Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Nette régression des châtiments corporels en milieu scolaire


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 7 Février 2017 modifié le 7 Février 2017 - 14:46


Nette régression des châtiments corporels en milieu scolaire
Lomé, le 6 Février 2017-Plan International Togo a organisé ce 1er février une conférence de presse à Lomé. L’objectif était d’informer les journalistes sur les résultats d’une enquête portant sur les châtiments corporels en milieux scolaires.

Cette sortie médiatique était aussi une occasion pour Plan International Togo de présenter aux hommes des medias, le projet : « Education sensible au genre et sans violence ». Le projet a pour objectif de lutter contre les violences en milieu scolaire. Dans le cadre de ce projet, Plan  International Togo a mené des enquêtes de terrain auprès des inspecteurs et chefs d’établissement sur les violences en milieux scolaires.

Les résultats rendus publique par Plan Togo ont permis de noter une diminution  des châtiments corporels à l’école. 86% des directeurs affirment avoir participé aux renforcements de capacités sur les méthodes alternatives. 85% des élèves attestent avoir entendu parler de la protection des enfants contre toutes les formes de violence soit sur les médias ou au sein de leur établissement.

Selon les responsables de Plan International Togo, les violences à l’égard des élèves ont nettement régressé au début de cette année scolaire 2016-2017 par rapport aux années précédentes. Ceci est le fruit de nombreuses campagnes de sensibilisations organisées à l’endroit des enseignants, des chefs d’établissement et des élèves.

Signalons que dans un récent rapport publié par Plan International Togo, 2 garçons sur 5, et 3filles sur 5, subissent en deux semaines des châtiments corporels. Ces situations de maltraitances dont sont victimes parfois les élèves en milieux scolaires, amènent beaucoup à l’abandon et à la déscolarisation. Raison pour laquelle Plan-Togo œuvre au côté du gouvernement togolais pour sensibiliser les acteurs de l’éducation sur l’adoption d’une autre méthode que la violence pour éduquer les élèves dans les établissements scolaires.