Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

Tchad : "Je ne pense pas qu'on peut résoudre cette situation avec une grève", ministre Justice


Alwihda Info | Par - 19 Septembre 2020

Entretien avec Djimet Arabi, ministre de la Justice chargé des droits humains, suite à l'incident qui a eu lieu jeudi au Palais de justice de N'Djamena.


Djimet Arabi, ministre de la Justice chargé des droits humains.
Djimet Arabi, ministre de la Justice chargé des droits humains.
Alwihda Info : Quelle est votre réaction suite à l'avis de grève annoncé aujourd'hui par le Syndicat des magistrats ?

Djimet Arabi : Je comprends la réaction des syndicats mais je me pose la question, est-ce que c'est avec une grève qu'on peut résoudre cette situation, du moment où la réaction des autorités a été très éclair. En l'espace de quatre ou cinq heures, non seulement l'évadé mais ses complices ont été arrêtés. Je pense qu'il est légitime que les gens doivent se lever pour dénoncer ce genre d'évènements qui se sont déroulées au Palais de justice mais je ne pense pas qu'on peut résoudre ce genre de situation avec une grève. Il faut plutôt demander à ce que toutes les dispositions soient prises pour que ce genre d'incident ne se répète pas.

Les magistrats protestent aussi contre le manque de sécurité et disent qu'il faut renforcer les éléments qui sont en faction devant les différentes juridictions.

Ça c'est tout à fait normal parce que les magistrats comme tous les autres fonctionnaires doivent être quand même en sécurité dans l'exercice de leurs fonctions. Il y a des gendarmes au niveau du Palais de justice. Est-ce qu'ils ne sont pas suffisants ? Peut-être qu'ils ne font pas très bien leur métier. Nous sommes en train de voir au niveau du ministère s'il ne faut pas demander encore un supplément de gendarmes ou bien carrément demander la Garde nationale et nomade du Tchad pour sécuriser un peu plus le Palais. J'ai déjà commencé des démarches en ce sens.

Ça veut dire que des dispositions seront prises pour sécuriser les grandes juridictions ?

Oui bien sûr, très rapidement.

Cette question de sécurité ne date pas d'aujourd'hui. Elle est récurrente au niveau de nos Palais. Il y a eu même des évènements encore plus graves que ça. Même dans les prisons de haute sécurité il y a des évasions. Ce n'est pas plus important que ça, c'est des faits divers. On doit prendre des dispositions pour que ça ne se répète pas.

Propos recueillis par Djimet Wiche.

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur