Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Soudan : usage de la force pour disperser des manifestants


Alwihda Info | Par Reuters - 3 Juin 2019 modifié le 3 Juin 2019 - 09:08


Des manifestants dans la capitale soudanaise Khartoum, vendredi 12 avril 2019. © Anonymous/AP/SIPA
Des manifestants dans la capitale soudanaise Khartoum, vendredi 12 avril 2019. © Anonymous/AP/SIPA
Les forces soudanaises ont pénétré sur le site d'un sit-in dans le centre de Khartoum tôt ce lundi, au milieu des tirs, ont déclaré des témoins et des chaînes de télévision arabes. Les manifestants évoquent une tentative de dispertion des manifestants qui exigent un pouvoir civil.

Selon une association médicale affiliée à des manifestants, au moins deux personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées au cours du raid, qui était toujours en cours.

Les violences surviennent dans une impasse persistante dans les pourparlers entre les manifestants et les dirigeants militaires soudanais à propos de la demande de passation des pouvoirs aux civils.

Le Conseil militaire de transition, qui a pris le pouvoir en avril lorsque les militaires ont évincé le président Omar el-Béchir après trois décennies au pouvoir, a proposé de laisser les manifestants former un gouvernement pour diriger le pays mais insiste pour maintenir une autorité globale pendant une période intérimaire.

Les manifestants veulent que les civils dirigent la période de transition et conduisent ce pays d'Afrique du Nord de 40 millions d'habitants vers la démocratie.

Le Conseil militaire de transition a déclaré à plusieurs reprises qu'il n'utiliserait pas la force pour disperser les manifestants, souvent composés de milliers de jeunes hommes et femmes qui campent à tour de rôle devant le ministère de la Défense.

Aucune déclaration sur les violences n'a encore été publiée par le Conseil militaire de transition.