Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Milices en Libye : “la pression internationale n’est pas sans conséquences sur le Tchad”


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 2 Septembre 2021

Le ministre tchadien des Affaires étrangères, Chérif Mahamat Zene, a pris part à Alger à la réunion consultative des pays voisins sur la situation en Libye, en présence des Nations-Unies, de l'Union Africaine et la Ligue Arabe.


Milices en Libye : “la pression internationale n’est pas sans conséquences sur le Tchad”
Le chef de la diplomatie tchadienne a estimé que l'engagement constant et la disponibilité permanente du Tchad à apporter sa modeste contribution aux efforts de sortie de crise, "n’ont malheureusement pas suffi pour être accepté comme un partenaire susceptible de contribuer aux discussions organisées ici et là sur la Libye".

La communauté internationale exerce des pressions sur les mercenaires, les combattants étrangers et autres bandes armées irrégulières pour obtenir leur départ immédiat de Libye. Ce qui n’est pas sans conséquence sur la sécurité du Tchad, déplore le ministre.

"Cette préoccupation mérite d’être celle de tous les voisins pour engager, dans un élan de solidarité, un plaidoyer fort auprès de la communauté internationale en faveur de la mise en place d’un mécanisme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) en vue de faciliter le retour des éléments armés renonçant à la violence et au mercenariat dans leurs pays d’origine respectifs", dit-il.

Le Tchad plaide pour un départ "encadré, planifié et coordonné de ces prétendus rebelles". Au cas contraire, les voisins au sud de la Libye "courent un risque réel de nouvelles déstabilisations".

"La solution à la crise libyenne ne saurait être envisagée en dehors des Libyens eux-mêmes. Elle doit être globale et inclusive. Le Tchad est aussi d’avis que les acteurs libyens doivent dialoguer sans ingérences extérieures. Dans cette démarche, l’appropriation du processus politique par les Libyens doit demeurer un objectif primordial", préconise le ministre Cherif Mahamat Zene.

Le 31 mai 2018, la Libye, le Niger, le Soudan et le Tchad ont signé à N’Djamena, un accord de coopération en matière de sécurisation et de surveillance de leurs frontières communes. N'Djamena plaide pour la matérialisation de cet accord.