Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : les voix s’élèvent pour des solutions définitives suite aux événements d’Abéché


Alwihda Info | Par Georges LAWANE - 28 Janvier 2022



L'Association socio-culturel et éducatif pour le développement du Ouaddaï (ASCEDO) a organisé une conférence-débat sur le événements contemporains de Dar Ouaddaï, défis et perspectives ce 28 janvier 2022 à la maison de la femme de N'Djamena. Un panel composé de Mahamat Nour Ibedou, Me Max Loalngar,  Me Koudou Mbainessem et Izadine Macki Ishak .

Selon l'ASCEDO, le bilan à déplorer lors des événements récentes à Abéché est de  21 morts, 82 blessés et plus de 300 arrestations.

Lors de son intervention, Izadine Macki Ishak,  a souligné que plus de 80 communautés se considéraient dans le temps comme une seule famille au Ouaddaï. Pour lui, tout ce scénario est purement politique. Il demande à ce que tous les auteurs de la situation tragique d'Abéché soient traduis devant les juridictions compétentes pour répondre de leurs actes.

Me Max Loalngar, a pour sa part relevé que ce qui est passé à Abéché est très grave. Dès lors, les tchadiens ne peuvent en aucun cas ignorer cette hémorragie, cette situation ne concerne pas seulement le Ouaddaï, toutes les provinces du Tchad ont les coeurs affligés par ce drame. Selon lui, l'État ne peut se permettre de s'amuser avec la vie des citoyens.

Pour Me Koudou Mbainessem, le rôle de l'État est de veiller à la sécurité, à la vie des citoyens et à leurs biens, pas à les réprimer à balles réelles lorsqu'ils expriment leur mécontentement. La marche pacifique est un droit fondamental, dit-il 
Le cas de la chefferie dans le Ouaddaï est une motivation purement politique orchestrée de tout moyen pour diviser la province, déclare Koudou Mbainessem.
Il a exhorté les autorités de la transition à arrêter cette hémorragie. Notamment le ministère en charge à mettre définitivement fin à ce cirque dans la province.

Le Secrétaire général de la Convention tchadienne de défense des droits de l'Homme (CTDDH), Mahamat Nour Ibedou, a appelé les fils du Ouaddaï à vivre comme une seule famille. Il a ajouté que les divisions sont le fruit du régime du feu maréchal qui a politisé les instances coutumières et traditionnelles.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)