Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Soudan : les Forces de soutien rapide entament leur retrait de Khartoum


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 19 Juillet 2019 modifié le 19 Juillet 2019 - 21:59


Des membres de la Force de soutien rapide du Soudan sont à l'arrière d'une camionnette équipée d'une tourelle de mitrailleuse lors d'un rassemblement dans le village de Qarri, à environ 90 kilomètres au nord de Khartoum, le 15 juin 2019. (- / AFP)
Des membres de la Force de soutien rapide du Soudan sont à l'arrière d'une camionnette équipée d'une tourelle de mitrailleuse lors d'un rassemblement dans le village de Qarri, à environ 90 kilomètres au nord de Khartoum, le 15 juin 2019. (- / AFP)
KHARTOUM - Les Forces de soutien rapide ont entamé jeudi un retrait progressif de plusieurs sites clés dans la capitale soudanaise, alors qu'elles y étaient présentes depuis plus de trois mois, ont constaté des médias soudanais.

La Force, longtemps controversée à cause de sa réelle mission et de ses interventions, est déployée dans des endroits stratégiques de Khartoum depuis le limogeage de l'ancien président Omar El-Béshir le 11 avril.

Jeudi, des forces de "soutien rapide" se sont retirées des entrées et des sorties du pont Al-Futaihab reliant Khartoum à Omdurman, a constaté Sudan Tribune.

Jeudi, à midi, des dizaines de véhicules de la Force ont été vus quittant la "Place Verte" - au sud de l'aéroport de Khartoum - alors que les manifestants se rendaient à une cérémonie pour demander justice aux victimes de la révolution soudanaise.

Toutefois, les forces stationnées autour du Palais présidentiel sont restées en place, de même que les forces basées au commandement général des forces armées, selon Sudan Tribune.

Le brigadier général Jamal Juma Adam, porte-parole des Forces de soutien rapide, a annoncé il y a quelques jours que les troupes seraient progressivement retirées de Khartoum, conformément aux conditions de sécurité et en coordination avec l'armée.

Les Forces de soutien rapide ont des casernes militaires à la périphérie des trois capitales nationales, le camp de Taiba al-Hasnab au sud de Khartoum, le camp d'Al-Jili au nord de la mer et un autre camp au sud d'Omdurman.