qui ne doit pas dépasser cinq rassemblements, David Abdulah, le leader politique du groupe, et quatre autres membres ont constitué le rassemblement.

"Les habitants de Trinité-et-Tobago ont de la famille et des amis vivants aux États-Unis et eux aussi sont soumis au même racisme et à la même discrimination que les Afro-Américains et les autres personnes de couleur, il est donc important pour nous d'exprimer leur solidarité avec eux", a déclaré Abdulah.