Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : le FNE évalue les plans nationaux d'adaptation au changement climatique


Alwihda Info | Par Georges LAWANE - 30 Mars 2022


Le Fonds national de l'eau (FNE) a organisé un atelier de validation des critères du mécanisme de suivi et évaluation en tenant compte du genre ce 29 mars 2022, à l'hôtel Ledger Plaza de N'Djamena. L'objectif général de cet atelier vise à organiser la validation avec les décideurs nationaux et provinciaux, les organisations de la société civile et guidé par les experts en adaptation et en suivi et évaluation pour approuver les critères de suivi et évaluation inclusifs du genre utilisés pour évaluer les plans nationaux d'adaptations (PNA).


Le Tchad est considéré comme le pays le plus vulnérable aux changements climatiques, selon Tahir Abdelaziz Awam, directeur du Fonds national de l’eau (FNE). Une combinaison de pauvreté élevée, de conflits fréquents, de systèmes de gouvernance faibles, à laquelle s'ajoutent les risques de sécheresse et d'inondations, ceux-ci font que le pays est confronté à de nombreuses urgences humanitaires. Le Tchad lutte notamment pour faire face aux conséquences des changements climatiques à travers une résilience des communautés à la base, indique Tahir Abdelaziz Awam.

 Selon le directeur, la géographie du pays contribue largement à sa vulnérabilité face au climat. Le Tchad est un vaste pays sans littoral qui connait notamment des graves pénuries d'eau, ce qui pose des problèmes car la plupart des tchadiens vivent de l'agriculture et de l'élevage de subsistance. 

Pour Tahir Abdelaziz Awam, les populations rurales sont les plus pauvres et donc les plus exposées aux changements climatiques. Face à ces difficultés, le FNE est engagé dans le processus d'accréditation auprès du Fonds vert pour le climat.  Ce projet est une initiative du gouvernement tchadien, financé par le Fonds pour le climat et mise en œuvre par le FNE.

Le chef de projet PRRCL, Ismaël Hamdan, a annoncé le recrutement d'un consultant national en mécanisme de suivi et évaluation adapté et réfléchi pour permettre l'atteinte des objectifs dans les projets relatifs aux changements climatique du Tchad.

Dans la perspective de répondre aux objectifs et résultats attendus de la collecte des données, une stratégie participative a été mise en œuvre, ce qui a permis de répertorier les ONG/Projets et Programmes, cibles de l'enquête avec l'appui des différents délégués concernés à savoir celui du plan, de l'environnement, de l'agriculture et de l'élevage.

Le gouverneur de la ville de N’Djamena, Brahim Seïd Mahamat, a affirmé que la communauté scientifique internationale considère le Tchad comme l’un des « hotspot » des changements climatiques dans le monde. La variabilité accrue des précipitations, la recrudescence des phénomènes météorologiques extrêmes tels que les sécheresses, les inondations, les vagues de chaleur, les vents violents en sont les manifestations actuelles. Ces phénomènes deviendront de plus en plus intenses et fréquents dans les prochaines décennies.

Les aléas climatiques impactent négativement le fonctionnement et la productivité des systèmes agro–sylvo-pastoraux et halieutiques. Ils rendent de plus en plus vulnérables les communautés et les écosystèmes.
 
Brahim Seïd Mahamat estime que face aux défis posés par les changements climatiques, la réalisation de l’émergence du Tchad à l’horizon 2030 nécessitera de relever ces principales contraintes environnementales par la promotion d’actions d’adaptation et d’atténuation conformes aux principes de développement durable. 

Selon le délégué du gouvernement, la lutte contre les impacts négatifs des changements climatiques a été placée au cœur des préoccupations du gouvernement tchadien. Reconnaissant son extrême vulnérabilité sociale et climatique, le Tchad a signé et ratifié la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), les protocoles et accords dont le Protocole de Kyoto et l’Accord de Paris sur le climat. Le Tchad participe activement aux débats intergouvernementaux sur le climat.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)