Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

Cameroun / Visite de travail à la FIPCAM : le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle y sera


Alwihda Info | Par HADIJA HISSENE - 6 Septembre 2016

Le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle effectuera une visite de travail à la société forestière FIPCAM le mercredi 7 septembre 2016 à 9heures du matin en lieu et place du ministre du travail comme précédemment annoncé.


Après l’annonce de la visite du ministre de l’emploi et de la formation professionnelle à la société forestière FIPCAM basée à Mfou par une source officielle du département de la Mefou et Afamba , une délégation importante sous la conduite du président de la jeunesse chrétienne de Mfou et du chef de village de NkolNguet a aussitôt parcouru certaines hautes administrations et demandé des audiences auprès d’elles, et auprès du ministére du travail et du ministère de l’emploi et de la formation professionnelle pour faire prendre connaissance à ces autorités de l’abondante documentation des fraudes perpétrées par la FIPCAM constitué d’un document de 154 pages, un autre de 188 pages et un dernier de 147 pages . Au sortir de certaines hautes administrations et en attendant leurs réponses. Il a été précisé aux membres de la délégation des revendicateurs que connaissant les différentes autorités camerounaises, ils n’ont jamais eu à encourager la fraude contre l’Etat du Cameroun ou contre les populations. Ce sont des hommes qui continuent d’appliquer la rigueur et la moralisation, en plus le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle est un homme politique intelligent, il sait bien que se rendre à la FIPCAM en pareille circonstance sera perçu comme un soutien à ces expatriés manipulateurs et véreux. Un employé licencié abusivement a pris la parole devant l’assistance attentive : ‘ merci, nous vous promettons que notre combat contre la discrimination donc nous avons été victimes à la FIPCAM ne s’arrêtera point. Nos vies ne seront pleinement vécues que si nous gagnons ou mourrons grâce à nos idées ’.
De retour à Mfou, la délégation a décidé d’initier une dizaine de correspondances à l’endroit des ONG camerounaises et étrangères pour leurs demander de prendre aussi attache avec le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle ‘‘MINEFOP’’ pour qu’il sache que les expatriés de la FIPCAM utiliseront les images de cette visite auprès des institutions nationales et internationales et manipuleront l’opinion nationale et internationale pour les faire croire que sa visite est un encouragement du gouvernement aux fraudeurs de la FIPCAM qui sont accusés de fraudes fiscales, exploitation forestière illégale, tentative d’assassinat et licenciement abusif des employé. Selon une source qui dit s’être désolidarisé du clan MULLER, ce dernier aurait prévu de faire des photos en compagnie du MINEFOP et de les utiliser pour une campagne de publicité sur internet via le site web de la FIPCAM et sur les réseaux sociaux.
Le MINEFOP devrait donc accepter de rencontrer les populations riveraines et les employés abusivement licenciés pour un échange franc et sincère durant ce mois de septembre si possible, pour qu’ils lui exposent les fraudes et les inadéquations entre les formations des employés et les postes occupés. Il se dit qu’à la FIPCAM pour avoir certains postes de responsabilité si vous êtes de race noire, la seule issue serait de se livrer au commérage et de provoquer le licenciement de leurs collègues, voir le cas récent du licenciement abusif contre un chauffeur grumier provoqué par l’électricien corrompu NNANGA Gervais suite à une dispute du sex feminin de la restauratrice BENË qui le leurs a fait goutté à chacun. C’est encore un autre employé corrompu,le chauffeur Marco BEKOLO qui serait à l’origine du licenciement de certains chauffeurs. Si vous êtes une femme noire, pour avoir un poste de responsable de service, il faut absolument entretenir des relations ambigües avec certaines personnes, mis à part madame ZONGANG Judith et la chef du personnel qui possèdent de très bonnes formations d’études de droit de niveau Bac+7 . Celle qui refuse de se livrer comme Suzanne N ,est licenciée malgré son background.
Les dirigeants de la FIPCAM disent que les plaignants n’y arriveront pas,ils les en empêcheraient, ils disent que leur couleur blanche fait d’eux des êtres supérieurs aux citoyens locaux et aux lois du Cameroun. Mais un jour la FIPCAM paiera le désordre qu’elle aura semé.
MULLER Stéphane aurait dit à un magistrat : «Vous avez placé en détention provisoire le petit frère du maire de Mfou, libérez le c’est mon espion » .Le magistrat lui aurait ouvert un peu le cerveau en ses termes : « vous n’êtes rien ici, vous n’avez pas qualité pour me donner des ordres, le dossier du présumé accusé suivra le cours normal d’une procédure judiciaire ».
Ce qui est en jeu ici, ce n’est pas les intérêts personnels des employés licenciés et des populations autochtones de NkolNguet à Mfou mais l’honneur des institutions du pays,l’honneur du peuple camerounais et le respect que doivent les dirigeants de la FIPCAM aux lois camerounaises.
Le préfet de Mfou aurait convoqué le chef du village de NkolNguet dans les locaux de la préfecture de la MEFOU et AFAMBA pour intimer l’ordre aux populations de sursoir au setting prévue le 7 septembre 2016 à 9 heures devant l’entrée de la FIPCAM ,en échange d’une concertation regroupant toutes les parties prenantes à savoir :les employés licenciés contestataires, la chefferie traditionnelle de 3e degré de Nkolnguet,les populations autochtones, les ONG dénonciateurs et les dirigeants de la société FIPCAM pour trouver une solution définitive au différend qui les oppose et qui fait déjà le Buzz à travers les médias du monde entier.

HADIJA HISSENE