Advienne que pourra...

Pour une résolution apaisée de la crise politique en RDC

Incapable d’organiser les élections en 2016 - sénatoriales, législatives, présidentielle, locales… -, le scrutin prévu en décembre 2017 en République Démocratique du Congo, pourtant négocié à l’issue d’un dialogue national exclusif, risque d’être sciemment reporté dans le but de faciliter un vide institutionnel pouvant permettre au président intérimaire de se maintenir en place pour une durée indéterminée.

 

Afin d’éviter une telle incertitude, la Direction Europe de l’Alliance de Base pour l’Action Commune (ABACO) proposait déjà, en octobre 2016, des voies et moyens en vue d’une transition pacifiée par le biais d’une Feuille de route et d’une Charte pour la transition en République Démocratique du Congo (voir la pièce jointe). Ainsi attire-t-elle de nouveau l’attention de la classe politique et des forces vives de la Nation congolaise, des responsables politiques africaines et des différentes institutions représentatives de la Communauté internationale pour sortir la République Démocratique du Congo de l’impasse politique qui, non seulement hypothèque l’avenir des Congolaises et des Congolais, mais aussi pourrait déstabiliser l’équilibre régionale.

 

De ce fait, déterminée à juguler la crise congolaise dans le meilleur délai, la Direction Europe de l’ABACO est plus que jamais prête à jouer son rôle en vue de la réconciliation des populations congolaises grâce à une transition à la fois démocratique et apaisée, de la stabilité du pays, d’un État de droit et d’une démocratie garante des institutions républicaines et de la paix régionale.

 

Fait à Paris, le 24 mai 2017

 

Pour la Direction Europe de l’alliance de Base pour l’Action Commune (ABACO),

Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Premier Vice-Président de l’ABACO

 


Sortir à tout prix la RDC du Chaos

En République Démocratique du Congo, après la démission de Samy Badibanga, la nomination de Bruno Tshibala par le président intérimaire Joseph Kabila au poste de Premier ministre ravive les hostilités entre le Rassemblement et la majorité présidentielle. Le peuple congolais doit-il sans cesse pâtir de la mauvaise foi qui caractérise les acteurs politiques directement concernés par l’accord du 31 décembre 2016 relatif à la cogestion en vue des élections transparentes ?

 

Flagrante hypocrisie

 

Le vice-Premier ministre et ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, s’inquiète à juste titre du « fait que les autorités de transition ne disposent pas du large soutien nécessaire ». Mais ses vœux n’ont-ils pas accompagné, quelques mois plus tôt, le gouvernement Badibanga en vue d’« un accord politique pour donner la meilleure chance à une transition pacifique, la plus brève possible, et permettre la tenue d’élections apaisées et crédibles dans l’esprit de la Constitution » ? Qu’est-ce qui a changé entre-temps, alors que la très récente nomination à la Primature de Bruno Tshibala s’est effectuée quasiment dans les mêmes conditions et circonstances que celle de Samy Badibanga, pour que Didier Reynders puisse soudain faire volte-face ?

L’Union européenne fait observer, dans une déclaration, « le manque de consensus » sur la nomination du tout nouveau Premier ministre. Tout en soutenant la nouvelle résolution 2348 que le Conseil de Sécurité des Nations Unies vient d’adopter à l’unanimité, l’UE manifeste « sa grande inquiétude » au sujet de la nomination du nouveau Premier ministre congolais. Mais qu’est-ce qu’une résolution du Conseil des Nations Unies, sans la volonté des acteurs concernés à trouver une issue pacifique et démocratique pouvant soulager la souffrance des populations dont ils sont censés représenter ?

Alors qu’il s’oppose farouchement à la nomination de Bruno Tshibala au poste de Premier ministre, quelle a été la réaction de Moïse Katumbi, l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga, quelques mois plutôt ? « […] Samy Badibanga c’est aussi un ami à moi, avec la crise économique et sociale actuelle, ça va être très difficile pour lui. Le plus important c’est de respecter la Constitution et de réaliser la première alternance pacifique au sommet de l’État. »

Pour le Rassemblement, la nomination de Bruno Tshibala «  n’a rien à avoir avec l’accord du 31 décembre », mais il s’agit d’« une conséquence des tripatouillages du Pouvoir en place » mettant « au grand jour la connivence entre la soi-disant dissidence du rassemblement et M. Kabila ».

 

La mauvaise foi

 

L’accord de la Saint-Sylvestre est-il le fruit d’une démarche réellement inclusive ? Pas du tout. Il est important de rappeler que les hommes et les femmes de conviction ne changent guère d’avis, selon qu’il s’agit de leurs amis ou de leurs adversaires politiques, mais de l’avenir d’une Nation et d’un peuple. Il apparaît clairement, dans l'attitude de quelques acteurs politiques congolais, la mauvaise foi qui, d'ailleurs, a mis fin, sans accord définitif, à la médiation que l’église catholique menait depuis plus de trois mois entre le régime de Kinshasa et le seul Rassemblement, et non toutes composantes de l’opposition, pour tenter de sortir la République Démocratique du Congo (RDC) de la grave crise politique engendrée par la fin du mandat du président Joseph Kabila sans élection de son successeur.

 

De l’intérim aux élections apaisées

 

D’aucuns n’ignoraient que l’accord du 31 décembre 2016 ne pouvait qu’être miraculeusement pris au pied de la lettre. Cela arrangeait d’ailleurs le Rassemblement et la majorité kabiliste en vue du statu quo. Compte tenu des arguments avancés ci-dessus, à défaut d’un consensus de patriotes, une solution doit être trouvée dans le meilleur délai afin d’éviter un coup d'État constitutionnel et de sortir de l’impasse politique qui perdure depuis 2001. Dans ce cas précis, l’esprit de l’accord de la Saint-Sylvestre doit permettre la mise en place d’un gouvernement étranger aux luttes intestines entre le Rassemblement et la majorité présidentielle, le peuple congolais ne devant pas être systématiquement l’otage des uns et des autres. La cogestion à la mode accord du 31 décembre 2016 ne pouvant que fragiliser encore plus la République Démocratique du Congo, un vrai gouvernement de transition reste la condition sine qua non en vue du passage tranquille de l’intérim présidentiel aux élections apaisées.

 

Gaspard-Hubert Lonsi Koko


De l’intérim aux élections transparentes en RDC
Tout en saluant le bon sens de Samy BADIBANGA à travers sa démission, même si sa nomination au poste de Premier ministre et la composition de son gouvernement n’ont constitué qu’une stérile manœuvre politicienne, la Direction Europe de l’Alliance de Base pour l’Action Commune (ABACO) prend acte du choix de Bruno TSHIBALA à la Primature.

Par conséquent, la Direction Europe de l’ABACO demande au nouveau Premier ministre de :
- composer un gouvernement de crise en vue du rétablissement des conditions non discriminatoires pouvant permettre l’égalité de tous les Congolais au regard de la représentativité politique ;
- œuvrer en vue de l’organisation des élections crédibles et transparentes, conformément aux accords du 31 décembre 2016 ;

S’agissant des élections démocratiques, la Direction Europe de l’ABACO demande au président de la République intérimaire de veiller à l’équité dans la nomination du président du Conseil national de suivi de l’accord, ainsi que dans sa composition.

Fait à Paris,le 8 avril 2017

Pour la Direction Europe de l’ABACO, 
Gaspard-Hubert LONSI KOKO, 
Premier Vice-Président de l’Alliance de Base pour l’Action Commune

1 2 3 4 5 » ... 24
CouvMitterrand200-300
Interview KOKO 1
INTERVIEW KOKO Cinq questions
gaspard_hubert_lonsi_koko
G-HLonsi
Interview KOKO 2
lonsikoko-890x395_c
koko-hamon