Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad - Santé : "les communautés vont définir leurs besoins et être au coeur du dispositif"


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 25 Juin 2019 modifié le 25 Juin 2019 - 16:59



Le ministre de la Santé publique, Aziz Mahamat Saleh. © DR/MSP
Le ministre de la Santé publique, Aziz Mahamat Saleh. © DR/MSP
Le ministre d’Etat, ministre Secrétaire général de la Présidence de la République, Kalzeubé Payimi Deubet a présidé lundi, la réunion mensuelle sur la santé, en présence de membres du Gouvernement et des partenaires techniques et financiers.

Plusieurs sujets ont été évoqués au cours de la réunion, notamment la situation épidémiologique des maladies de surveillance, la malnutrition, le paludisme, le ver de guinée et la mortalité maternelle et infantile.

« Nous nous réjouissons que, en termes de l’engagement de l’Etat, qu’il soit fort puisque dans le cadre de l’exécution du budget 2019, nous sommes à 60% d’engagement de ce qui est prévu. Le financement pour le paludisme est acquis. Nous aurons des moustiquaires imprégnées à distribuer en 2020. Le financement dans le cadre de la vaccination à travers GAVI, 38 millions d’euros, le Fonds mondial 92 millions de dollars sur trois ans. Nous avons également, les fondations Bill et Melinda Gate et Dangoté qui viennent de nous appuyer, l’Agence française de développement aussi. C’est autant des possibilités. Les modalités de financement du GFF avec la Banque mondiale qui donne une nouvelle opportunité au Tchad. C’est aussi autant d’actions », a déclaré le ministre de la Santé publique, Aziz Mahamat Saleh.

Une nouvelle stratégie communautaire

D'après le ministre, l’enjeu majeur dans le cadre du suivi des recommandations est d’édicter des fortes stratégies.

« Nous sommes entraines de valider une stratégie communautaire où ce sont les communautés qui vont mieux définir les besoins et qui vont être au cœur du dispositif  », a souligné le ministre de la Santé publique.

« En terme spécifiquement du paludisme, il a été recommandé que nous puissions appliquer les protocoles. Nous avons expliqué que nous avons déjà commencé à descendre sur le terrain à travers des missions de visite de supervision sur place. Les difficultés c'est qu’il y a un protocole qu’on applique et qu’il y a des idées reçues. Je voudrais rappeler à tous les personnels de santé à revenir au protocole », a-t-il indiqué.

Des engagements concrets ont été formulés au cours de la réunion mensuelle sur la santé, afin de renforcer la stratégie du Gouvernement en matière de santé publique.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)