Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Pour lutter contre les changements climatiques, nous devons repenser notre système alimentaire


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 11 Août 2019 modifié le 11 Août 2019 - 06:55


Par Kathleen Rogers et Dr. Shenggen Fan

© DR
© DR
La façon dont nous produisons, consommons et rejetons les aliments n'est plus durable. C'est ce qui ressort clairement du nouveau rapport des Nations Unies sur les changements climatiques, qui met en garde contre la nécessité de repenser la manière dont nous produisons nos aliments - et rapidement - pour éviter les effets les plus dévastateurs de la production alimentaire mondiale, notamment la déforestation massive, la perte vertigineuse de biodiversité et l'accélération du changement climatique.

Bien qu'elle ne soit pas souvent reconnue, l'industrie alimentaire est un énorme moteur du changement climatique, et notre système alimentaire mondial actuel pousse notre monde naturel au point de rupture. Lors de la conférence de presse publiant le Rapport spécial sur le changement climatique et la terre, le coprésident du rapport, Eduardo Calvo Buendía, a déclaré que "le système alimentaire dans son ensemble - qui comprend la production et la transformation des aliments, le transport, la consommation au détail, les pertes et les déchets - est actuellement responsable de près du tiers de nos émissions mondiales de gaz à effet de serre".

En d'autres termes, alors que la plupart d'entre nous se sont concentrés sur les secteurs de l'énergie et des transports dans la lutte contre le changement climatique, nous ne pouvons ignorer le rôle que joue notre production alimentaire dans la réduction des émissions et la réduction du changement climatique. En nous attaquant aux déchets alimentaires et aux émissions provenant de l'agriculture animale, nous pouvons commencer à nous attaquer à ce problème. Comment on fait ça ?

La production animale est l'un des principaux responsables de la déforestation, de la dégradation de la qualité de l'eau et de l'augmentation de la pollution atmosphérique. En fait, l'agriculture animale a un impact si énorme sur l'environnement que si chaque Américain réduisait sa consommation de viande de seulement 10 % - environ 6 onces par semaine - nous économiserions environ 7,8 billions de gallons d'eau. C'est plus que toute l'eau du lac Champlain. Nous économiserions également 49 milliards de livres de dioxyde de carbone chaque année - l'équivalent de planter 1 milliard d'arbres absorbant le carbone. 

De plus, à la blessure causée par une production alimentaire non durable s'ajoute l'insulte d'un niveau extraordinaire de gaspillage alimentaire : près d'un tiers de toute la nourriture produite dans le monde finit dans nos poubelles, puis dans les décharges. Chaque année, nous gaspillons 1 billion de dollars de nourriture, soit environ la moitié du PIB de l'Afrique. À nos taux actuels, si les déchets alimentaires étaient un pays, il serait le troisième émetteur de carbone en importance au monde après les États-Unis et la Chine. 

Pour assurer la sécurité alimentaire mondiale et des pratiques alimentaires durables dans un monde en croissance constante, nous devons réexaminer nos systèmes alimentaires et tenir compte des ressources régionales, telles que la disponibilité des terres et de l'eau, ainsi que des économies et de la culture locales.  Pour commencer, les États-Unis et les autres pays développés doivent encourager les entreprises alimentaires à produire des aliments plus durables, y compris davantage d'options à base de plantes, et éduquer les consommateurs et les détaillants sur les régimes alimentaires sains et durables. Les dirigeants doivent élaborer des politiques qui garantissent à toutes les communautés et à tous les enfants l'accès à des fruits et légumes abordables. Et nous pouvons tous faire notre part pour réduire les déchets alimentaires, que ce soit dans les cafétérias de notre entreprise ou dans nos propres réfrigérateurs.

La technologie joue également un rôle. Les pays développés devraient soutenir et encourager les nouvelles technologies innovantes dans le domaine des aliments d'origine végétale, ainsi que la production de viande neutre en carbone ou à faible teneur en carbone.

Les pays en développement, d'autre part, sont confrontés à des niveaux élevés de dénutrition, ainsi qu'à un accès limité à des aliments sains. De nombreux aliments riches en nutriments (comme les fruits, les légumes et les viandes de qualité) sont très périssables, ce qui rend souvent les prix beaucoup plus élevés que les aliments ultra-transformés, pauvres en nutriments et riches en calories. Le coût élevé des aliments riches en nutriments constitue un obstacle important à une alimentation saine, comme on l'a vu au Malawi urbain et dans de nombreux autres pays.

En favorisant une production accrue d'aliments sains et nutritifs tout en améliorant les marchés dans les pays à faible revenu, nous pouvons réduire les prix et accroître l'accessibilité à des régimes alimentaires sains et durables. Les politiciens peuvent également s'attaquer aux inégalités systémiques en réorientant les subventions agricoles vers la promotion d'aliments sains et en investissant dans des infrastructures comme les routes rurales, l'électricité, le stockage et la chaîne du froid.

Le changement doit se produire à tous les niveaux si nous voulons construire un meilleur système alimentaire.  La participation internationale et le partage des ressources peuvent diffuser les solutions régionales à travers les pays. Et travailler pour le changement sur le terrain - entre les individus, les communautés, les gouvernements locaux et fédéraux et les entités privées - peut aider à combattre la faim et l'inégalité alimentaire de première main.

Oui, notre système alimentaire est en panne, mais pas irrévocablement.  Les défis sont énormes, mais en comprenant le problème et les solutions potentielles, nous pouvons apporter des changements critiques dans la façon dont nous produisons, consommons et éliminons les aliments.