Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Nations Unies/CSW : le SG Antonio Guterres plaide en faveur des femmes


Alwihda Info | Par Florence Akano, Humanitaire et journaliste indépendante. - 25 Mars 2022

Il s'est adressé lundi dernier à la 66ème session de la Commission de la condition de la femme (CSW) qui se déroule à New York du 14 au 25 mars 2022. A cette occasion, Antonio Guterres a déclaré sans équivoque que « les femmes et les filles doivent être au premier plan et montrer la voie » afin de créer un avenir durable pour nous tous.


Hawa Games Dahab Gabjenda possède une vaste expérience en tant que spécialiste du genre, ayant travaillé sur des initiatives d'autonomisation des femmes, de développement, humanitaires et de consolidation de la paix. Image © Maimana El Hassan.
Hawa Games Dahab Gabjenda possède une vaste expérience en tant que spécialiste du genre, ayant travaillé sur des initiatives d'autonomisation des femmes, de développement, humanitaires et de consolidation de la paix. Image © Maimana El Hassan.
Les premières affirmations du Secrétaire général de l’ONU
Le Secrétaire général de l’ONU a rappelé les préoccupations climatiques et environnementales, ainsi que les conséquences économiques et sociales en cours de la pandémie du Covid-19, "a définit les problèmes de notre époque", et a averti que "notre réaction collective déterminera notre avenir pour les décennies à venir". "Partout, les femmes et les filles sont confrontées aux plus grands risques et subissent le plus de préjudices. “, a-t-il poursuivi. Il est clair que les femmes et les filles des minuscules nations insulaires, des pays les moins avancés et des zones victimes de conflits sont plus touchées de manière disproportionnée.
Les effets météorologiques et climatiques extrêmes ont un impact disproportionné sur leur nutrition et leurs moyens de subsistance, et elles souffrent le plus lorsque les ressources naturelles locales sont menacées. Et, au fur et à mesure que le changement climatique s'aggrave, les données suggèrent une corrélation entre le mariage des enfants et l'exploitation. “Lorsque les calamités climatiques frappent, comme elles le sont de plus en plus fréquemment ces jours-ci", a-t-il déclaré, "les données révèlent que les femmes et les enfants sont jusqu'à 14 fois plus susceptibles que les hommes de mourir".

Les inégalités entre les sexes
Les effets à long terme du patriarcat dans la société ont fait que les femmes reçoivent généralement l'arrière-train du bâton. L'inégalité entre les sexes signifie que les femmes représentent un petit pourcentage des propriétaires terriens et des dirigeants, leurs demandes et leurs intérêts sont souvent ignorés et mis de côté dans les politiques et les choix sur l'utilisation des terres, la pollution, la conservation et le changement climatique.
Le Secrétaire général a déclaré à l'auditoire que les femmes ne détiennent qu'un tiers des responsabilités décisionnelles en vertu de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), du Protocole de Kyoto et de l'Accord de Paris, et ne représentent que 15 % des ministres de l'environnement. De plus, seulement un tiers des 192 cadres énergétiques nationaux prennent en compte le genre, et ils sont rarement pris en compte dans la finance climatique. “Cela indique une fois de plus que nous vivons dans une société dominée par les hommes avec une culture dominée par les hommes", a déclaré le chef de l'ONU, citant "un millénaire de patriarcat qui exclut les femmes et empêche que leurs opinions soient entendues".

La participation de tout le monde est primordiale pour l’attente de nos objectifs
“Sans la participation de tous... y compris les hommes et les garçons... travaillant pour les droits des femmes et l'égalité des sexes, nous ne pourrions atteindre aucun de nos objectifs.” Les femmes et les filles leaders, les agriculteurs, les législateurs, les économistes, les avocats et les militants écologistes sont tous essentielles à l'économie future et à la résilience de la société.

L’aggravation des injustices entre les sexes, causées par la pandémie du Covid-19
La pandémie du Covid-19 a mis en lumière et aggravé les disparités et les injustices entre les sexes au cours des deux dernières années, car des millions de filles non scolarisées pourraient ne jamais revenir, des millions de femmes ont été chassées de leur emploi et contraintes de prendre "une décision impossible " entre gagner sa vie et faire un travail de soin non rémunéré mais important.

La solidarité dans le combat est nécessaire
“Répondre à ces préoccupations exige un front uni, en sauvegardant les progrès durement acquis en matière de droits des femmes tout en investissant dans l'apprentissage tout au long de la vie, les soins de santé, l'emploi décent et la sécurité sociale pour les femmes et les filles", a déclaré le chef de l'ONU. “Un pacte social revitalisé et adapté aux communautés et aux économies d'aujourd'hui doit donner la priorité à l'égalité des sexes et aux droits des femmes.”
A l'échelle mondiale, le Secrétaire général a noté notre programme commun dans son rapport, qui appelle à un changement de pouvoir par le biais d'un nouveau pacte mondial, et d'un programme de paix pour éliminer toutes les formes de violence, y compris la violence sexiste, et accorder la priorité aux femmes et aux filles dans la politique de sécurité.

Les efforts de l'ONU pour promouvoir le leadership des femmes
Il a également souligné que l'ONU s'efforce de promouvoir le leadership et l'engagement des femmes à toutes les étapes de la consolidation et du maintien de la paix, notamment par l'intermédiaire de ses envoyés spéciaux et délégués, qui élaborent et mettent en œuvre des idées pour des processus de paix plus inclusifs. Collen Vixen Kelapile, président du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), a souligné qu'en tant qu'organe subsidiaire, la CSW continue de superviser et de suivre la mise en œuvre de l'Agenda 2030 pour le développement durable, notamment l'ODD 5 sur l'égalité des sexes.
Le travail de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies (CSW) dans la construction du cadre mondial pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, ainsi que dans le conseil aux décideurs sur "comment promouvoir ces objectifs clés de manière intégrée et transversale", est "essentiel".

Une femme travaille dans une usine de recyclage de plastique au Bangladesh. ©ONU Femmes/Mohammad Rakibul Hasa.
Une femme travaille dans une usine de recyclage de plastique au Bangladesh. ©ONU Femmes/Mohammad Rakibul Hasa.