Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Fragilité de la presse en Afrique : cas des journalistes opprimés ces dernières années


Alwihda Info | Par Olivier Noudjalbaye Dedingar, Expert-consultant, humanitaire et journaliste indépendant. - 5 Mai 2022

Au fil des ans, l’état de la liberté de la presse en Afrique a été exprimé sur un ton beaucoup plus triste que dans certaines autres régions.


Photo : Brookings.com
Photo : Brookings.com
Alors que certains pays ont continué d’opprimer la presse et toute forme de critique, plusieurs autres pays ont enregistré de meilleures conditions. Cependant, avec certains changements gouvernementaux et l’exclusion que la pandémie a entraînée, de nombreux cas de répression, souvent avec violence, ont eu lieu.

Des cas déplorables ont été médiatisés
Au plus fort de l'épidémie, un certain nombre de cas tristes ont été largement médiatisés.

1er cas : Tholi Totali Glody, journaliste d'Alfajiri TV, la chaîne de télévision phare de la province du Haut-Katanga, en République démocratique du Congo (RDC), a été suivi par la police et poussé de sa moto après avoir déclaré qu'il faisait un reportage sur le respect de la loi provinciale. Il s'est retrouvé à l'hôpital avec une jambe fracturée qui a été plâtrée.

2e cas : Quelques jours plus tard, Azarrah Karrim, une journaliste de News24 en Afrique du Sud, se documentait sur le respect du confinement lorsqu'elle a essuyé des tirs de balles en caoutchouc de la police. Lorsqu'elle a protesté, les policiers se sont moqués d'elle en disant : « Tu leur as manqué ? Quel gâchis !

3e cas : Les journalistes sont fréquemment détenus lorsqu'ils ne sont pas physiquement blessés alors qu'ils couvrent la maladie. Kufre Carter, journaliste de la station de radio locale XL 106.9 FM, dans le sud-ouest du Nigeria, a été appréhendé le 27 avril par le Service de sécurité de l'État, un organisme chargé de la sécurité intérieure et de la lutte contre le terrorisme. Il a été inculpé de complot et de diffamation et emprisonné pendant un mois pour avoir critiqué la gestion du problème de santé par les autorités locales.

4e cas : Au moment d'écrire ces lignes, Dieudonné Niyonsenga, le propriétaire de la chaîne d'information rwandaise YouTube Ishema TV*, était le seul journaliste africain incarcéré pour avoir enfreint les lois de confinement du pays contre le Covid-19. Au moment de sa détention, il rapportait les conséquences du confinement sur la population et enquêtait sur des accusations de viols perpétrés par des militaires.

5e cas : Certains ont été obligés de courir pour éviter le pire. Eugene Dube, rédacteur en chef du site Web Swati Newsweek, a quitté Eswatini (anciennement Swaziland), après avoir critiqué la réponse du gouvernement à la maladie. Toute critique du roi Mswati peut être considérée comme une "haute trahison", passible de la peine de mort sous la seule monarchie absolue d'Afrique.

6e cas : Après avoir été intimidé et agressé par la police lors d'une opération de confinement, Paul Nthoba, rédacteur en chef du journal communautaire sud-africain Mohokare News, s'est enfui au Lesotho. C'était la première fois qu'un journaliste de l'Afrique du Sud post-apartheid était contraint de partir à l'étranger en raison de son travail.

La liberté des médias est limitée en Afrique depuis ces dernières années
Ces dernières années, la liberté des médias en Afrique n’a cessé de décliner, en partie à cause d’influences et de pratiques antidémocratiques et antilibérales, ainsi que de l’exploitation de la technologie numérique pour limiter la liberté des médias. Les lois excessivement restrictives, la surveillance arbitraire et/ou illégale, la censure, l’ingérence indue dans la circulation de l’information en ligne et la violence physique, sont autant de menaces à la liberté des médias ; ces menaces sont exacerbées par les menaces financières qui compromettent l’indépendance et la pérennité des médias.

Les femmes journalistes sont plus victimes de nombreuses discriminations
Les femmes sont souvent victimes de manière disproportionnée du système dysfonctionnel. Le harcèlement en ligne, les menaces, les discours de haine sexiste et la pêche à la traîne, ciblent de manière disproportionnée les femmes journalistes. Les femmes journalistes sont fréquemment soumises à des types divers et imbriqués de discrimination et de violence sexiste, en raison de leur orientation sexuelle, de leur race, de leur handicap, de leur religion, de leur origine ethnique ou de leur identité de genre, entre autres facteurs. Cela peut conduire à l’autocensure, obligeant les femmes à se retirer de l’espace public et sapant le pluralisme des médias et la démocratie en général.

Quelques affirmations de Arnaud Froger sur la liberté d’expression des journalistes qui est opprimée
Selon Arnaud Froger, responsable Afrique à Reporters sans frontières, 23 nations sur 48 sont en rouge ou en noir sur la carte, indiquant que la condition des journalistes dans ces pays reste préoccupante.

« Près de la moitié du continent, et nous parlons ici de l’Afrique subsaharienne, souffre toujours d’un manque troublant de liberté de la presse ; l’information est souvent restreinte, partiellement ou entièrement. Des restrictions sont en place pour empêcher les journalistes de faire leur travail correctement, et dans le pire des cas, il y a des exactions ; cela veut dire que des journalistes sont intimidés, agressés, arrêtés arbitrairement, voire tués », selon Arnaud Froger.

Avec plus de trente journalistes tués au cours des cinq dernières années, l’Afrique reste la région la plus meurtrière contre les journalistes. Les abus persistent dans des pays comme la République démocratique du Congo, le Nigeria et la Somalie. Chaque année, plus d’une centaine d’incidents d’abus contre des journalistes sont documentés dans ces pays.

Selon Reporters sans frontières, l’Algérie est l’une des pires destinations du continent pour les journalistes. En six ans, le pays a perdu 27 places et est actuellement classé 146ème au monde.

« On l’a vu très clairement au début de la crise du coronavirus, quand les autorités algériennes ont utilisé le prétexte de la crise sanitaire pour mettre fin à un mouvement social, interdire des manifestations, et surtout arrêter des personnes et des journalistes qui les couvraient. Ce fut le cas de Khaled Draheni, correspondant de Reporters sans frontières, qui a passé 11 mois en détention arbitraire pour rien et a été faussement accusé, et ils ont voulu le faire taire. »

Œuvrer pour un changement significatif vis-à-vis des journalistes
Les RSF ont œuvré pour un changement de ces crimes, non seulement au niveau mondial, mais aussi au niveau national dans chaque pays.

L’un des objectifs mondiaux que l’Afrique peut se fixer, et que l’Union africaine devrait assumer, est de faire en sorte qu’il ne soit plus possible dans la législation nationale d’arrêter et de détenir des journalistes pour de prétendus délits de presse. Ensuite, évidemment, nous avons besoin d’approches très locales et d’une prise de conscience des circonstances qui peuvent être extrêmement changeantes ; la passation de pouvoir intervenue il y a deux ans en RDC, si elle ne s’est pas traduite par des changements très concrets, s’est traduite pour l’instant par un changement de ton très important ; la réalité des journalistes gambiens aujourd’hui n’est plus du tout la même que sous Yaya Jammeh.
En conséquence, il y a une volonté naturelle de notre côté d’accompagner les changements et de proposer des recommandations au plus près du terrain grâce aux interactions que nous pouvons avoir avec les autorités de terrain.

Certains pays font la différence et marquent des points en matière de liberté de la presse
La Namibie, le Ghana, les Seychelles et le Burundi sont parmi les pays africains les plus performants en termes de liberté de la presse, et ils font tous des progrès dans un pays comme le Burundi, qui est en proie à une crise extraordinaire depuis cinq ou six ans. Le développement a été palpable. Le président a libéré et gracié quatre journalistes emprisonnés pendant plus d’un an, et il a entamé des pourparlers pour ré-autoriser les médias, qui avaient été suspendus, sanctionnés, voire fermés pendant la crise. De plus, malgré le fait que le pays reste mal vu en raison des défis importants, le Burundi a gagné treize places dans le classement de cette année. Par conséquent, il n’y a pas de fatalité en matière de liberté journalistique ; la volonté politique est décisive.

Avant la Journée mondiale de la liberté de la presse qui se tient chaque année le 3 mai, les médias et les acteurs de la presse sont restés fermes et ont lancé des appels aux gouvernements africains, pour qu’ils s’associent à la presse d’autres pays, pour créer une Afrique meilleure. Une meilleure gouvernance ne peut pas être atteinte avec la suppression de l’information, cela dit, les gouvernements sont exhortés et encouragés à adopter uniquement des lois qui mettent en ligne la liberté de la presse.

Photo : AllAfrica.com
Photo : AllAfrica.com