Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Maroc : nouveau gouvernement, une équipe d’action, centrée sur les grandes priorités


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 11 Octobre 2021


Nommé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI que Dieu l’assiste, le 07 octobre 21 au Palais Royal de Fès, le nouveau gouvernement marocain a prêté serment devant le souverain qui était accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan et de SAR le prince Moulay Rachid.

A l'issue de cette cérémonie qui s’est déroulée en présence également du chambellan de SM le Roi, Sidi Mohammed El Alaoui, le Souverain, a posé pour une photo-souvenir avec les membres de la nouvelle équipe gouvernementale.
La nouvelle formation comprend un chef de gouvernement et 24 ministres (19 ministres et 05 ministres délégués dont 07 femmes et 07 ministres reconduits). Il en résulte que le nouveau gouvernement jouit à la fois de l’expérience de certains cadres chevronnés et éprouvés, et de la compétence de jeunes promettant aguerries ayant montré leurs preuves dans les diverses fonctions qu'ils ont assumées.

▪ Voici la composition du nouveau gouvernement :

- Chef du gouvernement : M. Aziz Akhannouch ;
Secrétaire Général du Parti du Rassemblement National d’Indépendants, vainqueur des élections législatives de 21, M. Akhannouch est maire de la ville D’Agadir. Il a été ministre de l’Agriculture en deux mandats précédentes (2007 et 2016). Le nouveau chef de gouvernement marocain est titulaire d’un MBA à l’université de Sherbrooke à Canada en 1986.
- Ministre de l'Intérieur : M. Abdelouafi Laftit ;
Reconduit à son poste, Abdelouafi Laftit est lauréat de l’École polytechnique de Paris et de l’École nationale des ponts et chaussées, il a été nommé auparavant Wali de la région Rabat-Salé-Zemmour-Zaer, gouverneur de la préfecture de Rabat.
- Ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger : M. Nasser Bourita ;
Reconduit également à son poste, Nasser Bourita est titulaire d'une licence en droit public et diplômé des études supérieures en droit international public de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Rabat. Il est un pur produit du ministère des affaires étrangères où il a occupé plusieurs postes de responsabilités avant d’être nommé par le Roi du Maroc à la tête de la diplomatie marocaine.
- Ministre de la Justice : M. Abdellatif Ouahbi ;
Secrétaire général du PAM, Abdellatif Ouahbi, fait son entrée au gouvernement en tant que ministre de la Justice. Avocat inscrit à la Cour internationale, il a été élu parlementaire de la circonscription de Taroudant-Nord pour trois mandats successifs. Il est aussi un ancien président du groupe parlementaire de son parti politique (PAM), ancien président de la Commission de la Justice à la Chambre des Conseillers et vice-président de la Chambre haute.
- Ministre des Habous et des Affaires islamiques : M. Ahmed Toufiq ;
Reconduit à son poste, ce ministre chevronné et expérimenté est titulaire d'une licence en-Lettres (option histoire) de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat, il est président de la Fondation de la Mosquée Hassan II de Casablanca.
- Secrétaire général de gouvernement : M. Mohamed Hajoui ;
Reconduit également à son poste, le secrétaire général du gouvernement est titulaire d'un doctorat en droit, il a été aussi secrétaire général de la Primature et membre du comité directeur du "Rapport du cinquantenaire".
- Ministre de l’Economie et des Finances : Mme. Nadia Fettah Alaoui ;
Ministre du Tourisme, de l'Artisanat, du Transport aérien et de l'Economie sociale et solidaire dans l’ancien gouvernement, Mme Nadia Fettah est lauréat de l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales de Paris.
- Ministre de l’Equipement et de l’Eau : M. Nizar Baraka ;
Secrétaire général du Parti de l'Istiqlal, Nizar Baraka, opère un retour au gouvernement à la tête du ministère de l’Équipement et de l'eau. Il a été ministre de économie et des finances et ministre délégué aux affaires économiques et générales dans d’anciens gouvernements.
- Ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports : M. Chakib Benmoussa ;
Ex-Ambassadeur du Maroc en France, M. Chakib Benmoussa hérite du département de l’éducation nationale, du préscolaire et des sports. Il a été Président de la Commission spéciale chargée du Nouveau modèle de développement. Il a occupé également les postes de ministre de l'Intérieur, Wali secrétaire général du ministère de l'Intérieur et président du Conseil économique, social et environnemental.
- Ministre de la Santé et de la Protection sociale : Mme. Nabila Rmili ;
Ex-vice maire de la ville de Casablanca, Mme. Rmili est l’actuel maire de cette ville, elle a fait sa carrière dans le domaine de la santé publique, avant de marquer son entrée au gouvernement pour présider aux destinées du ministère de la Santé et de la protection sociale.
- Ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville : Mme. Fatima Ezzahra El Mansouri ;
Mme. Fatima Zahra el Mansouri intègre le nouveau gouvernement en tant que ministre de l'Aménagement du territoire national, de l'urbanisme, de l'Habitat et de la politique de la ville. Maire de Marrakech, elle est présidente du Conseil national du PAM.
- Ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts. M. Mohamed Sadiki ;
Ancien directeur de l’Institut Agronomique et Vétérinaire, ce ministre a été Secrétaire général du département de l’agriculture, avant de coiffer le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts.
- Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences : M. Younes Sekkouri ;
Chargé auparavant de mission au ministère de l'Intérieur et député du PAM, le nouveau ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences est membre de la commission des Finances à la première Chambre. Il est titulaire d'un doctorat en Stratégies de l'ISCAE, d'un Exécutive doctorat de l'Ecole nationale des Ponts et Chaussées et d'un MBA de l'Ecole nationale des Ponts et Chaussées.
- Ministre de l’Industrie et du Commerce : M. Ryad Mezzour ;
Le ministère de l'Industrie et du commerce connaît l'arrivée d'un nouveau ministre en la personne de Ryad Mezzour, un ingénieur de l'Ecole polytechnique de Zurich et ex-Chef du cabinet du ministre de l'Investissement, de l'industrie et du commerce. Il est membre de bureau exécutif de l'Alliance des économistes istiqlaliens.
- Ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire : Mme. Fatim-Zahra Ammor ;
Consultante indépendante en développement des affaires et stratégies marketing (Luxembourg-Casa), Mme. Ammor a été commissaire générale d'Expo Milano 2015 et directrice du Festival Timitar.
- Ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation : M. Abdellatif Miraoui ;
Ex-président de l’Université Cadi Aayad de Marrakech et professeur universitaire, M. Miraoui est titulaire d’un doctorat en sciences de l’ingénieur. Il a été président honoraire de l’Agence Universitaire de la Francophonie et directeur de l’Institut National des Sciences Appliquées de Rennes poste qu’il occupe depuis le 14 décembre 21.
- Ministre de la Transition énergétique et du Développement durable : Mme.Leila Benali ;
Membre de la commission spéciale du ministère de Développement, le nouveau ministre de la transition énergétique et de développement durable est l’actuel "chief economist" à International Energy Forum.

- Ministre du Transport et de la Logistique : M. Mohamed Abdeljalil ;
Ex-Président du Directoire Marsa Maroc, Mr. Abdeljalil est un grand connaisseur du secteur de transport et de la logistique, titulaire d’un MBA de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussés où il a obtenu conjointement avec celui de l’Ecole Hassania des travaux publics.
- Ministre de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication : M. Mohamed Mehdi Bensaid ;
Figure de la jeunesse du PAM, Mohammed Mehdi Bensaid intègre la gestion gouvernementale comme ministre de la Jeunesse, de la culture et de la communication. Titulaire d'une licence en droit pénal de l'Université de Toulouse I et d'un Master en géopolitique de l'IRIS SUP', il est membre du bureau politique du PAM et co-fondateur de Neo-Motors. Elu député de la circonscription de Rabat-Océan, il était président de la commission des Affaires étrangères au Parlement.
- Ministre de la Solidarité, de l’Insertion sociale et de la Famille : Mme. Aouatif Hayar ;
Mme. Hayar coiffera le département de la Solidarité, de l’Insertion sociale et de la Famille. Titulaire d'un doctorat en traitement du signal et des télécommunications de l'Institut national polytechnique de Toulouse, elle est présidente de l'Université Hassan II de Casablanca et membre du Conseil d'administration de l'ISCAE de Casa, de l'Ecole centrale de Casa, de l'Institut Pasteur et membre du CHU de la métropole.
- Ministre délégué auprès du Chef du gouvernement chargé de l’administration de la Défense nationale : M. Abdellatif Loudiyi ;
Reconduit à son poste, M. Loudiyi, a occupé plusieurs postes de responsabilité dans diverses administrations publiques, notamment au ministère des Finances.
- Ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’évaluation des Politiques publiques : M. Mohcine Jazouli ;
Ex-ministre délégué chargé de la Coopération africaine dans le gouvernement sortant, M. Jazouli coiffera le ministère de l'Investissement, de la convergence et de l’évaluation des politiques publiques. Il est diplômé de l’université Paris Dauphine et de Paris XI Orsay et fondateur de Valyans en 2005. Ledit ministre compte à son actif une carrière de 14 ans d’expérience dans des cabinets conseil internationaux, dont Ernest &Young.
- Ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances, chargé du Budget : M.Faouzi Lekjaa ;
Dirigeant de la Fédération Royale de Football depuis 2014, M. Lekjaa est le premier marocain à entrer au Conseil Exécutif de la FIFA, il occupe aussi la fonction de Vice-Président de la Confédération Africaine de Football et directeur de budget au sein de la même organisation panafricaine. Il était également le plus jeune directeur du budget du ministère des finances. Le nouveau ministre délégué, est un ingénieur agronome, diplômé de l’Ecole nationale de l’administration

- Ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec le parlement, Porte-parole du gouvernement : M. Mustapha Baitas ;
Titulaire d'une Licence en Droit cycle de l’ENA de Rabat, il a été conseiller parlementaire auprès du ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime. Il sera chargé des Relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement.

- Ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de la Transition numérique et de la Réforme administrative : Mme. Ghita Mezzour ;
Mme. Mezzour sera, quant à elle, à la tête du ministère déléguée chargée de la Transition numérique et de la réforme administrative. Professeur à l’université Internationale de Rabat et professeur visiteur à l’université Maryland au College Park, elle est titulaire d'un Ph.D Génie électrique et informatique de Carnergie Mellon University et d'un Master en système de communication de l’Ecole polytechnique Fédérale de Lausanne.

▪ Architecture gouvernementale :

- Organigramme d’un gouvernement d’action, centré sur les grandes priorités et sur la mise en œuvre d’un nouveau modèle de développement
Les intitulés des ministères marocains : Education, Santé et protection sociale, emploi et compétences, Inclusion Economique et Sociale, transitions énergétique et numérique…sans parler des stratégies sectorielles de l’agriculture, de l’industrie et de tourisme, tracent l’ossature de travaille des grands dossiers du nouveau gouvernement marocain.
Le nouvel organigramme montre aussi une volonté de transformation et non seulement de gestion des affaires publiques, et ce conformément avec le cap défini par le nouveau modèle de développement.
- Architecture resserrée, organisée sur une logique de grands pôles :
Le nouveau gouvernement est marqué par une structure fonctionnelle organisé en grands pôles : régalien, économique, social et capital humain, appuyés par 5 des ministres délégués.
Ainsi, le resserrement de cet organigramme, permettra d’une part de gagner en cohérence et en lisibilité de l’action du gouvernement tout en clarifiant les responsabilités et de supprimer en d’autre part les redondances et les interférences en favorisant les synergies.
La protection sociale : elle demeure une priorité dans cet organigramme gouvernemental afin de rappeler l’enjeu stratégique lié à la réussite de sa mise en œuvre conformément à la Vision Royale au cours des 5 prochaines années.
L’inclusion économique : elle succédera au portefeuille traditionnel ‘’ travail et insertion professionnelle », ainsi l’architecture gouvernementale a pris en considération l’impact de la crise sanitaire sur le travail en général et sur le secteur informel en particulier (fragilité sociale) en créant cette nouvelle formation qui aura comme objectif : réussir le chantier de l’inclusion économique et social du secteur informel et mieux accompagner la petite entreprise , aux différents stades de son cycle de vie.
La transition numérique et la réforme de l’administration : étant 2 dossiers transversaux qui appellent un rôle de suivi et de coordination à l’échelle du chef du gouvernement seront déléguées par celui-ci à son ministre délégué.
La convergence et l’évaluation des politiques publiques : c’est une innovation introduite par le nouvel organigramme gouvernemental, qui trouve son inspiration dans les Hautes Orientations Royales. Ainsi , afin d’accorder une légitimité politique à l’action de cette unité et de renforcer son autorité , l’organigramme gouvernemental a retenu la forme d’un ministère délégué auprès de la primature , ayant pour objectif de s’assurer d’une part de la convergence des actions portées par les différents départements , et de suivre en d’autre part la mise en œuvre du programme gouvernemental , à renforcer la convergence des politiques publiques et leur évaluation périodique , dans le cadre d’une vision intégrée.
L’éducation préscolaire et sports : la mise en exergue de l’éducation préscolaire permet de mettre en avant la politique ambitieuse portée par le Maroc pour le développement de la petite enfance afin de renforcer l’égalité dès le plus jeune âge. L’association des sports à l’éducation préscolaire présente de nombreuses vertus, en permettant de former des jeunes citoyens cultivés, autonomes physiquement et socialement responsable. Ainsi une telle structure permettrait de répondre à une doléance souvent exprimée par la société civile, celle de dissocier les sujets de la jeunesse et des sports.