Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

PCMT : "La solution à la crise libyenne est entre les mains des Libyens eux-mêmes"


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 16 Novembre 2021

Le président du Conseil militaire de transition (CMT), Mahamat Idriss Deby, s'est exprimé la semaine dernière, lors de la Conférence internationale sur la Libye, sur la crise aux conséquences multidimensionnelles dans ce pays frontalier du Tchad.


Mahamat Idriss Deby a estimé que "la solution à la crise libyenne est entre les mains des Libyens eux-mêmes". La conférence sur la stabilisation de la Libye, tenue le 21 octobre dernier à Tripoli, à l’initiative du gouvernement libyen, "est une éloquente démonstration de la capacité des Libyens à prendre le leadership du processus politique en vue de sortir leur pays de la crise", selon Mahamat Idriss Deby.

Il encourage les libyens "à tout mettre en œuvre pour rétablir la paix et la stabilité dans leur pays", précisent que "le soutien du Tchad ne leur fera jamais défaut".

La crise libyenne a des conséquences régionales dévastatrices pour les voisins et plus largement pour le Sahel. "Depuis quelques années, le Tchad faisait l’objet des attaques récurrentes par des assaillants lourdement armés en provenance du sud libyen", selon le président du CMT.

De l'avis de Mahamat Idriss Deby, "le sud de la Libye sert encore et toujours de repaire des groupes terroristes, des mercenaires et des trafiquants de drogue, d’armes, des munitions et d’êtres humains. L’assassinat du Président DÉBY et l’ampleur des trafics illicites en cours dans cette partie de la Libye, sont révélateurs de la menace que représente la présence des mercenaires et des bandes étrangères armées sur le sol libyen".

Le Tchad "ne cesse de rappeler l’impérieuse nécessité de bien encadrer le retrait de la Libye des mercenaires et combattants étrangers". Mahamat Idriss Deby se dit "conscient de l’urgence d’examiner les modalités de départ des ressortissants des pays voisins au Sud de la Libye, recrutés, formés et armés pour servir des supplétifs aux factions libyennes".