Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

Bichara Doudoua : "les recettes vont entrer conséquemment au trésor public"


Alwihda Info | Par - 15 Janvier 2018 modifié le 15 Janvier 2018 - 23:36

Le président du Conseil National du Patronat Tchadien (CNPT), Bichara Doudoua a réagi au micro du journal Alwihda Info sur la lutte contre la déperdition des recettes financières annoncée par le ministre des Finances et du Budget à N'gueli, et l’apport du patronat pour la mise sur pied de ces mesures.


Le président du Conseil National du  Patronat Tchadien (CNPT), Bichara Doudoua. Alwihda Info
Le président du Conseil National du Patronat Tchadien (CNPT), Bichara Doudoua. Alwihda Info
Bichara Doudoua souligne que ces mesures permettront d’assainir le climat des affaires au Tchad et de faire entrer des recettes d’une manière conséquente au trésor public. En outre, il plaide pour l’application de ces mesures avec rigueur et dans la durée pour lutter contre l'énorme déperdition des recettes de l’État.

Ces mesures prises par le gouvernement sont, entre autres, le lancement d’un numéro vert au niveau de toutes les régies financières pour lutter contre le détournement des recettes, la mise sur pied d'une force d’appui aux régies et l’installation officielle des agents de l’inspection des finances et de la douane.

Quelle est votre réaction par rapport à cette panoplie de mesures énoncées par le ministre pour lutter contre la déperdition des recettes ?

Bichara Doudoua : C’est au niveau des hommes d’affaires que les choses se passent, nous faisons les choses mais personne ne vient nous appuyer. Maintenant que le ministre des finances vient de nous dire qu’il sera rigoureux dans l’amélioration du climat des affaires pour faire entrer des recettes d’une manière rationnelle au niveau du trésor, nous allons le suivre tout en appliquant à la lettre le numéro vert "700" pour dénoncer des pratiques peu orthodoxes afin de faire entrer des recettes.

D'où provient cette déperdition des recettes ?

Tous les tchadiens savent d’où provient cette déperdition des recettes mais nous n’avons pas eu un bon ministre, par le passé, qui pouvait nous appuyer pour faire entrer les recettes.

Le Tchad traverse une conjoncture financière et économique difficile et nous pensons qu’avec la déclaration du ministre des Finances et du Budget sur l’opération "zéro déperdition", les recettes vont entrer conséquemment au trésor public. Cela va permettre ainsi aux fonctionnaires de percevoir leurs salaires à terme échu et de rendre opérationnel d’une manière optimale le secteur de l’éducation et de la santé pour permettre au peuple tchadien d’en bénéficier.

Y a t-il des enjeux qui nécessitent la mise en place d’un numéro vert pour la population ?

La mise sur pied d’un numéro vert est une bonne chose parce que les gens ne savaient pas à quel saint se vouer auparavant pour dénoncer certaines pratiques indélicates. Je suis sûr que d’ici 2 à 3 mois, certains individus ne vont plus essayer de monnayer pour faire passer leur marchandise.

Donc cette mesure aura un fort impact en terme de dissuasion ?

Si on relâche (l'application de la mesure, ndlr) après 3 mois, ils vont essayer de reprendre leur pratique indélicate pour entretenir cette déperdition des recettes. Il ne faut pas qu’on relâche cette mesure. Le ministre des Finances et du Budget doit veiller à l’application dans toute sa rigueur de ces mesures. Nous allons l’appuyer pour que les recettes entrent comme il le faut au trésor public.

Quel sera l’apport du patronat pour accompagner ces mesures gouvernementales ?

Nous exprimons toujours notre disponibilité pour accompagner les mesures de l’État, mais c’est à lui de prendre des dispositions pour faire fonctionner ce numéro vert pour les nécessités de service, afin que le trésor public entre dans ses droits.

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur