Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
MEDIAS

Tchad : ces pages Facebook qui ont fait vibrer les réseaux sociaux


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 28 Janvier 2018


Tchad : ces pages Facebook qui ont fait vibrer les réseaux sociaux
La nouvelle tombée ce mercredi soir sonne comme un coup de tonnerre dans les réseaux sociaux au Tchad. Les deux pages les plus populaire au Tchad avec des milliers d'abonnés annoncent leur arrêt de longue durée pour le 26 Janvier dernier. Les internautes inconsolables n'ont pas taris d'éloges sur les deux pages qui ont marqué l'histoire récente en révélant l'affaire Zouhoura. Cette affaire avait mobilisé tout le pays pour réclamer justice à une jeune fille victime de violence et d'injustice. Depuis ce jour historique, des grands médias internationaux ont cité le rôle joué par ces deux pages sur cette affaire. Le président de la République avait même réagi pour la première fois sur les réseaux sociaux.

Les internautes abonnés à ces deux pages ont aussitôt montré leur tristesse et leur gratitude : "C'est dommage ! Vous allez sérieusement nous manquer mais il n'en demeure moins que vous avez accompli une grande mission d'éveil des consciences. Vous avez éveillé beaucoup de consciences dont la mienne par rapport aux aspects politiques et culturels du pays depuis l'affaire Zouhoura (moments de mon intérêt pour la chose politique), les manquements et violences dont sont victimes femmes, filles et garçons qui se font violenté gravement dans le silence. Mes hommages appuyés à vos deux pages", pouvait-on lire dans les messages qui leurs ont été adressés sur leurs pages Facebook.

C'est dans un texte de quelques paragraphes publié sur Tchad Baladia que les administrateurs des deux pages ont annoncé ainsi les raisons qui les ont motivées à militer au nom des "sans voix".

"Au départ, nous avons créé ces pages pour dénoncer le génocide de nos compatriotes en Centrafrique. Progressivement, nous nous sommes intéressés aux injustices dans notre propre pays. Ces injustices continuent toujours mais il y a, maintenant, suffisamment de jeunes hommes et femmes conscients et courageux pour continuer le combat pour la justice, la dignité, l'égalité; le combat pour une meilleure gestion et une meilleure répartition des richesses du pays", ont souligné les modérateurs sur le page facebook.