Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Mike Pompeo remet les premiers Prix de la liberté de religion dans le monde


Alwihda Info | Par S.A. - 20 Juillet 2019 modifié le 20 Juillet 2019 - 14:53


Le secrétaire d’État, Mike Pompeo, rend hommage aux lauréats de la première édition de remise des prix de la liberté religieuse dans le monde. (Département d’État/Michael Gross)
Le secrétaire d’État, Mike Pompeo, rend hommage aux lauréats de la première édition de remise des prix de la liberté religieuse dans le monde. (Département d’État/Michael Gross)

Le secrétaire d’État des États-Unis, Mike Pompeo, a récompensé six personnes pour leur travail sans relâche en faveur de la défense de la liberté de religion lors d’une cérémonie dans le cadre de la Conférence ministérielle sur l’avancement de la liberté de religion, qui s’est tenue à Washington.

« Ils ont mis en jeu leur réputation, leur confort personnel, leur bien-être, et même leur vie dans certains cas, pour aider des gens qu’ils ne connaissaient pas, et qui, pour beaucoup d’entre eux, ne pratiquent pas la même religion que la leur », a déclaré M. Pompeo, le 17 juillet. Découvrez leur portrait :

Mike Pompeo serrant la main de Mohamed Yosaif Abdalrahan (Département d’État/Michael Gross)
Mohamed Yosaif Abdalrahan (à droite) avec le secrétaire d’État, Mike Pompeo. (Département d’État/Michael Gross)

Mohamed Yosaif Abdalrahan, Soudan

Avocat et militant œuvrant avec une organisation soudanaise de défense des droits de l’Homme, Mohamed Yosaif Abdalrahan défend les minorités religieuses de son pays. Membre de la majorité musulmane, il lutte en faveur du renforcement des protections juridiques pour les communautés religieuses minoritaires et les aide dans leurs démarches avec le système judiciaire du pays. « Défendre la liberté de religion au Soudan est la moindre des choses que je puisse faire », a-t-il déclaré.


Mike Pompeo aux côtés de William et Pascale Warda (Département d’État/Michael Gross)
William et Pascale Warda avec le secrétaire d’État, Mike Pompeo. (Département d’État/Michael Gross)

William et Pascale Warda, Irak

 

Les Irakiens William et Pascale Warda ont fondé l’organisation de défense des droits de l’Homme Hammurabi en 2003, une association à but non lucratif, sans dénomination politique, qui dénonce les violations des droits de l’Homme en Irak. L’association a documenté les atrocités perpétrées par Daech contre les Yazidis, les chrétiens et d’autres minorités. « La solution pour [sauver] notre monde, c’est la charité. Nous sommes appelés à changer la donne », a affirmé Pascale.


Ivanir dos Santos en compagnie du secrétaire d’État, Mike Pompeo (Département d’État/Michael Gross)
Ivanir dos Santos en compagnie du secrétaire d’État, Mike Pompeo (Département d’État/Michael Gross)

Ivanir dos Santos, Brésil

Ivanir dos Santos est un prêtre qui pratique le candomblé, une religion d’ascendance africaine au Brésil faisant souvent l’objet de discrimination et d’agressions dans ce pays. Il est le fondateur de la Commission de lutte contre l’intolérance religieuse et du Centre pour les populations marginalisées, lesquels viennent en aide aux groupes vulnérables. Ivanir dos Santos rassemble des milliers de personnes de toutes les confessions dans le cadre d’évènements tels que la Marche pour la défense de la liberté religieuse à Rio de Janeiro.


Salpy Eskidjian Weiderud et Mike Pompeo debout, côte à côte (Département d’État/Michael Gross)
Salpy Eskidjian Weiderud en compagnie du secrétaire d’État, Mike Pompeo (Département d’État/Michael Gross

Salpy Eskidjian Weiderud, Chypre

Salpy Eskidjian Weiderud est une architecte de l’initiative de consolidation de la paix à Chypre connue sous le sigle RTCYPP (Religious Track of the Cyprus Peace Process, Volet religieux du processus de paix à Chypre). Elle en est la directrice générale depuis 2012. Depuis près de 30 ans, elle œuvre aux côtés d’institutions confessionnelles en Europe et au Moyen-Orient en vue de promouvoir la compréhension interreligieuse.


Abubakar Abdullahi, Nigeria

L’imam Abubakar Abdullahi a risqué sa vie en 2018 lorsqu’il est intervenu pour sauver 262 chrétiens et d’autres personnes. Il a ouvert les portes d’une mosquée et de sa maison située tout près à des centaines de personnes fuyant les bergers d’origine peule qui les attaquaient. Lorsque le vice-président du Nigeria, Yemi Osinbajo, a salué son courage en mai, l’imam a déclaré : « Dieu a créé l’humanité de manière non uniforme, mais il veut que nous vivions ensemble dans la paix et l’harmonie, et non que nous nous fassions du mal. » (Abubakar Abdullahi n’était pas en mesure d’assister à la cérémonie de remise des prix.)