Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Centrafrique : Cette fois-ci, toute la classe politique a failli


Alwihda Info | Par Jean-Gualbert TOGBA - 7 Décembre 2013


Jean-Gualbert TOGBA.
Jean-Gualbert TOGBA.
On reconnait l’arbre à son fruit autrement dit c’est au pied du mur qu’on reconnait le maçon.

Cette fois-ci, toute la classe politique a failli.

Les centrafricains auraient voulu vous entendre prendre des initiatives en pleine crise. Etre sur le terrain pour rassurer la population. Les centrafricains auraient voulu vous entendre à la radio et vous voir à la télévision lancer des initiatives. C’est ca un leader politique.

Mais Si en pleine crise comme ce que vit la RCA, vous vous terrez chez vous en attendant que le calme revienne pour vous pavaner, qu’est-ce vous avez fait d’exceptionnel ? vous n’êtes pas le leader de demain que la Centrafrique recherche. Les centrafricains ne voient pas vos œuvres, ce n’est pas pendant les campagnes électorales que vous allez intoxiquer la population avec des programmes électoraux fabriqués de toute pièce dont la faisabilité n’est pas certaine. Ce que vous avez prévu faire demain dans votre programme, prouvez-le que vous pouvez les appliquer en situation réelle. Soyez pragmatiques.

Mais ce qui est certain et sur, c’est votre attitude à vous rapprocher des centrafricains qui pleurent. C’est l’esprit d’initiative et la capacité à solutionner une crise, un problème dans l’urgence.

Le centrafricains veulent une attitude de proximité et non des discours de circonstance. Un homme politique qui à peur de s’impliquer n’a pas sa place en politique en Centrafrique. A quoi bon de critiquer les Séléka, Ndjotodia et Tchangai si vous-même cultivez l’immobilisme, l’incapacité et l’irresponsabilité.

Gouverner, c’est faire déjà ses preuves en dehors du mandat présidentiel, montrez ses œuvres, ce que vous êtes capables d’apporter à la Nation centrafricaine, dans la gestion des crises, c’est votre capacité à faire la différence avec les autres.

Le leadership c’est aussi avoir le sens de sacrifice, du partage du fardeau, savoir se mouiller quand il le faut et de savoir ce qu’on veut.

Que trop de désordre !

Le peuple centrafricain attend de vous de ne pas faire comme la compagnie Ndjotodia et Tchangai qui font la politique de « on compte sur la France et la communauté internationale pour nous chercher une solution de la sortie de crise ». Mais le peuple est aussi déçu de voir que vous n’avez pas un sens de responsabilité plus poussé que les traites de la Nation. Vous n’êtes même pas capables de combler un vide politique laissé par les traites de la Nation.

Résultat : La France revient en force pour prendre des décisions à votre place, bien que cette intervention soit amère à accepter. En somme, la France se position en puissance pour décider de qui va gouverner demain la Centrafrique avec ses objectifs et la conduite de la Centrafrique selon sa vision, parce que vous aviez manqué une occasion de faire sortir ce pays du gouffre et aussi manquez une occasion de rupture pour prouver que vous amenez du sang neuf en politique centrafricaine.

C’est le moment de faire vos preuves avant les élections.

Si vous n’êtes pas capables de vous rassemblez autour d’une table, pensez-vous que vous serez capables de rassemblez les centrafricains ? Ou encore pensez-vous que les centrafricains vont vous suivre ? Faites preuve de maturité et ayez un sens de responsabilité à l’égard de la Nation dont vous pensez un jour conduire sa destinée.

Que le Dieu Jehovah protège la Centrafrique.

Jean-Gualbert TOGBA
Email : togba.Jean@yahoo.fr



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Janvier 2021 - 14:26 La Nouvelle Afrique !