Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Soudan : plusieurs officiers arrêtés après une tentative de coup d'Etat


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 15 Juin 2019 modifié le 15 Juin 2019 - 10:35


Le porte-parole du Conseil militaire de transition soudanais, Shams al-Din Kabbashi. © DR
Le porte-parole du Conseil militaire de transition soudanais, Shams al-Din Kabbashi. © DR
Le conseil militaire de transition au pouvoir au Soudan a déclaré jeudi 13 juin qu'il a déjoué plusieurs tentatives de coup d'Etat et a annoncé l'arrestation de plusieurs officiers de l'armée.

Le porte-parole du Conseil a déclaré que deux groupes différents étaient actuellement en détention, l'un composé de cinq membres et l'autre de plus de 12 personnes.

La junte militaire a elle-même pris le pouvoir par un coup d'État le 14 avril, lorsque les commandants militaires ont renversé l'ancien président Omar El-Bashir après des mois de protestations contre ses 30 années de règne.

La zone située en dehors du ministère de la Défense à Khartoum est devenue le point de mire des nouvelles manifestations. Les manifestants exigeant le transfert du pouvoir aux civils. Les négociations entre le conseil et la coalition d'opposition se sont ensuite interrompues pour savoir qui devrait contrôler la transition jusqu'aux élections après que les forces de sécurité eurent interrompu le sit-in du 3 juin.

Des médecins proches de l'opposition ont déclaré que 118 personnes avaient été tuées au cours de la campagne, mais le conseil militaire a déclaré que le bilan était de 61 morts.

Le conseil a déclaré jeudi que des officiers avaient été arrêtés. Il n'a pas donné de détails, mais le porte-parole du conseil, Shamseddine Kabbashi, a annoncé que les résultats de l'enquête seraient annoncés samedi.

La stabilité dans ce pays de 40 millions d’habitants est nécessaire dans une région agitée qui peine à faire face aux conflits et aux mouvements rebelles de la Corne de l’Afrique à l’Égypte et à la Libye.

Le conseil militaire est soutenu par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui ont offert une aide de 3 milliards de dollars.

La semaine dernière, le Premier ministre éthiopien Abi Ahmed s'est rendu à Khartoum pour une mission de médiation entre la junte militaire et l'opposition.

Kabbashi a déclaré qu'Abou Ahmed avait proposé de déplacer les négociations entre les deux parties à Addis-Abeba, mais le conseil a rejeté la proposition.

Le procureur général soudanais a accusé jeudi l'ancien président Omar El Béchir de corruption dans le cadre de ses opérations de change et de blanchiment d'argent.

En mai, El Béchir avait déjà été inculpé pour son implication dans l'assassinat de manifestants.